AU FIL DES HOMELIES

Photos

ALTÉRITÉ ET COMMUNION

Is 30, 19-26 ; Lc 7, 24-30

Mardi de la deuxième semaine de l'Avent – B

(6 décembre 2011)

Homélie du Frère Christophe LEBLANC

Reliquaire de Jean-Baptiste (Tongres)

F

rères et sœurs, le passage que nous venons d'entendre de l'évangile prend place dans les rapports un peu particuliers entre Jean-Baptiste, Jésus, et les foules et en le lisant avec vous, je me disais que rien n'avait changé. Contrairement à ce que peuvent dire les esprits chagrins, qui nous répètent qu'avant, c'était toujours mieux, vous aurez remarqué qu'au temps de Jésus, les gens étaient tout autant avides de "mirabilias", de choses extraordinaires, que nos contemporains qui se précipitent sur les sites Internet, ou à la radio et la télévision pour se repaître des événements les plus originaux et extraordinaires de notre monde.

Bien sûr, il y a un danger. Le contre coup de cette prédication de Jean-Baptiste, serait de repousser Dieu dans une altérité telle qu'il n'y a rien à voir entre Dieu et moi. Un Dieu créateur, un Dieu qui par l'intermédiaire, certes, invite les gens à se repentir, et ensuite ? Ce qui est remarquable dans cet évangile, c'est que ce risque d'une altérité qui viendrait à présenter un Dieu, excusez-moi du terme, inhumain, un Dieu tellement Dieu qu'il serait coupé de sa création, ce qui est remarquable, c'est la réponse très simple de Jésus aux disciples de Jean-Baptiste qui sont venus l'interroger. En fait, dans la réponse de Jésus, il y a des mirabilias, des gens qui ne voyaient plus et qui recouvrent la vue, des sourds qui entendent, des boiteux qui ne marchaient pas et qui marchent, mais alors, pourquoi tout cela ? Non pas encore une fois pour ériger une barrière entre Jésus et les foules, non pas pour provoquer une autre altérité entre les foules et Jésus qui serait comme un magicien, qui serait en-dehors de ce monde et hors de l'humanité, mais ces mirabilias pour une raison bien précise, c'est la recherche sans cesse de la communion avec nos frères et nos sœurs.

"Allez rapporter à Jean ce que vous avez vu et entendu, les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts ressuscitent, la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres et heureux celui pour qui je ne serai pas occasion de chute". Et à d'autres endroits, ce que l'on reproche à Jésus, c'est d'entrer dans la maison des publicains et des pécheurs pour manger avec eux. La venue de Dieu parmi les hommes est une venue pour découvrir cette altérité entre l'humanité créée et le Dieu créateur, et en même temps pour nous montrer que malgré tout il y a une communion possible entre Dieu et l'humanité, une sorte d'équilibre entre ces deux extrêmes.

Même si ce n'est pas très clair dans le cœur de beaucoup de nos contemporains qui ne vont pas à la messe et pour certains qui savent à peine que Noël c'est la fête du petit Jésus né dans une crèche, il est intéressant de constater chez nos contemporains, c'est que Noël veut rester envers et contre tout une fête de communion. Malgré nos dissensions, malgré les oppositions familiales, malgré les trahisons, malgré les recompositions familiales, malgré tout cela, dans le cœur de l'homme d'aujourd'hui il y a encore une place pour le désir de communion, pour comprendre que l'homme n'est pas fait pour vivre seul. L'homme a besoin de cette communion avec ses frères et ses sœurs et le sens même de la vie de l'homme, c'est cela : vivre les uns avec les autres.

Bien sûr, il n'y a pas toujours le dogme et la transcendance derrière tout cela, mais c'est important, ce n'est certainement pas à mépriser, et c'est à nous d'aider nos contemporains à aller plus loin pour les aider à découvrir que l'erreur que nous commettons dans notre société dans nos familles, c'est de confondre la communion avec une sorte d'égalité. Nous voudrions que tous les autres soient comme nous et nous nous heurtons à une altérité des gens qui ne pensent pas comme nous. En fait, le régime de communion qui est le régime de Dieu avec nous est à la fois capable de respecter la différence et l'altérité des hommes et en même temps de les rencontrer dans leur mystère propre, le mystère de l'homme et le mystère de Dieu.

Frères et sœurs, nous avançons doucement vers cette fête de Noël qui est la venue du Tout Autre dans le corps d'un homme. Que nous réussissions même si quelquefois c'est bien difficile dans notre environnement, dans nos familles, que nous réussissions à la fois à vivre cette communion les uns avec les autres, tout en respectant nos différences.

 

AMEN

 

 

 

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public