Chrétiens et Juifs : Les Bâtisseurs du temps

Ce petit livre d'Abraham Heschel nous fait découvrir la richesse des deux grandes traditions juives : sépharade (judaïsme dans l'Europe du Nord), et ashkénaze (judaisme méditérranéen). Puis, l'auteur nous invite à voir ce que le judaïsme a légué à l'univers entier : la conscience du temps, la capacité d'approcher le mystère de Dieu, notamment par la pédagogie du Shabbat. Un épilogue sur la sanctification du temps met en valeur le lien entre l'espace et le temps dans les activités humaines.  

Pensez à vous procurer cet ouvrage (Les Bâtissuers du temps, Abraham Heschel, Aleph, les éditions de Minuit, 1957, 205p.)

Liberté de Dieu, liberté de l'Homme

Pour beaucoup, la liberté de Dieu signifie qu'il peut tout faire et que, face à lui, l'homme ne peut pas être vraiment libre. Israël lui aussi est parti de cette conception, mais les différentes étapes de la révélation biblique ont conduit le peuple juif puis les chrétiens à un approfondissement : la liberté de Dieu se situe dans son amour, dans la fidélité indéféctible à ses promesses, et dans le respect de l'homme qu'il crée libre à son image. La liberté de Dieu d'aimer jusqu'au bout va jusqu'à l'envoi de son Fils dans notre condition humaine limitée et vulnérable. La liberté humaine de Jésus inaugure une nouvelle manière pour l'homme de vivre libre ; elle suscite de la part de l'homme une réponse à l'amour de Dieu, qui le fait passer d'une attitude servile à la liberté des fils et filles de Dieu.

Les rencontres ont lieu les mardis 26 septembre, 17 octobre, 14 novembre, 12 décembre 2017, 16 janvier, 20 février, 20 mars, 10 avril 2018 de 20h à 22h, au centre saint Jean (Parking sur place) :

 

Culture et foi: le "silence" de Dieu

Dieu silencieux ? Une interrogation qui hante l’humanité depuis des siècles, aussi bien des mystiques, comme Mère Teresa que des écrivains saisis par l’angoisse ou la révolte comme Alfred de Vigny qui, à la fin de son poème « Le Mont des Oliviers », parle du « silence éternel de la divinité », d’un Dieu « muet, aveugle et sourd au cri des créatures ».

C’est en compagnie d’écrivains, non de théologiens, que nous allons cette année tenter de comprendre ce silence qui n’est peut-être qu’apparent.

Premières dates : 4 octobre et 8 novembre 2017

Les rencontres ont lieu de mercredi à 20h30, au Centre Saint Jean (parking sur place).

Contact: Jean-Marie Roux

 
Copyright © 2017 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public