AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE CALCUL DE PROBABILITÉ : L'IDOLÂTRIE

Is 30, 27-32

(12 décembre 2006)

Homélie du Frère Christophe LEBLANC

 

Poséidon : les dieux faits de main d'homme 

E

n écoutant avec vous la première lecture du livre d'Isaïe, un oracle contre les nations, j'avais l'impression d'entendre la menace d'un petit enfant dans une cour d'école qui se bataille avec son petit camarade et qui dit : attention, mon papa est plus fort que le tien, et si ça se passe mal, papa va venir, et il va remettre de l'ordre ! Hélas, c'est plus tragique au niveau de l'ordre des nations et des états. Nous le voyons toujours au Moyen-Orient, les choses n'ont pas beaucoup changé entre Israël et les nations, entre Israël et les pays environnants. 

       C'est vrai que les lectures tirées des oracles d'Isaïe peuvent surprendre dans cette préparation à la venue du Messie : pourquoi lisons-nous des oracles dans lesquels les nations sont si maltraitées ? Pourquoi lisons-nous des oracles dans lesquels Israël annonce aux nations qu'elles vont se faire gronder, que Dieu va venir, tout détruire, va mettre de l'ordre, elles verront ce qu'elles vont voir ! Je crois que pour réfléchir à cela nous aurions besoin encore une fois, mais c'est inlassable, de donner une autre définition de l'idolâtrie. On pourrait la définir comme un calcul de probabilité. L'idolâtrie n'est pas uniquement de se mettre à quatre pattes devant une statue qui représente un oiseau ou un animal, mais l'idolâtrie, c'est faire un calcul de probabilité. 

       Nous avons célébré dimanche le dimanche des ancêtres, et nous disons que les patriarches comme nous, attendent la venue de Dieu dans leur vie. En fait, ils ne savent pas très bien comment Dieu va venir, la religion est en collusion avec ce que nous appelons la prévoyance, comme les assurances qui ont pour but de prévoir. Très souvent, nous confondons religion et prévoyance. Nous essayons à partir de calculs de probabilité de deviner comment Dieu va venir dans le monde. En fait, exactement comme les expériences scientifiques, rappelez-vous, vous mettez en présence deux éléments, vous les mélangez et le calcul des probabilités vous dit qu'à un certain moment, cela doit virer à telle couleur. Si vous multipliez ces expériences, vous êtes capables ensuite de dire : il y a X pourcentage de chances pour qu'en faisant ça, cela donne ça ! C'est pour cela que nous sommes dans le domaine des sciences expérimentales et que nous croyons qu'en multipliant les expériences, nous arriverons à une probabilité de cent pour cent. Mais hélas, la science se trompe aussi. C'est pour cela qu'il faut qu'elle apprenne et que la science n'est pas la science infuse comme on le dit, et la science est amenée aussi à changer. Les grandes théories qui ont été faites sur la création du monde ne sont pas figées, elles sont amenées aussi à changer. 

       Vis-à-vis de Dieu, nous fonctionnons aussi de cette manière-là, avec le calcul de probabilité. Comme Israël, nous disons : Dieu est venu comme ça dans le monde, Dieu est venu déjà châtier nos ennemis, il n'y a pas de raison pour que cela ne se reproduise pas. Donc la plupart des oracles qui sont contre les nations prévoient que Dieu va venir détruire. De temps en temps, il y a des oracles dans lesquels on comprend que Dieu va venir châtier les nations, mais pas comme on le croit. Je le répète avec mon petit exemple du début, comme l'enfant qui croit que papa va châtier le petit garçon qui m'a volé mon jouet, il va nécessairement venir le châtier en lui faisant du mal. Alors qu'en fait, et on l'a vécu quelquefois, quand papa ou maman vient, ce n'est pas l'autre qu'ils châtient, c'est nous ! Ils vont remettre de l'ordre, mais peut-être pas comme nous le pensons, c'est-à-dire en châtiant l'autre. 

       Remettre de l'ordre, vous l'avez entendu, c'est le mot qui dans le petit extrait de l'évangile que nous avons lu, Jésus le dit : Élie est déjà venu, Élie, c'est Jean-Baptiste qui est venu remettre de l'ordre. Mais comme nous avons tendance à confondre religion et calcul de probabilités, nous avons aussi tendance à confondre ordre selon notre propre vue, et l'ordre selon Dieu. Et c'est là que tout peut s'écrouler, quand nous découvrons que l'ordre que nous demandons à Dieu n'est pas l'ordre selon les vues de Dieu. C'est là la grande nouveauté. 

       Je voudrais vous faire méditer là-dessus, en fait le calcul de probabilité est fondé sur le péché originel. Pourquoi ? Parce que le péché originel, c'est la volonté de l'homme d'une indépendance, c'est la volonté de l'homme qui dit : moi je suis capable de calculer le futur. Je ne vous renvoie pas à tous les magazines qui présentent les horoscopes, mais c'est la même chose, nous essayons de trouver l'ordre dans ce monde afin de gruger, de contrôler et de devenir des dieux, de savoir ce qui va se passer pour nous demain ou ce soir, dans le travail, en amour, en amitié, etc …  

       Voyez bien, frères et sœurs, que la religion, ce n'est pas ça, ce n'est pas du tout le calcul de probabilités. La religion c'est ce désir de marcher sur la route avec quelqu'un même si cela ne se passe pas comme c'était prévu. J'étais hier à l'oral d'un ami qui prépare sa thèse en histoire médiévale, il prenait un exemple à partir d'un traité sur les sacrements au Moyen-Age, les exemples donnés sur le mariage, et effectivement, vous vous mariez en pensant que l'autre personne a beaucoup d'argent, il se trouve qu'elle perd tout, et vous ne voudriez ne plus vous marier avec elle, mais vous êtes mariés mais vous ne pouvez pas vous dédire de votre parole. Dieu c'est pareil, lui vis-à-vis de nous, mais c'est aussi nous vis-à-vis de lui. Ce n'est pas parce que Dieu ne fait pas ce qu'il a déjà fait de toute éternité, qu'il faut que nous nous dédisions de la vie avec lui. 

       Frères et sœurs, je le redis encore une troisième fois, notre affaire avec Dieu n'est pas l'affaire d'un calcul de probabilités, mais une affaire de compagnonnage, une affaire d'amour et d'amitié, et nous avons à marcher sur la route de notre vie avec Dieu, tel qu'Il vient dans notre vie, ni plus ni moins. 

 

       AMEN 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public