AU FIL DES HOMELIES

Photos

UN ORACLE DE CONSOLATION

Ba 4, 21-29

(12 décembre 2008)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

F

rères et sœurs, je voudrais vous dire quelques mots au sujet du texte du prophète Baruch. La Fontaine recommandait qu'on lise Baruch, parce qu'il l'avait découvert au hasard de ses lectures, Baruch est le secrétaire de Jérémie. Il a d'abord transmis les oracles de Jérémie, et ensuite, il a été appelé à jouer lui-même le rôle de prophète. Il a écrit un tout petit livre que nous allons lire pendant quelques jours. 

        Le livre de Baruch joue sur la rencontre de deux thèmes. D'une part le thème tout à fait tiré de Jérémie, de la misère d'Israël, de son péché, de la pénitence qu'il doit accomplir et le deuxième thème qui  est celui de la joie. Cela semble contradictoire, mais cette joie vient pour changer le sens de l'épreuve, pour transformer une épreuve sans espoir en un enfantement de la joie. "Courage mon peuple, mémorial d'Israël" dit Baruch. Cet oracle ce n'est pas Dieu qui le prononce, ce n'est pas non plus le peuple qui s'adresse à Dieu pour l'implorer, c'est Jérusalem qui parle à ses enfants. Jérusalem dit : "Allez mes enfants, allez votre chemin, pour moi, je reste délaissée, solitaire. J'ai quitté la robe de paix et revêtu le sac de ma purification".

        Jérusalem s'adresse donc à ses enfants qui viennent d'être dispersés, déportés, arrachés à leur sol, à la présence de Dieu dans le temple. Et Jérusalem leur rappelle que ce sont leurs nombreux péchés qui leur ont valu ces épreuves. 

        L'Église aujourd'hui, quand elle nous propose ces textes, se présente à nous comme la nouvelle Jérusalem. Cette supplication l'Église nous la donne à nous aussi. Nous avons des épreuves, nous avons des peines, et elles viennent de notre infidélité à Dieu. Si l'Église nous parle de cette souffrance qui est la sienne à cause de nos péchés, n'oublions pas qu'elle est une image de la vierge Marie qui en est le principal membre. C'est aussi la vierge Marie qui nous parle à travers cet oracle. 

        Que ce soit Jérusalem, l'Église ou la vierge Marie, il n'y a pas seulement l'évocation de ces épreuves, mais il y a ce mot qui revient sans cesse : "Courage, console-toi mon peuple", L'oracle est un oracle de consolation, car "Dieu vous rendra à moi pour toujours dans la joie et la jubilation" dit Jérusalem, dit l'Église, dit la vierge Marie. "Certes, les pays voisins ont vu votre malheur, mais ils seront éblouis par le salut donné par Dieu qui vous surviendra avec grande gloire et éclat de la part de l'Éternel. Criez donc vers Dieu, celui qui vous a amené les épreuves se souvient de vous, votre pensée fut loin de Dieu, mais revenez à lui, recherchez-le dix fois plus fort".

        C'est cet encouragement, cette consolation qui nous est proposé aujourd'hui. Si le Christ est venu pour fonder son Église, la nouvelle Jérusalem, c'est pour que nous sortions de l'épreuve et de la tristesse, pour entrer dans sa joie qu'il nous promet par sa présence, par sa venue et son salut. 

 

       AMEN 


 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public