AU FIL DES HOMELIES

Photos

JÉRUSALEM, REGARDE A L'ORIENT

Ba 4, 36-5, 9

(12 décembre 1984)

Homélie du Frère Michel MORIN

J

érusalem, regarde vers l'Orient, car ton Dieu rassemble tous ceux qui étaient dispersés..." Ce verset du livre de Baruch fait écho à l'exil, lorsque les fils d'Israël, à cause de leur péché, furent emmenés sous escorte d'ennemis et exilés loin de leur terre, de leur Temple. Dans sa justice, dans sa miséricorde, le Seigneur ne laisse pas aux ténèbres, à l'abandon, à la solitude, ceux qu'Il a appelés. Il les rappelle de façon incessante, au plus loin de leur détresse. Aujourd'hui encore, nous sommes toujours exilés par notre péché, par notre ignorance de la miséricorde de Dieu, et pour nous et pour le monde, nous sommes exilés loin de sa présence à cause de notre péché multiple. Aujourd'hui encore, ce même Dieu d'Israël nous demande de tourner notre regard vers l'Orient. L'Orient, c'est la source de la lumière, c'est la source du jour et de la chaleur. L'Orient, c'est le visage du Fils de Dieu qui apparaît à l'horizon de nos ténèbres, de notre péché, pour nous redonner cette joie qui coule sans cesse du cœur de Dieu.

        "Jérusalem, quitte ta robe de tristesse et de misère !" Tristesse et misère sont bien des vêtements dont les événements de notre vie nous revêtent et nous enserrent même de façon très forte, et parfois nous paralysent dans nos activités, et cachent en tout cas, à nous-même, aux autres et probablement à Dieu notre véritable visage qui doit être revêtu "de la beauté de la Gloire de Dieu." Aujourd'hui encore, l'Église qui est cette Jérusalem, est appelée à quitter sa robe de tristesse et de misère et à se laisser dépouiller par la miséricorde de Dieu pour qu'Il puisse la revêtir de sa robe de beauté et de cette robe de gloire qui est la tunique de la justice de Dieu. Dans notre vie personnelle, dans le regard que nous posons sur les événements et sur le monde, nous sommes accablés par tant de mal et nous pensons que le Royaume de Dieu n'arrive pas, et même peut-être qu'il est en train de reculer parce que nous calculons que la présence du Royaume de Dieu est inversement à celle du royaume des ténèbres ou en tout cas à ce que nous en percevons et savons. Cela n'est pas tout à fait juste. Le cours de notre vie peut ne pas changer beaucoup, notre caractère peut ne guère s'améliorer au fur et à mesure que nous avançons dans la vie, les événements du monde peuvent prendre une opacité, une douleur, une force de mal peut-être plus forte que d'habitude, cela ne peut en aucun cas, pour nous croyants, être une preuve que le Royaume de Dieu recule ou qu'il n'est plus présent. Mais simplement cela nous dit que la présence du Royaume de Dieu c'est quelque chose de beaucoup plus profond à l'intérieur de nous-mêmes et à l'intérieur de la vie du monde, quelque chose qui ne tombe pas sous le sens, qui ne se laisse même pas observer, même dans ses réalités négatives ou dans ce qui peut s'y opposer. Rien ne peut apparemment changer et intérieurement tout peut être bouleversé, car cette présence de Dieu, cette gloire est invisible, est intangible, elle ne se laisse pas voir, elle ne se laisse pas repérer, pas même par notre regard sur notre propre vie ou par notre regard sur le monde. Car cette présence du Royaume de Dieu c'est son secret, et Lui-même guide les hommes vers cette lumière, et Lui-même tourne leurs regards vers cet Orient de sa venue, nous n'en savons que peu de chose, d'abord parce que nous continuellement aveuglés par notre propre péché et par nous-mêmes, et parce que ce Royaume de Dieu ne se laisse pas observer.

       "Jérusalem, lève-toi ! Tiens-toi sur les hauteurs ! Tes enfants sont désormais rassemblés du couchant au levant." Dieu ne cesse de venir pour nous appeler à sortir de nous-même, à sortir de nos habitudes mauvaises ou même bonnes, car elles peuvent aussi être un écran, sortir aussi d'une certaine conception de notre foi qu'Il faut continuellement laisser se renouveler, dont il faut peut-être parfois s'appauvrir dans ce que nous en avons déjà acquis pour ne pas être tentés de le posséder et d'en faire une foi personnelle, une religion à nous-mêmes. Dieu veut que, sans cesse, nous montions sur cette hauteur qui est le cœur de l'Église, pour que nous apprenions à voir sa venue, à regarder dans notre propre cœur ce qu'Il veut faire et ce qu'Il veut accomplir. Et sans cesse, Il nous fait passer sous "ces arbres et sous cette forêt, dans la senteur de l'ombre", parce que au-delà de notre propre vie, au-delà de ce qui se passe en nous et autour de nous, Lui est présent, Lui est agissant, Lui est fécond, car son Royaume de justice, son Royaume de miséricorde vient et vient réellement. Nous en demandons la venue pour l'avenir : Que ton Règne vienne mais en disant cette prière nous confessons que son règne est déjà là, et il est déjà là parce que nous le demandons, parce que nous le cherchons, parce que nous le désirons.

       AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public