AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA RACINE HISTORIQUE DE NOTRE FOI

Is 5, 1-7 ; Lc 3, 1-6

Mardi de la première semaine d'Avent – A

(2 décembre 1986)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

A

près avoir raconté les événements de l'en­fance de Jésus, saint Luc commence l'an­nonce de la bonne nouvelle par l'exorde so­lennel que nous venons d'entendre, situant la prédica­tion de Jean-Baptiste par rapport à Tibère, à Ponce Pilate, Hérode, Philippe, Lysanias les différents té­trarques de Galilée et des régions avoisinantes, ainsi que par rapport aux grands-prêtres Anne et Caïphe. Ceci n'a pas qu'un intérêt littéraire, mais cela a aussi un intérêt théologique profond. La bonne nouvelle, l'événement de l'Incarnation, de la prédication, de la Pâque de Jésus Christ est un événement historique. Il est situé par rapport à tous les autres événements de l'histoire des hommes.

C'est dire que, à la différence de toutes les autres religions, notre foi n'est pas quelque chose d'intemporel. Notre foi ne consiste pas en une certaine conception de Dieu ou une certaine conception de l'homme et du monde. Notre foi n'est pas d'abord faite d'idées philosophiques sur l'univers, sur la cause de l'univers. Notre foi repose sur un événement histori­que, sur un ensemble d'événements historiques qui se concentrent au cœur de l'histoire, sur ce fait, cet évé­nement "daté", qui est celui de l'Incarnation du Fils de Dieu et de sa manifestation à Israël dont Jean-Baptiste a été l'instrument. Notre foi est enracinée dans cet événement historique qui est celui de la rencontre concrète de Dieu avec l'homme.

Dieu ne s'adresse pas à l'homme d'une manière générale, globale qui serait universellement valable, pour n'importe quel temps, n'importe quelle époque et n'importe quelle situation. Dieu entre en dialogue avec l'homme dans le cœur même de l'histoire de l'homme, dans le déroulement de la vie de l'homme. Et ce qui s'est produit au cœur de notre histoire, en Jésus-Christ et avec Jean-Baptiste, se produit incessamment, au cœur de l'histoire personnelle de chacun d'entre nous. Dieu nous parle dans les événements concrets, précis, datés de notre vie. La relation de Dieu avec nous n'est pas une rela­tion abstraite et générale, c'est une relation extrême­ment concrète, précise qui s'insère dans le contexte de notre existence, de notre existence marquée par le temps et le lieu.

Dieu vient à notre rencontre. Il vient à notre rencontre tels que nous sommes. Nous sommes des êtres "datés" et localisés qui vivent dans un contexte bien précis de lieu et de temps. C'est là que Dieu vient nous rencontrer. Dieu n'est pas quelqu'un qui nous sortirait de notre vie, de notre existence pour nous faire planer au-dessus des contingences, Dieu vient à notre rencontre dans ces contingences de notre vie, pour nous y insérer plus que jamais, non pas pour nous en retirer pour une sorte de paradis intemporel, mais pour nous insérer dans ce temps et dans le concret de tous les événements de notre vie. Et c'est là que Dieu nous rencontre, c'est là que Dieu veut nous sanctifier. Et c'est à travers tous ces événements que Dieu vient transfigurer notre existence. L'existence chrétienne est fondée sur une histoire et c'est pourquoi elle est fait d'une relation interpersonnelle extrême­ment concrète et précise. Dieu nous rencontre comme une personne rencontre une autre personne, et deux personnes se rencontrent d'une manière qui n'est ja­mais deux fois la même. Dieu ne nous rencontre pas aujourd'hui comme Il nous a rencontrés hier. Il ne rencontre pas l'un d'entre nous de la même manière qu'Il rencontre un autre. Chaque fois cette rencontre est unique, elle est unique par la personne qui est ren­contrée par Dieu, et unique aussi par le moment où cette personne est rencontrée. Car Dieu a quelque chose de neuf à nous dire à tout instant. En effet, le caractère, très temporel, très précis, très concret de cette rencontre entre Dieu et nous tient non seulement à notre propre nature d'être humains engagés dans le temps et dans l'espace, mais tient aussi au mystère même de Dieu. Car le mystère de Dieu n'est pas un mystère général, n'est pas un mystère intemporel, le mystère de Dieu est celui d'un surgissement, d'un jaillissement toujours nouveau, et qui donc, même s'il n'est pas dans le cadre du temps, car Dieu domine le temps, non par une sorte d'indifférence généralisée, mais au contraire parce qu'Il est encore plus vivant que ce que notre temps a l'air d'être vivant, notre temps dans son déroulement n'est que la projection de ce jaillissement toujours renouvelé de la vie même de Dieu.

C'est pourquoi nous ne devons pas nous éva­der du temps, nous ne devons pas nous évader des contingences, mais vivre au rythme de ce renouvelle­ment perpétuel qui est celui de Dieu, tout ce qui nous arrive, à chaque instant, et chaque jour. Que ce temps de l'Avent qui est précisément celui de l'irruption de Dieu dans notre vie nous enfonce encore plus profon­dément dans le concret de notre existence, dans la valeur unique de chacun des instants de notre exis­tence : Dieu vient, Il ne cesse de venir, Il vient à tout instant, Il vient toujours nouveau et Il vient pour être présent à tous les détails les plus infimes, de notre existence.

 

AMEN

 

 

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public