AU FIL DES HOMELIES

Photos

 NE FERMONS PAS NOTRE COEUR

Is 33, 17-24 ; Mt 11, 16-19

Jeudi de la deuxième semaine du temps de l'Avent – A

(9 décembre 2010)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Fermeras-tu ton coeur à la Parole ?

 

F

rères et sœurs, Jean-Baptiste annonçait un jugement, la venue d'un Messie qui punirait toutes les fautes et qui sauverait les hommes de bonne volonté. C'était le grand jugement, le Jour du Seigneur tel que l'avaient annoncé les prophètes. Jésus vient et il annonce non pas un jugement, mais un pardon, une guérison. Quand Jean-Baptiste surpris par la différence entre ce qu'il a annoncé de la part de Dieu et ce que Jésus réalise, quand Jean-Baptiste lui envoie ses disciples, ses disciples demandaient à Jésus : "Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? " Jésus répond : "Allez et répétez à Jean-Baptiste ce que vous avez vu : les aveugles voient, les boiteux marchent, les sourds entendent, les muets parlent". Jésus définit donc sa venue comme une guérison universelle, comme le pardon accordé au cœur, comme la santé est accordée au corps.

Ce que dit Jésus à cette foule qui se presse autour de lui et qui est prête à le critiquer est étonnée, car ni la prédication de Jean-Baptiste sur le jugement et sur la punition des pécheurs, ni la prédication de Jésus sur la miséricorde et sur le bonheur qui vient pour guérir tous les hommes, ni l'une ni l'autre de ces prédications n'était reçue par les juifs. Les scribes, les pharisiens, les grands-prêtres ont fermé leur coeur aussi à l'appel à la pénitence que lançait Jean-Baptiste, qu'à la conversion vers la lumière de la miséricorde qu'annonçait Jésus. Il y a là une obstination dans le refus et Jésus prend comme comparaison des enfants qui s'amusent. Ils jouent des airs de danse, et les autres ne veulent pas se réjouir, ou bien ils jouent une lamentation de deuil et les autres ne veulent pas pleurer.

Quel que soit le message, quand on ferme son cœur on ne le reçoit pas. C'est cela que Jésus et ses disciples, notamment saint Paul, reprocheront à beaucoup de juifs de n'avoir pas reconnu dans la prédication de Jésus l'accomplissement des prophéties et la manifestation de la grandeur de la miséricorde de Dieu.

Frères et sœurs, ne soyons pas nous aussi fermés à la Parole de Dieu, laissons-nous interroger, laissons-nous convertir. Écoutons, remettons-nous en cause et remettons notre vie entre les mains de Dieu pour qu'il nous guérisse, pour qu'il nous sauve, pour qu'il ne nous laisse pas aux prises avec nos péchés.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public