AU FIL DES HOMELIES

Photos

ET LE DÉSERT REFLEURIRA

Is 2, 1-5

(29 novembre 1999)

Homélie du Frère Bernard MAITTE

 

Sinaï : Le chardon glabre 

N

ous sommes partis pour un long cycle de méditation et de réflexion sur la personne de saint Jean-Baptiste que nous vénérons beaucoup, puisque c'est le saint patron de notre paroisse et moi personnellement, parce que parfois, j'ai l'impression que comme lui, c'est une voix qui crie dans le désert. C'est étonnant d'ailleurs, une voix qui crie dans le désert. Pourquoi aller crier dans le désert, surtout pour dire : "Repentez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle !" puisque dans le désert, il n'y a personne, quelques bêtes éventuellement et si on a l'image d'un désert californien, quelque cactus, mais dans le désert de Judée, il n'y en a pas, mais en l'occurrence, ce n'est pas un lieu ultra peuplé, ce n'est pas un lieu où l'on irait installer des moines apostoliques au premier abord, il faudrait qu'il y ait un petit peu plus de monde.

       Dans ce cas-là, est-ce pour réaliser une prophétie, puisque Isaïe a dit : "Une voix criera dans le désert, repentez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle." Comme quoi, Dieu n'a vraiment pas peur du gâchis, il envoie Jean-Baptiste au désert uniquement pour que la prophétie se réalise, ainsi, on ne pourra pas dire que Dieu se dédit.

       Je pense quand même que cela va plus loin, parce que vous le savez, il y a des déserts peuplés, on pourrait éventuellement crier dans toutes les rues d'Aix : "Repentez-vous, croyez à la Bonne Nouvelle", cela pourrait avoir le même écho que dans le désert, autant dire, pas grand-chose, mais il ne faut pas désespérer !

       Cela dit, le désert est aussi une image importante dans l'œuvre de salut de Dieu. En fait le désert est paradoxalement l'image qui dit le mieux la plénitude, la fécondité, la richesse de l'œuvre de Dieu, en fait, le désert est un jardin caché. C'est le jardin d'Eden gardé par l'ange, et en fait celui qui découvre ce qu'est vraiment le désert, découvre d'un seul coup que Dieu comme le promettent les prophètes dans la Bible, faire refleurir le désert. C'est dans ce lieu-là que nous voyons surgir comme le dit si bien le Cantique des Cantiques: "Qui est celle-ci qui monte au bras de son Bien-Aimé et qui vient du désert ?" C'est en fait exactement la topographie de notre cœur et de notre vie. C'est la géographie de notre foi chrétienne, car au fond le salut que nous vivons, n'est-il pas justement de passer de la mort à la vie, du désert au pays où coule le lait et le miel. En somme, la voix qui crie dans le désert, c'est aussi laissé à nous-mêmes le désert de notre cœur et de notre vie. C'est une chance dans ce qui semblait mort, désertique, réduit au minimum de vie, une voix, et un jour, le Verbe fait chair, vienne manifester sa présence, comme quoi notre cœur même peut devenir le jardin de la résurrection. En somme l'annonce de Jean-Baptiste n'est pas simplement pour dire : "Voyez, il faut bien que la prophétie se réalise", mais plutôt à être ce signe même que là où le silence se fait, une voix peut surgir. Là où nos sens peuvent être éprouvés, une espérance se fait jour, et c'est le mystère de Noël : la terre refleurit, le désert devient fécond, les boiteux marchent, les aveugles voient, les sourds ou ceux qui sont dans le désert entendent.

       AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public