AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE BAPTÊME DE JEAN

Is 2, 1-5 ; Mt 3, 1-12

Mardi de la première semaine d'Avent – B

'1er décembre 1981)

Homélie du Frère Michel MORIN


Le Jourdain
 

V

 

oici donc qu'apparaît Jean, que Matthieu, tout de suite, nomme le Baptiste. Il le campe dans sa fonction et sa mission principale, celle de prêcher et dans les circonstances particulières de l'histoire du salut, puisque c'est dans le désert qu'il doit prêcher, ce désert de Judée.

Le baptême que donne Jean n'est pas un baptême qui pardonne les péchés. Il le dit lui-même : "Je vous baptise dans l'eau en vue du repentir." Le baptême dans l'eau que donne Jean à ces foules qui viennent de Jérusalem, de Judée, du Jourdain, est le signe extérieur de la conversion de leur cœur. Mais ce baptême ne leur donne pas la purification de leurs péchés. Et Jean le sait puisqu'il annonce lui-même que quelqu'un d'autre viendra qui "lui baptisera dans le feu et dans l'Esprit." C'est le baptême de Jésus, du Messie et lui seul, qui est capable de nous donner la rémission de nos péchés. Ce baptême, c'est celui de sa Pâque dans sa mort et sa résurrection, quand Il versera son sang comme nous le dirons tout à l'heure, une fois encore, "en rémission de nos péchés." C'est le baptême dans sa Pâque et sa Résurrection qui sera le moment où Il donnera au monde et à l'Église le feu de l'Esprit.

Mais Jean-Baptiste, simplement prêche pour amener ses auditeurs au repentir : "Repentez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche." C'est ainsi qu'il commence sa prédication, c'est exactement par la même phrase, le même appel que Jésus, plus tard, commencera, lui aussi, sa prédication. Signe évident que Jean est le dernier des prophètes et Jésus le dira : "Qu'êtes-vous allés voir dans le désert ? Un prophète ? Oui, un prophète. Il est celui qui crie, il est la voix qui retentit." Mais Jésus reprenant lui-même cet appel au repentir, ne se manifestera pas comme un prophète, car Il dira, plus tard, "Le Royaume des cieux est au milieu de vous." Et Il se réfère aussi, dans sa première prédication à Isaïe, non pas pour parler de la voix, mais pour signifier qu'Il est la Lumière qui luit dans les ténèbres du peuple.

C'est Jérusalem tout entière qui vient écouter le prophète et manifester le désir du repentir. C'est Jérusalem, cette Jérusalem qui tue les prophètes, cette Jérusalem qui est la ville de l'incrédulité et de l'adultère du peuple. Cette même Jérusalem qui veut se convertir ne se convertira pas encore, Jésus Lui-même pleurera sur ses murs en disant : "Combien j'ai voulu rassembler tes enfants, comme la poule rassemble ses petits !" Car la prédication de Jean-Baptiste annonce un jugement. Ce jugement, le Christ viendra l'accomplir. Et c'est avec des paroles extrêmement fortes, extrêmement vigoureuses que ce jugement est annoncé vis-à-vis des sadducéens et des pharisiens : "Race de vipères, engeance de vipères." Et le Christ Lui-même, reprendra ces mots très forts envers ces pharisiens, dénonçant ces cœurs qui disent et ne font pas, qui font et ne disent pas, qui se font baptiser et qui ne se convertissent pas. C'est cela le jugement que le Christ est venu apporter par sa venue. Ce sera un jugement dans le feu et l'Esprit, c'est-à-dire un jugement de purification. La bale, ce qui est inutile sera rejetée au feu. Et Il n'engrangera dans son grenier que les fruits des bons arbres. Il y a une imminence à ce jugement, selon cette image précise et très forte : "Le tranchant de la cognée est déjà à la racine de l'arbre."

Frères et sœurs nous avons été baptisés dans l'eau et dans l'Esprit. Chaque jour, dans son sang versé pour nous, le Seigneur nous remet nos péchés. Est-ce que nous portons vraiment des fruits dignes du Royaume ? Ou est-ce que la cognée viendra couper en nous ce qui ne porte pas encore de bons fruits ?

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public