AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'HOMME CORYPHÉE DE TOUTE LA CRÉATION

Is 30, 19-26

(10 décembre 2001)

Homélie du Frère Yves HABERT

 

L'homme chantre de la création 

D

ieu pardonnera ! Dieu ira au bout du pardon! Dieu aura assez de folie pour nous pardonner, pour nous rétablir, pour restaurer l'homme, pour restaure même toute la création. Et Dieu l'a fait, et c'est cette nouvelle que nous avons entendu dans "l'évangile d'Isaïe".

Il y a d'abord cette critique des idoles qui courent chez tous les prophètes : "Tu jugeras impur le placage des idoles d'argent". Les prophètes sont les chantres d'un monothéisme radical, les chantres du Dieu unique. Donc Il est hors de question de se faire des idoles, de se faire une sorte de panthéon animalier, des cultes agraires. Il s'agit de ne pas confondre la créature et le Créateur, mais il s'agit de recevoir tout comme un don du Créateur et l'Esprit n'est pas courant partout dans les arbres, dans les animaux, quelle facétie pour un prophète qu'un panthéon d'un cosmos divinisé. Le prophète, il est là pour rappeler la grandeur du Dieu unique et en même temps, la place de l'homme, mais sans oublier la création. C'est pour cela que ce texte est extrêmement intéressant. Si l'homme est placé ainsi au milieu de la pluie, de la semence, du bétail, des bœufs, des ânes, des ruisseaux, des cours d'eau, de la lumière de la lune et du soleil, si l'homme est placé ainsi au milieu de toute la création, c'est pour en être le responsable, parce que cela lui est confié, c'est pour en être le coryphée. Le coryphée dans le théâtre antique, c'était le maître de chœur. C'est pour en quelque sorte articuler cette louange muette de toute la création, pour la faire chanter. Le coryphée, c'est aussi à l'opéra, non pas le danseur étoile, mais celui qui est juste au-dessous, donc il s'agit pour l'homme de danser avec la création, non seulement de chanter, mais de danser avec elle, parce qu'il est le mandataire de cette création, parce que sur sa tête a coulé l'onction, sur la tête du Christ a coulé l'onction. Si nous sommes mandataires, si cette création nous est confiée, c'est parce qu'elle a été confiée au Christ.

       Quel est notre rôle ? Le rôle de nommer, de replacer toute cette création dans le plan de Dieu, de faire passer cette création qui est de l'ordre de l'anonyme, de la faire passer, suivant un mot de Jean Bastaire, sous le patronyme, c'est de révéler à cette création que Dieu en est le Père. Là est notre rôle. Non pas de diviniser le cosmos, non pas d'adorer le cosmos, les arbres ou les animaux, mais c'est de faire que les arbres, les animaux puissent eux aussi se tourner vers le Père, parce que c'est un mandat qui nous est confié, de par notre baptême, c'est à nous de faire que toute cette création se tourne vers son Père, aussi bien les ânes que la pluie, que les ruisseaux et les cours d'eau. Tout cela nous appartient, nous en sommes responsables. C'est une très haute responsabilité que de tourner ainsi toute cette création vers Dieu.

       AMEN


 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public