AU FIL DES HOMELIES

Photos

Isaïe 5, 1-7 ; Matthieu 3, 1-12

Mardi de la première semaine de l'Avent

Homélie du Frère Jean-François NOEL

Chenois : église Saint Pierre
Bois polychrome du XVII ème siècle

 

L

e temps de l'Avent, comme d'ailleurs un peu tous les temps préparatoires, sont des moments où l'on dessine derrière les moments ordinaires et malheureux des hommes, l'autre histoire, celle de Dieu. C'est comme si on appuyait plus fortement sur les traits de la manière dont Dieu vient sauver les hommes, dont Il écrit, dont Il déploie avec son inventivité propre la manière dont il vient en chacune de nos vies et de nos histoires.

Il y a des signes, des personnages qui vont apparaître quand on appuie bien fort sur ces traits de la véritable histoire, celle qui se cache derrière l'histoire des hommes, et Jean-Baptiste fait partie de ces personnages hauts en couleur, forts en parole, démesurés. Quand on compare dans le vitrail de l'église, la figure intense de Jean-Baptiste et celle du Christ, le visage du Christ pourrait paraître dans un premier temps plus mesuré, plus retenu. Je pense qu'il y a la même intensité dans l'un comme dans l'autre. L'intensité, Jésus va la garder pour lui, Il va la retenir pour qu'elle explose davantage dans sa résolution d'aller jusqu'au bout.

Jean-Baptiste est un personnage, au bon sens du terme, qui "représente", c'est le théâtre, il met en scène, il convoque tous les hommes, en Judée, dans le désert, auprès du Jourdain, pour les inviter à se mettre en route, à se repentir. Il les convoque à la rencontre avec Dieu. Jésus, lui, est cette rencontre. Il n'a pas la même manière de faire, Il est Dieu vivant, Verbe fait chair au milieu des hommes. Jean-Baptiste, lui stimule le cœur, ouvre et élargit nos cœurs tiédis, il s'adresse à chaque homme dans son essence, à sa racine. Et Jésus lui, le visite, l'inonde de grâce, le transforme. Mais il fallait un personnage comme Jean-Baptiste pour que nous nous réveillions, pour que nous prenions conscience que nous dormions, que nous prenions conscience que nous ne voyons pas, que nous sommes sourds, puisque tel est le refrain des prophètes, et surtout du prophète Isaïe : vous étiez aveugles, vous étiez sourds, et vous boitiez.

Que ce temps de l'Avent où  Dieu nous convoque nous remplisse de joie, en ce sens que nous pouvons nous approcher toujours un peu plus près de la manière dont Jésus, après, va faire, va dessiner, va offrir sa vie et son salut pour nos vies, sans jamais se lasser d'inventer de nouveaux chemins qui nous sont nécessaires et de détruire toutes les embuscades que nous pouvons bien malgré nous, souvent, dresser contre sa grâce, et contre l'effet de son salut.

Que ce temps d'Avent soit un temps qui nous stimule, qui nous mette en marche, sans nous décourager dans cette quête de Dieu qui est la source lui-même de la joie profonde dans l'homme.

 

AMEN


 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public