AU FIL DES HOMELIES

Photos

 LE DÉCOR DE L'AVENT

 Is 5, 1-7 ; Mc 1, 1-8

Mardi de la première semaine d'Avent – C

(1er décembre 2009)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Ambonnay : Jean-Baptiste

F

 

rères et sœurs, l'évangile de Marc dont nous venons d'entendre le commencement tient précisément à nous faire comprendre ce qu'est l'avènement du Seigneur. Avènement, Avent, c'est la même chose, c'est le même mot, c'est "venir à la présence", c'est venir "au milieu de". C'est venir pour être là, c'est une visite. Dans le monde antique, l'Avent, l'avènement se disait surtout du prince, du roi ou de l'empereur qui faisait son entrée dans une ville. Tout à coup, il inscrivait sa présence, sa majesté comme on le disait, dans le cœur même de la ville. Par conséquent, c'était normalement un jour de fête, un jour de reconnaissance, un jour de célébration.

Précisément, ce petit texte que nous venons d'entendre est exactement calqué sur cette manière de voir. Ce que Marc veut nous faire sentir, c'est que dès le début, la venue du Christ, la venue de Jésus est un avènement solennel. Tout comme dans le monde ancien, le roi qui entrait dans la ville était précédé par les hérauts qui annonçaient sa venue, par sa garde qui l'entourait, par les troupes qui défilaient en son honneur, de même ci, Marc met en scène une sorte d'immense procession. Il y a d'abord le héraut central, Jean-Baptiste lui-même qui accomplit sa mission en rapportant à lui tout le cœur de l'Ancien Testament. La voix qui crie dans le désert, c'est la voix des prophètes. Autrement dit, quand Jean arrive dans le contexte, dans le décor de cette ouverture de l'évangile, il est là comme celui qui représente toute la voix prophétique de l'Ancien Testament. Ensuite, à sa parole, se mettent en mouvement, les foules qui viennent de Jérusalem et de tous les endroits de la Judée. Là encore, c'est le même mouvement, c'est la procession de tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre répondent à la parole de Jean pour se préparer à la venue du Royaume. Quand ce décor est ainsi planté, alors, le Seigneur lui-même pourra apparaître. Bien sûr, il apparaîtra sur un mode paradoxal, il n'apparaîtra pas comme un prince, ou un empereur, il apparaîtra comme un pécheur qui vient se solidariser avec tous ces gens. Cela n'empêche que le décor est dressé.

Lorsque nous célébrons cette entrée dans le temps de l'Avent, c'est exactement la même démarche que nous devons faire. Nous aussi, nous sommes comme Jean, nous sommes comme ces pénitents qui vont le voir au bord du Jourdain. Nous sommes dans ce mouvement de l'histoire qui accueille la présence et la venue du Sauveur.

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public