AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE COMMENCEMENT

Is 2, 1-5 ; Mc 1, 1-8

Lundi de la première semaine de l'Avent – C

(2 décembre 1985)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

C

 

ommencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ". Nous voici donc ramenés au commencement. Et comme toute question sur le commencement ou sur les origines, que ce soient les origines du monde, que ce soit notre propre origine, c'est toujours une question extrêmement obscure parce que cela fait partie de notre condition humaine que nous ne connaissions jamais le commencement.

Pourtant, il y a quelque chose de tout à fait étonnant dans cet évangile lorsqu'il dit le commencement. Curieusement, pour Jésus aussi, dans saint Marc, nous ne connaissons pas le commencement. Et même si on veut dire le cœur de l'évangile, on dira : "Jésus-Christ est Seigneur." On dira sa venue parmi nous, tout ce qu'Il a fait parmi les hommes, si mort, sa résurrection et le tombeau trouvé vide. Mais lorsqu'on veut commencer, on ne trouve pas, en Jésus Lui-même, le point d'appui. Et c'est cela qui est étonnant. Lorsque Marc commence l'évangile, la bonne nouvelle de Jésus-Christ, il ne commence pas par Jésus-Christ.

C'est un peu comme pour une pièce de théâtre où, avant que n'apparaisse le héros, il faut d'abord qu'il y ait la scène et le décor, et qu'il y ait peut-être aussi un héraut, un annonceur qui vienne sur l'avant-scène pour annoncer ce qui va se passer, et qu'il y ait aussi le public rassemblé, et qu'il y ait cette atmosphère et cette ambiance dans laquelle, enfin, le héros va paraître et la trame va se nouer. Jésus n'est pas manifesté là comme le commencement absolu. Avant que Jésus ne paraisse, il faut qu'il y ait au moins trois choses.

La première, c'est l'Écriture. Si Jésus "vient pour accomplir l'Écriture", il faut qu'il y ait déjà l'Écriture. Et c'est pourquoi l'évangile de Marc commence par une citation de l'Écriture. Si l'on veut comprendre Jésus, on ne peut pas l'aborder sans rencontrer d'abord les Écritures qui, secrètement, mystérieusement, réellement l'ont annoncé. Nous n'aurons pas un accès direct à Jésus-Christ si nous ne voulons pas d'abord passer par le mystère des Écritures. C'est pourquoi il faut commencer : le commencement c'est l'Écriture. C'est pourquoi d'ailleurs saint Jean ira même plus loin, parce que pour dire son évangile, pour dire Jésus-Christ, il reprendra le premier mot de l'Écriture : "Au commencement".

Ensuite il faut quelqu'un. Il faut l'annonceur. Il faut celui qui proclame et qui désigne à la face d'Israël qui est le Messie. Mystérieusement, le Christ, dans un premier moment, ne s'imposera pas Lui-même à son peuple d'Israël. Il faut qu'il y ait quelqu'un pour le manifester à Israël, pour le manifester comme "Celui qui vient". L'histoire de notre salut commence avant la venue même et la manifestation plénière du Christ. Enfin, il faut le concours des foules. "Tout le monde vient se faire baptiser par Jean". Lorsque le Seigneur va venir, il y a déjà mystérieusement à travers le monde, à travers le peuple d'Israël, à travers tous ces hommes qui ont attendu le Seigneur, un mouvement de conversion. Avant même que le Christ n'apparaisse, déjà la foule, déjà le peuple demande pardon de ses péchés, reconnaît qu'il est incapable d'accueillir lui-même le Seigneur, reconnaît qu'il n'est pas encore mûr pour la venue du Messie.

Ainsi donc commence l'évangile, ainsi donc doit-il commencer en nous. Ainsi doit toujours commencer en nous la venue de Jésus. Il faut que, nous aussi, si nous cherchons le commencement de la présence de Dieu en nous, nous retrouvions cette triple dimension : l'Écriture, celui qui annonce la venue et ce mouvement par lequel nous sommes tournés vers Lui et rassemblés en Église.

Voilà ce qui peut marquer ce temps de l'Avent, ce temps du commencement, de la gestation. S'il faut que le Christ naisse en nous et qu'il retrouve la racine de nous-mêmes pour y naître, il faut que cette racine soit enrichie et préparée par la parole des prophètes, par le geste de Jean-Baptiste qui nous dit "Voici l'Agneau de Dieu, voici Celui qui vient" et que notre cœur, aussi, se convertisse sous la mouvance de l'Esprit Saint.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public