AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'ORDRE DE DIEU

Is 30, 27-32 ; Mt 11, 12-19

Samedi de la deuxième semaine de l'Avent – B

(10 décembre 2011)

Homélie du Frère Christophe LEBLANC

Le du bon samaritain, l'ordre de Dieu (Reuilly)

L

'Ordre. Je ne parlerai pas de l'Ordre de Malte, je parlerai de l'ordre dont il est question dans l'évangile. Et vous verrez que nous pourrons en tirer un enseignement chacun pour nous-même, que nous soyons membres des œuvres hospitalières ou engagés dans d'autres organismes.

"Elie doit venir et tout remettre en ordre". Pour beaucoup de nos contemporains, qu'est-ce que la religion ? C'est ce qui permet de remettre un peu d'ordre, de faire marcher ensemble le pouvoir temporel avec le pouvoir spirituel. Or, ce qui est très intéressant c'est que la figure d'Élie nous renvoie plutôt au désordre. Et je vois au moins deux désordres qui reflètent l'ordre de Dieu et non pas l'ordre des hommes. Quel est donc ce désordre que l'on peut trouver dans le cycle des histoires d'Élie et qui se reflète parfaitement dans l'histoire de Jean-Baptiste ?

Le premier désordre, c'est que le prophète Élie comme Jean-Baptiste, comme Jésus et comme chacun d'entre nous, puisque par notre baptême nous sommes tous prophètes, c'est que le religieux n'est pas à la botte du temporel. Élie est la figure vétérotestamentaire du conseiller royal mais non pas pour être celui qui met le tampon religieux sur tous les actes posés par le roi. Le prophète est comme la conscience royale qui vient régulièrement expliquer au roi ce qu'il a à faire et ce qu'il n'a pas à faire, en toute liberté, sans que le prophète prenne la place du roi. La première chose, c'est la remise en ordre de la part d'Élie, de la part de Jean-Baptiste, et de la part de tous les prophètes, une grande liberté du christianisme, de chacun d'entre nous vis-à-vis du politique.

Le deuxième désordre, c'est que ce soit du temps d'Élie ou que ce soit aujourd'hui, il est bien connu que le religieux est du côté du démonstratif, de l'extraordinaire, des mirabilias. C'est vrai que la scène d'Élie en train de faire arroser abondamment le sacrifice pour convoquer Dieu et l'obliger à y mettre le feu, serait digne d'une sorte de passe-passe qu'on pourrait voir dans un cirque où l'on serait sommé de mettre un genou en terre et reconnaître que le Dieu d'Israël est plus fort que les Baals. Or, le deuxième désordre, c'est ce qui se passe dans le cœur d'Élie quand il fuit Jézabel et qu'il arrive à l'Horeb où il découvre que la présence de Dieu ne se manifeste pas dans l'extraordinaire mais dans le silence et dans la discrétion.

En fait, c'est cela l'ordre de Dieu, c'est cela le désordre pur les hommes. Nous voudrions trop souvent, qu'il y ait cette concomitance entre le pouvoir religieux et le pouvoir politique comme si nous pouvions espérer que le politique soit là pour soutenir le religieux. Nous convoquons trop souvent Dieu dans le secret de notre prière pour qu'il nous démontre qu'il existe à travers tel ou tel miracle, telle ou telle chose, Or, l'ordre qu'Élie est venu réinstaurer, l'ordre que Jean-Baptiste est venu réinstaurer, l'ordre que nous avons à réinstaurer chacun d'entre nous, est cette liberté des enfants de Dieu dans le monde et c'est aussi la découverte que l'œuvre de Dieu se fait souvent dans le secret, dans la nuit et d'une manière extrêmement privée.

Je crois que chacun d'entre nous, tous ceux qui sont partie liée avec un organisme caritatif le savent trop souvent, l'extraordinaire de la haine, de la mort, de la souffrance, de la bêtise humaine mise en valeur par les journaux, par la télévision, provoque la désespérance en nous faisant croire quelquefois que nos petits gestes quotidiens, nos petites marques de charité, d'amour, d'espérance auprès de ceux auxquels nous sommes envoyés, ne passent jamais au vingt heures ! En fait, nous n'avons pas à en être désespérés car quand il en est ainsi, c'est l'ordre de Dieu qui se met en marche.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public