AU FIL DES HOMELIES

Photos

COMMENCEMENT

Is 5, 1-7 ; Mc 1, 18

Lundi de la première semaine d'Avent – A

(4 décembre 1989)

Homélie du Frère Michel MORIN

 

L

e commencement ou le recommencement de la lecture d'un évangile nous rappelle au commencement de notre propre vie dans l'évangile. Et c'est bien ainsi que ce texte introduit notre méditation. L'évangile a commencé en nous au jour ou, comme l'a annoncé Jean-Baptiste à ses contemporains, nous avons été baptisés avec de l'eau et de l'Esprit.

Depuis ce commencement, Dieu se penche vers nous comme un ami sur sa vigne, selon le texte poétique du livre d'Isaïe que nous venons d'entendre. Dieu se penche sur chacun d'entre nous comme le vigneron sur un cep et Il se penche sur l'Église et le monde comme le maître de la vigne sur l'ensemble de son vignoble. Et dans ce regard nous savons, parce que l'Écriture nous l'apprend, qu'il y a du bonheur et de l'irritation, de la satisfaction et de l'impatience. "C'est la justice que j'attends, et je trouve la vio­lence", c'est la paix et la concorde que j'attends et je trouve plein de réalités contraires au droit.

Cette parabole de la vigne s'applique, bien sûr, à chacun d'entre nous. Le baptême est source de vie, le baptême est source de lumière, le baptême est en nous commencement de toute justice, selon le droit de Dieu, c'est-à-dire de Dieu qui nous a créés et de Dieu qui, avec notre collaboration libre et heureuse, veut gouverner, diriger notre propre vie. Dans la me­sure où nous nous soustrayons à cela, nous devenons complices du péché, nous devenons complices de la mort et notre vigne personnelle, comme la vigne col­lective de l'Église, ne produit plus le bon fruit attendu malgré toutes les grâces que Dieu nous prodigue, malgré tout ce qu'Il cultive en nous, dans ce champ, ce terrain que nous sommes, bien planté dans sa grâce et ensoleillé de sa présence.

Au début de cet Avent, l'Écriture nous invite donc à considérer cet avènement de notre baptême dans notre vie humaine. Baptisés dans l'eau, baptisés avec l'Esprit pour vivre dans la justice et le droit. Il ne s'agit pas ici de notions juridiques qui s'enseignent dans quelques facultés. Il s'agit de découvrir la vo­lonté de Dieu sur nous. C'est cela la justice. C'est pour cela que l'incarnation du Christ accomplit toute justice puisqu'Il est venu faire la volonté de son Père et nous apprendre ainsi à prendre notre part de cette volonté dans l'œuvre du Père.

Que saint Jean Damascène nous aide à re­trouver notre visage de baptisés, à retrouver le goût pur et frais de cette eau qui a coulé sur nous pour im­primer en notre cœur le visage du Christ. Que saint Jean Damascène nous aide, au début de cet Avent, à rendre ce culte au visage du Christ que nous sommes. Car Noël ce n'est pas simplement attendre l'incarna­tion du Fils dans la chair humaine, c'est aussi attendre la manifestation du visage du Christ dans notre chai humaine. Nous attendons Dieu. Dieu nous attend.

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public