AU FIL DES HOMELIES

Photos

UN NOUVEAU VITRAIL !

Is 30, 19-26 ; Lc 7, 24-30

Lundi de la deuxième semaine d'Avent – B

(6 décembre 1999)

Homélie du Frère Bernard MAITTE

 

L

'opinion de la foule est changeante et fluc­tuante. Elle entourait Jean le Baptiste, et voilà que désormais, elle entoure Jésus. Et Jésus semble prendre à son propre piège les différents changements de cette foule en lui demandant ce qu'elle est allée voir au désert, un homme vêtu d'ha­bits délicats, un homme qui semblait pouvoir rassem­bler les foules, parce qu'il avait une telle aura, qu'il aurait certainement été aujourd'hui un de ces gourous, ou une de ces stars devant qui l'on aime faire le pied-de-grue pour pouvoir la voir, l'entendre, l'admirer. Et Jean-Baptiste est certainement le modèle de celui qui suit les conseils évangéliques, avec un désir et un souci de pauvreté, de chasteté et d'obéissance à sa vocation et à sa mission de prophète. Et la foule est séduite par cela.

Comme quoi, même ce qui en soi pourrait être louable, peut devenir une affaire de mode. La mode justement consistant à se jeter sur ce qui semble être le dernier cri et la voix de celui qui crie dans le désert semble avoir suscité les foules en raison de cela. Mais la foule est changeante et va voir Jésus. Et Jésus révèle ce que les gens cherchent. Jésus leur dit : "Vous êtes allés voir un prophète et vous avez eu rai­son, Jean-Baptiste est vraiment un prophète. C'est de lui qu'il est écrit qu'il prépare les chemins du Sei­gneur, qu'il est le messager de celui qui vient". Donc sans le savoir et en allant peut-être plus loin que leur propre désir, ceux qui avaient suivi Jean-Baptiste sont renvoyés à Jésus et c'est un bon chemin. C'est un bon chemin, parce que Jean-Baptiste préparant la venue de Jésus réalise en lui cette cohérence de la révélation d'un Dieu qui se révèle au fur et à mesure de l'histoire des hommes, pour les conduire jusqu'à leur Dieu, son Fils.

Je suis personnellement heureux en tant que prêtre et curé de cette paroisse, de savoir qu'elle est dédiée à saint Jean-Baptiste, parce que comme nous le montre si bien le vitrail, il est auprès de Jésus et en ce temps de l'Avent, il nous convie vraiment à recon­naître en Jésus Celui qui vient nous sauver. Et il y a une voie que Jésus nous enseigne pour aller jusqu'à lui, en passant par Jean-Baptiste. Jean-Baptiste est le plus grand des enfants des femmes, et pourtant, le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui. Alors, nous allons refaire le vitrail ! (Non, c'est une plaisanterie) Nous allons refaire le vitrail : on y gardera Jésus et Jean-Baptiste au centre, et puis parce que ce n'est pas annexe, Dieu le Père tout en haut et la colombe de l'Esprit Saint. Les prophètes en bas, c'est pas mal, Marie et Elisabeth, c'est très bien, et les personnages dans les médaillons, les membres de l'Ordre de Malte, la Reine Jeanne, le Roi René, je pense que ceux-là il faudrait les faire disparaître. C'est la mode, c'est la foule changeante, c'est ceux qui bé­nissent et puis ensuite vous tirent l'épée dans le dos. Et j'y mettrais le plus petit d'entre nous, alors je fais un rêve, le plus petit d'entre nous, c'est chacun d'entre nous. Et l'on serait sur le vitrail, contemplant Jésus, en passant par Jean-Baptiste et en sachant que si on est sur ce vitrail c'est parce que nous sommes plus grand que lui parce que nous avons reconnu notre petitesse, et que dans le Royaume des cieux, ce n'est pas une affaire de mode, mais d'humilité.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public