AU FIL DES HOMELIES

Photos

RASSEMBLER NOS RESTES

Is 11, 10-16 ; Lc 3, 7-18

Jeudi de la première semaine de l'Avent – A

(2 décembre 2010)

Homélie du Frère Christophe LEBLANC

Des choses très simples …

 

F

rères et sœurs, c'est intéressant de voir que la psychologie humaine n'a pas beaucoup changé entre le temps de Jean-Baptiste et aujourd'hui. Je pense que si moi-même je passais mon temps lors des sermons, que ce soit en paroisse, en baptême, ou en mariage, si je passais mon temps à invectiver les gens et à les traiter d'engeance de vipères, je suis sûr que je n'aurais plus aucun mariage à célébrer, qu'on ne me demanderait pas comme prédicateur, et surtout, personne ne voudrait prendre de rendez-vous spirituel avec moi ! Cela me ferait du travail en moins …

Ce qui est fondamental dans ce texte d'évangile, c'est paradoxalement l'abîme entre ce qui est promis et les moyens pour y arriver. Vous êtes comme moi, quand le projet est "énorme", comme on le dit maintenant à la radio, instinctivement il faut faire que les moyens mis à disposition pour réaliser le projet doivent être aussi énormes. C'est tout le décalage entre la prédication générale de Jean-Baptiste : engeance de vipères, c'est la fin du monde qui arrive, vous ne valez rien, vous êtes en deçà de ce que vous devriez être pour accueillir la nouveauté et ces gens-là qui ne se laissent pas décourager puisqu'ils prennent rendez-vous avec Jean-Baptiste, et dans l'intimité, Jean-Baptiste est presque désolant.

Quand on est très malade qu'on va voir le médecin, et qu'on attend que le médecin nous donne un remède de cheval et nous dise de faire des choses absolument incroyables, et qu'il en reste aux banalités, il vous dit : arrêtez de manger de trop, arrêtez de manger trop salé, eton est presque déçu que le médecin nous donne des remèdes extrêmement basiques qui ne sont pas du tout extraordinaires. Vous connaissez bien cette histoire du général Naaman, dans l'Ancien Testament, ce général syrien qui était lépreux, et qui se dit que le prophète d'Israël va sûrement lui demander de faire de choses extraordinaires pour être guéri. Et voilà que ce prophète lui dit simplement : tu n'as qu'à aller te baigne dans les eaux du Jourdain et ce sera réglé.

Vous avez remarqué ici la simplicité des conseils évangéliques de Jean-Baptiste envers ceux qui viennent le voir. Aux soldats, il ne dit pas : arrêtez de vous battre, ce n'est pas bien de tuer son prochain. Il leur dit : n'en faites pas plus, ne molestez pas les innocents, ne prenez pas plus que votre solde. A ceux qui prennent trop d'argent pour les impôts, il ne leur dit pas : arrêtez votre travail, vous ne vous rendez pas compte de ce que vous faites ? Non, en fait il y a une grande humanité et une mesure extrêmement intelligente de la part de Jean-Baptiste qui peut presque nous décevoir.

Je vais le dire en tant que prêtre et accompagnant des personnes il nous arrive d'accueillir des personnes qui exactement comme je l'ai dit par rapport au médecin, n'attendent pas de nous des paroles vraies, mais attendent que nous leur disions ce qu'ils veulent entendre. Ils veulent vérifier auprès du prêtre que ce qu'ils ont dans la tête c'est bon. Et quelquefois, on est bien obligé de leur dire que les choses sont beaucoup plus simples que cela. Et l'on voit presque à leur visage qu'ils sont déçus, parce qu'ils pensaient que comme je le disais tout au début, que leur projet étant énorme, les moyens doivent être aussi énormes. Je ne sais pas si après ils vont voir d'autres personnes comme Naaman qui pensait qu'il fallait faire des gestes abracadabran, s'ils vont voir d'autres personnes espérant trouver auprès d'eux des conseils extraordinaires.

Mais je suis presque surpris avec vous qu'au Royaume de Dieu, correspondent des attitudes et des gestes extrêmement humains et simples. Vous avez entendu dans la première lecture quand on parle des restes, cela commence par rien, le reste de Benjamin et de Juda c'est qu'ils ne peuvent même pas s'entendre et se supporter, et cela finit par le passage de la Mer Rouge, c'est-à-dire, une Pâque. Et pour que cette Pâque arrive, il n'a pas fallu que Benjamin et Juda et que les Hébreux dispersés fassent des choses extraordinaires. Il a fallu qu'ils rassemblent leurs restes et c'est Dieu qui a fait le reste.

Je crois que dans la conversion et dans notre attitude au début de ce temps d'Avent, c'est la même chose. Nous ne pouvons pas nous substituer à Dieu et vouloir déjà faire des choses énormes parce que le Royaume de Dieu est énorme. En fait, la seule chose que nous ayons à faire, c'est de rassembler nos restes, les lambeaux de nos vêtements, les lambeaux de ce que nous sommes capables de faire, et de les offrir à Dieu. C'est cela la prédication de Jean-Baptiste, ni plus ni moins, cette attitude de juste milieu et c'est Dieu qui fera le reste.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public