Imprimer

LA RÉVÉLATION TRINITAIRE

Dt 4, 32-34 +39-40 ; Rm 8, 14-17 ; Mt 28, 16-20
Fête de la Sainte Trinité – Année B (3 juin 2012)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS


Trinité (Ternant)
Fête de la très sainte Trinité ! Frères et sœurs, il y en a peut-être parmi vous qui pensent qu'après tout dans un moment de mondialisation, d'échanges, d'œcuménisme au sens large, de dialogue interreligieux, à quoi bon vouloir polariser tous les catholiques sur une fête terriblement dogmatique, qui n'a pas beaucoup de références dans l'Ancien Testament et seulement quelques références dans le Nouveau Testament, avec celles que nous avons dans l'évangile du jour : "Baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit". A quoi bon essayer de nous concentrer sur ce mystère de la Trinité qui est si abstrait, si difficile à penser, comment "un fait trois" et "trois font un" ? Bref, est-ce que ce ne serait pas plus simple de faire aujourd'hui une fête plus sympathique, de l'Église, ou une fête du baptême ou autre chose ?

Je crois que c'est plus nécessaire que jamais de fêter la Trinité. Ce qui menace un peu les chrétiens aujourd'hui, et plus spécialement les chrétiens occidentaux, c'est de perdre de vue ce qui fait l'originalité absolue de notre foi. Comme vous le savez sans doute, ce qui fait l'originalité du christianisme ce n'est pas d'avoir dit "aimez-vous les uns les autres", on peut dire que dans les trois grands courants monothéistes même si l'islam à certains moments n'a pas des exemples absolument frappants, c'est quand même une chose que l'on considère comme quelque chose d'à peu près acquis avec des variantes et avec des nuances. Ce n'est pas uniquement le domaine de l'éthique, même s'il y a des différences, mais ce qui radicalement fait la spécificité de la foi chrétienne, c'est que nous croyons en un seul Dieu qui est Père, Fils et Esprit Saint. Le malheur veut que nous croyons à cette chose-là comme si c'était un théorème ou un dogme énoncé de façon abstraite pour couronner la synthèse théologique de la Bible. En fait, la plupart du temps, nous ne comprenons pas pourquoi les chrétiens croient que Dieu est une communion de personnes. C'est difficile à comprendre, et précisément pour vous aider petit à petit à arriver à percevoir cette originalité, je voudrais repartir de la comparaison avec les deux autres religions monothéistes, l'islam, le judaïsme, pour voir mieux et comprendre mieux l'originalité de notre propre confession, qu'elle soit catholique, orthodoxe ou protestante, je crois que là-dessus, c'est assez clair et acquis.

Si on regarde l'islam, comment Dieu se révèle-t-il ? On peut, on n'est pas obligé, on peut considérer que l'islam soit une religion de révélation, c'est-à-dire Dieu qui, du secret de son intimité et de sa vie révèle quelque chose. Seulement voilà, première objection : Dieu ne s'est pas révélé dans l'islam. Cela peut paraître brutal de dire cela, mais il faut le dire : Dieu a révélé son Coran, son écrit, il a révélé aux hommes un texte écrit de toute éternité dans le ciel auprès de Dieu, et il l'a fait connaître par un prophète qui est Mohamed. Par conséquent, si l'on veut dire que Dieu s'est révélé, il faut mettre des guillemets : Dieu ne s'est pas révélé personnellement, il est resté lui-même intangible et intouchable dans le ciel, mais par miséricorde, il a envoyé son Coran pour éclairer les hommes. Cela veut donc dire dans ce que l'islam considère comme une révélation, que Dieu ne s'implique absolument à aucun moment personnellement dans le fait de rencontrer les hommes. C'est pour cela d'ailleurs que la confession de foi musulmane c'est : Dieu est Dieu, c'est là-haut, et Mahomet est son prophète, c'est en bas. Entre les deux, un abîme. Mahomet n'est pas quelqu'un qui serait habité d'une façon spéciale par une grâce de Dieu, il a simplement reçu un texte qui est le Coran et il a eu charge, mission de le diffuser prophétiquement. C'est pour cela que beaucoup de chrétiens aujourd'hui croient que c'est la même chose avec la Bible. Ils croient que Dieu existe dans sa transcendance, intouchable, inatteignable, et simplement il a envoyé à l'humanité un certain nombre de textes, (il a mis plus de temps que pour Mahomet), mais c'est le même système. Dieu aurait envoyé sa parole comme quelque chose d'extérieur à lui et ce qu'il faut, c'est obéir scrupuleusement à la chariah catholique, orthodoxe, ou protestante. Si l'on voit les choses de cette manière, la révélation dans l'islam n'est pas une implication personnelle de Dieu vis-à-vis de l'humanité croyante. On croit au Coran, oui, on croit par conséquent en Dieu, mais ce n'est pas du même ordre.

Passons dans la révélation de l'Ancien Testament. Ici, Dieu prend la peine, non plus par l'ange Gabriel mais prend la peine lui-même de révéler à un peuple sa Loi, ce sont les dix commandements. Le peuple d'Israël n'a jamais fini et continue encore de méditer sur ce mystère et qui est d'un tout autre ordre du point de vue de ce que l'on pense comme révélation. En effet, dans la tradition juive, quand on dit que Dieu a révélé sa Loi, on dit aussitôt qu'il a révélé sa Loi pour faire Alliance avec son peuple. En régime de foi israélite on est dans un lien personnel que Dieu crée entre lui et son peuple, et ce lien personnel nous révèle sous un certain aspect qui est Dieu. Dieu dit à l'homme : si tu veux être mon ami, si tu veux être mon peuple, si tu veux être lié à moi, tu observes les commandements. C'est tout le contenu de l'Alliance. Il n'y a pas de notion plus essentielle pour comprendre la révélation de Dieu aujourd'hui que cette notion d'Alliance. Mais dans cette Alliance, et c'est ce qui est particulier à la tradition juive qui est très grande et qu'il faut infiniment respecter, c'est que Dieu reste Dieu, notre Dieu est dans les cieux, et la terre, c'est la terre des hommes. Dieu, c'est vrai se lie à son peuple, et lie son peuple à lui par une loi et quand on est lié par une loi, par un contrat, il y a action mutuelle des deux. Don de la Loi et accueil et obéissance à cette Loi.

Nous sommes déjà au niveau d'un contrat et d'une action. Ce qui fait la grandeur du peuple d'Israël, c'est que lorsqu'il parlé de Dieu qui s'est révélé, il a perçu, il a vécu cette expérience unique, il n'a pas vécu seulement une parole extérieure à Dieu comme dans le Coran, il a reçu une loi parce qu'il a été lié à Dieu par cette Loi. Le lien personnel a commencé à se créer. C'est d'ailleurs pour cela la différence de l'islam d'un côté, du christianisme de l'autre, la révélation de l'Ancien Testament reste fondamentalement ouverte. Pardonnez-moi l'expression, si on est lié par loi, par alliance, par action, c'est plus s'il y a affinité car cela peut se développer et s'approfondir. La grandeur de l'Alliance et de la révélation dans le peuple juif, c'est le lien personnel au niveau de l'action, Dieu qui donne une loi à son peuple pour que son peuple selon cette Loi obéisse et rencontre son Dieu, c'est donc une alliance ouverte. Mais, ouverte sur quoi ?

C'est là que nous abordons le troisième élément, le nôtre. Que croyons-nous, nous quand nous disons "révélation" ? Nous croyons cette chose tellement extraordinaire et tellement radicale, que je crois que beaucoup de chrétiens ne s'imaginent pas une minute des conséquences et leur importance. Nous croyons que Dieu ne s'est pas contenté d'envoyer des emails comme dans le Coran, Dieu ne s'est pas contenté d'une action et d'une sorte de contrat d'Alliance comme dans la tradition du judaïsme, mais Dieu a voulu lui-même, l'incréé, le créateur, s'impliquer personnellement à l'intérieur même de l'humanité. Ici, nous ne sommes plus au niveau de l'action, mais nous sommes au niveau de l'être même de Dieu : Dieu est entré dans sa création. Aussi bien pour les juifs que pour les musulmans, qui par certains côtés parfois pressentent très bien le côté paradoxal de notre religion, pour la plupart d'entre eux, nous-mêmes sommes obligés de faire de Dieu une chose créée, Jésus de Nazareth, et finalement une idole. C'est difficile dans les dialogues judéo-chrétiens, (ne parlons pas des dialogues entre chrétiens et musulmans c'est pratiquement impossible), le reproche qui nous est fait c'est la raison pour laquelle nous avons besoin que quelqu'un de la création vous fasse entrer en relation avec Dieu ? ils ne peuvent pas accepter que l'incréé se fasse créé. Ils ne peuvent pas imaginer que Dieu incréé, absolu puisse entrer dans le monde de l'humanité, de la création, dans le tissu humain de notre histoire, de ce que nous sommes et de ce que nous vivons. Quand nous disons : "Je crois en Jésus-Christ qui est Seigneur", celui à qui comme Matthieu nous le rapporte dans son évangile, celui à qui tout pouvoir a été donné au ciel et sur la terre, nous voulons dire que Dieu lui-même est venu dans le monde. Dieu s'est enraciné dans sa création. L'infini de Dieu a réussi à vaincre l'abîme qui la sépare de notre pauvreté, de notre finitude. Dans la tradition juive, comme d'ailleurs encore plus dans la tradition musulmane, la transcendance de Dieu est telle que Dieu ne peut venir dans le monde créé, il est enfermé là-haut. Pour nous les chrétiens, nous affirmons cette chose folle, et il faut oser le dire, c'est que Dieu a réussi à venir lui-même dans sa création. Il a réussi à être et à dire véritablement qu'il était homme.

C'est à partir de ce moment-là que se pose le problème de la Trinité parce que si Dieu est venu dans le monde personnellement, et qu'il nous a parlé d'un Autre, qu'il a défini comme "Notre Père qui est aux cieux", c'est qu'en Dieu, il y a quelqu'un qui est resté là-haut et un autre qui est ici-bas sur la terre. Il sont deux … et si la promesse du Christ : "Je vous enverrai l'Esprit", c'est qu'il veut nous dire qu'il enverra celui qui a la puissance de Dieu de vous guider, même lorsque le Christ est retourné auprès du Père il a envoyé quelqu'un pour nous guider et nous conduire ici-bas. Ils sont trois ! A ce moment-là le mystère de la Trinité n'est pas simplement une théorie, mais c'est le fait d'essayer de rendre compte de ceci : comment Dieu a-t-il pu entrer dans sa création, dans le monde créé ? Comment l'incréé peut-il devenir un d'entre nous ? Ensuite évidemment, il a fallu des siècles pour comprendre exactement ce qui était derrière tout cela. Mais ce qu'il faut comprendre d'emblée, c'est que lorsque nous disons que Dieu s'est révélé, nous voulons dire que Dieu est venu nous parler de Dieu. Dieu le Fils est venu nous parler de celui qu'il appelle Dieu son Père. Dieu le Fils nous a promis celui qui son Esprit à lui Fils de Dieu, et qui est nécessairement aussi l'Esprit du Père, il a promis qu'il nous accompagnerait tout au long de notre histoire.

A partir de ce moment-là le schéma de la révélation, et on ne peut pas parler des trois révélations monothéistes, ce n'est pas vrai, même avec le peuple juif qui nous est pourtant proche du point de vue de la théologie, de la révélation de Dieu, jamais dans la tradition juive on ne dira que Dieu est entré dans le monde. On pourra dire éventuellement qu'il a donné le signe de sa présence parmi nous par la Loi, il a fait construire le Temple pour qu'on puisse le rencontrer de façon privilégiée, mais jamais Dieu n'est entré dans le Temple au sens réel du terme. Il y est entré par la Loi. Tandis que nous, nous croyons que Dieu est réellement au cœur du monde, c'est ce qui a fait le "succès" du christianisme. Le jour où l'on a compris que désormais l'abîme entre le monde et Dieu avait été dépassé, vaincu par la générosité et l'amour infini de Dieu qui a voulu nous rejoindre là où nous étions, de notre côté, pour nous conduire là où il est de son côté, alors le rapport entre le créateur et les créatures est complètement bouleversé. C'est toute la nouveauté du christianisme, et c'est ce qu'on confesse dans la Trinité.

Frères et sœurs, qu'en fêtant aujourd'hui ce mystère tout à fait surprenant, nous essayions de mieux prendre conscience de l'originalité absolue de notre foi, de notre compréhension du mystère de Dieu, de sa révélation, et surtout de sa présence aujourd'hui en nous, dans l'Église et dans le monde.

 

AMEN