AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE FÉMININ

Gn 3, 9-15

(9 décembre 2002)

Homélie du Frère Jean-François NOEL

Andlau : La création de la femme

A

ux deux bouts de cette nouvelle, l'ancienne et la bonne, c'est d'une part, Satan, le serpent qui s'approche de la femme, et à l'autre bout, c'est l'ange Gabriel qui s'approche de la femme. La même scène mais vue dans un miroir inversé, nous permet de réfléchir au rôle du féminin, pas spécialement de la femme, mais du féminin dans cette histoire de la contamination du mal et en même temps du salut.

Une fois que l'homme a été créé par Dieu et qu'il s'est trouvé seul, Dieu a fait tomber sur lui un sommeil, une torpeur (tardémah), pour trouver en lui, dans ce qu'il avait de plus profond, une image, une sorte de seconde étape dans la création, quelque chose de ses entrailles, puisqu'Il va tirer de ses entrailles le féminin, pour que l'homme ne soit plus seul à faire le chemin qui l'amène vers Dieu, puisque tel était le projet initial, une créature libre, dans un grand jardin, entouré des animaux, des arbres à fruits, des étoiles, de la mer contenue dans ses écluses, de la mer d'en haut, et de la mer d'en bas. Et dans ce grand jardin l'homme seul, accompagné du gazouillis des oiseaux et des cris des dauphins, mais ne trouvant dans ce premier Eden aucun compagnon, aucune compagne avec qui il puisse marcher vers la lumière, vers la source, vers la fin.

Dieu ne voulait pas de son côté, créer seul ce compagnon, mais le créer avec l'homme. Il a donc demandé une sorte de collaboration, à son insu, mais une collaboration d'entrailles, à l'homme, pour que de cette collaboration naisse quelque chose de plus fin, de plus subtil, de plus religieux, de plus près de Dieu, comme une première étape qui l'amène vers Dieu. Et cette première étape, c'est le féminin. C'est pourquoi Satan, qui n'est pas le dernier des idiots comme vous savez, va s'attaquer à la partie la plus religieuse de l'homme, c'est-à-dire le féminin. Parce que la partie religieuse de l'homme, ce féminin, est la partie la plus exposée, c'est la plus vulnérable. C'est la plus ouverte à la relation avec Dieu, et en même temps c'est elle qui est du côté de l'accueil, et Satan va frapper à cet endroit-là. Satan ne s'intéresse pas tellement à l'homme ou à la femme en tant que tels, il s'intéresse à celui qui s'approche de Dieu. C'est cela qui excite sa jalousie. Et cette partie la plus accueillante qui s'approche de Dieu, c'est le féminin.

C'est pourquoi à l'autre bout de l'histoire, quand Dieu réécrit l'histoire, il envoie l'ange auprès de ce même féminin dont Marie en est l'exemple et l'archétype. Afin de reprendre l'histoire là où elle s'était interrompue, en préservant dans l'humanité, cette femme première et dernière, puisque nouvelle Eve, elle renverse l'histoire définitivement, en écrivant sur cette femme la part qui revient à Dieu. Maintenant l'homme, dont nous, pourra revenir à Dieu par cette seconde femme, la nouvelle Eve, par Marie qui va porter désormais notre frère et le Fils de Dieu, Jésus.

Ce n'est pas que ce féminin soit plus fragile au sens où Satan ou l'ange auraient préféré lui parler, c'est qu'il y a dans le féminin un potentiel d'accueil de Dieu, qui fait que lorsque Dieu écrit son salut, Il commence par elle. C'est pourquoi l'Église a reconnu dans cette humanité mise à part, la manière dont Dieu choisit de parler à l'homme par ce féminin. Et la foi qu'il y a en nous, ce don de nous-mêmes, partie non raisonnée, non contrôlée, partie offerte et vulnérable, comment rendre compte de la foi qui nous anime ? C'est une partie de nous-mêmes que nous ne pouvons pas tellement argumenter face à celui qui n'est pas dans la même disposition que nous. Que de fois j'entends des gens dire : on m'a demandé de rendre compte de ma foi, et j'ai été le plus idiot des hommes, et j'ai balbutié. C'est la partie globale dont nous ne pouvons pas rendre compte, si ce n'est par un témoignage très humble et très faible : je crois ! je me donne ! je m'ouvre ! Cette foi c'est du féminin en nous, c'est la partie de l'Immaculée conception qu'il y a en chacun de nous, c'est ce point immaculé dans lequel Dieu a commencé à prendre pied et où Il nous invite à lui préparer une demeure, comme Marie elle-même est devenue la demeure de Dieu. Et ce lieu de la foi en nous, c'est ce lieu de l'Immaculée dont Marie est l'exemple pour tout homme.

Qu'en la solennité de l'Immaculée Conception, nous regardions avec une véritable espérance le travail que Dieu a commencé avant nous et offre à tout homme.

 

AMEN


 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public