Photos

 POURQUOI NOS PARENTS NOUS ONT-ILS DONNÉ LA VIE ?

Ex 34, 4b-6 + 8-9 ; 2 Co 13, 11-13 ; Jn 3, 16-18
Fête de la Sainte Trinité – Année A (14 juin 1987)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS


Delphes : philosophe

Nous venons de poser la question aux enfants, mais pour nous, frères, c'est un peu la même question que nous allons vous poser, car nous célébrons aujourd'hui la fête de la Sainte Trinité. Il faut bien savoir que la fête de la Trinité c'est tous les jours. Tous les jours de notre vie devraient être fête de Dieu. Donc pour nous chrétiens, célébrer le mystère de la Trinité, c'est célébrer "notre vie pour Dieu". Et chaque fois que nous sommes assemblés pour célébrer les sacrements, l'eucharistie entre autres, et principalement, chaque fois que nous prions dans l'intimité de notre cœur ou ensemble, chaque fois que nous accomplissons quelque chose pour le service de nos frères, chaque fois que nous nous penchons sur une détresse ou une misère humaine, nous célébrons en vérité le mystère de la Trinité.

La liturgie de ce jour devrait attirer simplement notre attention sur le sens que cela a pour nous, chrétiens, de célébrer la Trinité, car on pourrait définir un chrétien comme celui qui célèbre Dieu le Père, Fils et Saint Esprit. La plupart du temps, la Trinité nous paraît être une réponse du catéchisme que nous avons plus ou moins bien assimilée : il s'agirait d'une question très compliquée, comment trois personnes ne font qu'une, dans une seule nature. C'est pourquoi, paresseusement, nous considérons qu'il "suffit d'y croire", que ce n'est pas la peine de nous poser trop de questions là-dessus, parce que de toute façon, c'est un mystère, et donc, c'est insoluble.

En réalité, célébrer le mystère de la Trinité signifie quelque chose de très précis et de très concret pour nous. Et je voudrais vous inciter à bien situer le mystère trinitaire dans le plus concret de notre vie chrétienne.

Nous disons que Dieu est Trinité : Il est Père, Fils et Saint Esprit. Est-ce pour le plaisir de rajouter encore à la difficulté de la question de Dieu qui est déjà en soi-même difficile à résoudre? Et bien non, pas du tout, c'est au contraire une manière de la simplifier. Et je vais essayer de vous dire pourquoi.

Les hommes ont toujours cherché Dieu, c'est la grande hantise de l'existence humaine : vivre en quête de Dieu. Et c'est pourquoi lorsque par exemple saint Paul arrivait à Athènes, il saluait les Athéniens en disant : "Vous êtes les plus religieux de tous les hommes. La preuve, c'est que vous avez un autel qui est sur votre place publique, dans votre agora, et cet autel est dédié au Dieu inconnu. Donc, vous cherchez Dieu". Et quand vous lisez d'autres passages de saint Paul, vous constatez que pour lui, les hommes doivent reconnaître l'invisible secret de Dieu à partir des choses visibles que nous avons sous les yeux. Par conséquent cette recherche de Dieu est comme le moteur secret de notre existence humaine. Et cela, c'est le fait de tous les hommes, même s'ils ne s'en rendent pas compte. La réalité profonde telle que tous les théologiens l'ont dit, dans la tradition chrétienne et catholique, c'est que l'homme est fondamentalement un chercheur de Dieu et que, même si apparemment il cherche tout autre chose, en réalité il cherche un bonheur tel que Dieu seul peut le lui donner.

Seulement où est la difficulté ? c'est que pour chercher Dieu, l'homme livré à lui-même se trouve dans une situation extrêmement difficile souvent angoissante et de toute façon tellement exigeante au plan intellectuel, moral et spirituel, que la plupart du temps, lorsqu'il s'agit de s'y atteler exclusivement, sérieusement, l'homme pratiquement déclare forfait. La difficulté de la recherche naturelle de Dieu pour l'homme vient précisément de ce que, lorsqu'il est en quête de Dieu, l'homme se rend compte de ce que le but est si grand, qu'il est dépassé tellement de tous les côtés. Pratiquement donc il a envie de baisser les bras et de ne plus continuer à chercher. En fait, s'il n'a pas la force de se mettre exclusivement et explicitement en quête de Dieu, il reste qu'à travers tous les gestes les plus humbles et les plus simples de sa vie sociale, professionnelle, familiale, c'est encore Dieu qu'il cherche. Ainsi, nous connaissons une foule de gens autour de nous, et c'est même pratiquement la majorité de ceux que nous fréquentons, qui à travers une vie droite et très honnête, remplie de générosité vis-à-vis de leur prochain, dans leur vie familiale, suscitent de notre part cette réaction justifiée : peut-être qu'ils ne connaissent pas Dieu, mais en vérité à travers tel geste beau, simple et grand, dont nous avons été témoins, ils nous ont amené à penser que, simplement, honnêtement, droitement, dans leur cœur, ils cherchaient Dieu sans le savoir. Et nous avons raison de penser ainsi. Mais il ne faudrait pas dire pour autant : "Alors pourquoi nous-mêmes devrions-nous nous épuiser à essayer de croire en Dieu : Père, Fils et Saint Esprit, en ce Fils qui est venu parmi nous, qui s'est fait homme, qui est mort pour nous sur la croix, qui est ressuscité le troisième jour, etc … Tout cela est beaucoup trop compliqué ! En réalité, il ne faut pas prendre prétexte de ce que les autres cherchent Dieu inconsciemment pour nous dire : "après tout, pourquoi nous donnons-nous tant de mal ?" Ce serait un faux calcul, et surtout ce serait la négation même de notre âtre chrétien. Car si nous disons que "être chrétiens", c'est croire en Dieu : Père, Fils et Saint Esprit, cela renvoie à la réalité précise que voici : Croire au mystère de Dieu, Père, Fils et Esprit Saint, c'est accepter que depuis que le Christ nous l'a révélé, nous chrétiens, nous sommes comme tout homme des chercheurs de Dieu, mais c'est grâce à Dieu Lui-même que nous avons accès à Dieu.

C'est la grande différence entre nous et ceux qui ne connaissent pas la révélation du Christ. Ceux qui ne connaissent pas la révélation judéo-chrétienne, et qui se mettent devant le problème de Dieu, sont livrés à eux-mêmes. Il faut qu'ils cherchent Dieu par leurs propres moyens. Et c'est difficile. En revanche, depuis que nous avons connu la révélation de Dieu en Jésus-Christ, nous savons que Dieu n'est pas simplement Celui que nous cherchons, mais Il est Celui qui fait route avec nous pour que nous le rencontrions. Désormais nous ne sommes plus livrés à nous-mêmes pour chercher Dieu, mais Dieu est Celui-là même qui s'est livré à nous pour nous donner accès à Lui. Et voilà ce que signifie célébrer la Trinité ! Qui cherchons-nous ? le Père de qui vient tout projet d'amour. Avec qui le cherchons-nous ? avec le Christ qui a dit : "Je suis la voie et le chemin", c'est-à-dire "Je suis Dieu, Celui qui vous ouvre l'accès au mystère du Père". Et par quelle force le cherchons-nous ? par l'Esprit Saint qui a été répandu en nos cœurs au jour de la Pentecôte pour l'Église tout entière, et au jour de notre baptême pour chacun d'entre nous ! Désormais nous croyons en Dieu, nous croyons plus simplement en Dieu comme but de notre recherche, mais nous croyons en Dieu comme Celui qui nous donné accès à Dieu, comme Celui qui nous ouvre à l'ultime secret de sa vie intime. Et désormais nous ne sommes plus seuls, livrés à nous mêmes pour chercher Dieu, mais nous sommes livrés à Dieu pour chercher Dieu, avec Dieu. Telle est la grandeur de notre foi. Et c'est pourquoi croire au mystère de la Trinité et croire à la grâce, c'est tout un. Quand nous croyons au mystère de la Trinité, nous croyons que Dieu nous fait la grâce de le chercher. Et quelle est la grâce ? C'est le Fils de Dieu en personne et son Esprit de vie : la grâce c'est l'Esprit Saint qui est Dieu en nous, nous invitant librement à chercher Dieu.

Et vous comprenez comment nous sommes déjà participants de la vie divine, de la vie même de la Trinité. En effet, la Trinité signifie cette "circulation" de l'amour entre le Père et le Fils par l'Esprit Saint. Or si nous cherchons Dieu, nous sommes entraînés dans ce courant. Notre existence, dans les gestes les plus simples et les plus ordinaires de la vie, est déjà une existence dans le cœur même de la Trinité. Ce que nous sommes aujourd'hui, nous le sommes parce que nous sommes à la recherche de Dieu et que nous le cherchons par la puissance de sa grâce, l'Esprit Saint en nous. Comme je le disais, il est plus simple de chercher Dieu avec Dieu que de le chercher par ses propres moyens humains. Lorsqu'on est obligé de chercher Dieu par ses propres ressources, nous nous rendons compte à quel point nous sommes compliqués. Ce n'est pas Dieu qui est compliqué, c'est nous ! Mais à partir du moment où nous nous laissons saisir par ce courant de l'amour du Père qui nous donne son Fils et l'Esprit Saint pour le chercher, alors nous le cherchons avec la simplicité même de l'amour de Dieu, la simplicité même de l'amour du Christ pour son Père, la simplicité même de l'amour de l'Esprit qui fait le lien entre le Père et le Fils. Vous allez dire : "C'est encore plus compliqué parce qu'on n'y comprend presque rien". Mais nous sommes rendus à ce point où nous avons simplement à nous laisser saisir, à nous laisser conduire, et à nous laisser guider.

C'est ce que veut dire le mot "grâce".

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public