AU FIL DES HOMELIES

Photos

PAR QUELLE AUTORITÉ FAIS-TU CELA ?

Jr 33, 14-16 ; Mt 21, 23-27

Jeudi de la deuxième semaine de l'Avent – A

(11 décembre 1980)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

C

 

e débat entre les scribes, les grands prêtres et Jésus peut nous paraître assez lointain et pourtant, il est prodigieusement actuel et contemporain. En effet, nous sommes très souvent, aujourd'hui peut-être plus encore qu'à l'époque de Jésus, nous sommes des hommes qui se demandent quelle est la validité, quelle est l'autorité qui légitime les actes de Jésus. Ces hommes, comme nous-mêmes voyaient des actes accomplis par un homme. Ils voyaient Jésus chasser les vendeurs du Temple. Ils voyaient Jésus enseigner dans le Temple. Ils voyaient, ils entendaient Jésus prêcher le Royaume de Dieu qui vient. Et alors ils avaient cette tentation que nous connaissons tous, aujourd'hui, de nous dire que c'est tout simplement un fait d'histoire.

C'est un homme qui propose, qui se propose de nous annoncer le salut, c'est un homme qui nous annonce le Royaume. Et comme malgré tout, ces paroles de Jésus sont troublantes, comme malgré tout elles éveillent dans le cœur de ceux qui les écoutent, une sorte d'inquiétude et de recherche, à ce moment-la, pour en avoir le cœur net, ils font ce que nous appellerions aujourd'hui, un examen critique : "Par quelle autorité fais-tu cela ?"

Et alors, Jésus les renvoie à Jean-Baptiste. Jean le Baptiste aussi, comme Jésus, a donné un baptême à travers un signe humain extrêmement modeste. Jean-Baptiste aussi a annoncé le royaume qui vient. Il a annoncé la conversion qu'il fallait faire dans son cœur pour accueillir ce royaume. Jésus leur demande : "Par quelle autorité Jean le Baptiste a-t-il agi ainsi?" A ce moment-là, dans le cœur des auditeurs, c'est une sorte de peur et de calcul terrible : une peur devant la foule, une peur de reconnaître la réalité des faits.

Tout ceci doit nous servir d'enseignement. En effet, Dieu ne nous parlera jamais qu'à travers des signes pris dans notre monde humain. Dieu ne nous parlera jamais qu'à travers des mots tirés de notre héritage humain, de notre culture humaine. Pourtant, à chaque fois, nous sentirons frémir, à travers ces mots, à travers ces gestes et à travers ces signes, quelque chose de plus grand. Et alors, nous aurons envie de nous tourner vers Dieu en disant : "Mais par quelle autorité fais-tu cela ?" Et Jésus nous dira simplement : Acceptez-vous que les gestes de salut viennent de Dieu et qu'Il se manifeste humblement à travers cet homme qui parle et que je suis ? Acceptez-vous que l'appel à la conversion du peuple soit passé par la bouche de cet homme que vous connaissiez et qui était Jean-Baptiste ? Acceptez-vous que Dieu vous parle à travers des gestes que vous puissiez comprendre et qui puissent toucher, au plus profond, votre cœur ?

C'est le mystère de la sainteté de l'Église. L'Église est sainte parce que tous ses gestes, elle les fait par l'autorité même de Dieu qui l'a envoyée proclamer au monde les gestes du salut, la Bonne Nouvelle du salut. Mais c'est en même temps, des gestes très pauvrement humains, des gestes qui, dans leur manifestation visible sont peu de chose. Et pourtant, ils sont porteurs de l'autorité divine. Il y a dans le mot autorité la vieille racine latine augmenter. C'est cela l'autorité de Jean le Baptiste, l'autorité du Christ. C'est cette pauvre humanité qui est prise, augmentée de la grâce et de la puissance salvifique de Dieu. Voilà ce que c'est que le salut pour nous aujourd'hui. Et voilà ce que c'est que notre sainteté. C'est notre pauvre humanité, dans ce que nous essayons d'en vivre au jour le jour, mais qui est ressaisie, augmentée, dilatée par l'amour infini de Dieu, Père, Fils et Esprit.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public