AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE TEMPS DE L'ATTENTE

Is 2, 1-5 ; Mt 3, 1-12

Mardi de la première semaine de l'Avent – B

(29 novembre 2005)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

F

rères et sœurs, le temps de l'Avent est donc le temps de l'attente, de la préparation. Tout à la fois la préparation à cette fête de Noël où nous commémorons la venue du Christ à Bethléem dans la chair, et la préparation au retour du Christ qui nous prendra avec Lui dans sa gloire. Cette préparation de l'Avent est centrée sur l'attente d'Israël, l'attente qui traverse l'Ancien Testament, l'attente des patriarches et des prophètes, cette attente toute tendue vers la promesse que Dieu avait fait déjà à Adam au paradis, promesse renouvelée à Abraham, à Isaac, à Jacob, à David.

Cette attente de l'Avent est concentrée dans la liturgie dans trois personnages : le prophète Isaïe dont nous venons de lire un oracle, Jean-Baptiste dont nous parlait l'évangile, et la Vierge Marie que nous chantons dès aujourd'hui aux vêpres en répétant la salutation de l'ange : "Réjouis-toi, Marie". L'attente d'Isaïe, c'est le résumé de cette attente de l'Ancien Testament, c'est le prophète par excellence, et Isaïe nous annonce que cette venue du Seigneur va être la polarisation de toute l'histoire de toutes les nations du monde. Il n'est pas venu seulement comme le Messie d'Israël pour accomplir les promesses, mais d'une certaine manière, Il dépasse ces promesses, Il les fait éclater, et déjà de loin, le prophète perçoit toutes les nations en marche vers la demeure de Dieu, vers ce lieu où Dieu est parmi les hommes.

Et puis, Jean-Baptiste dont la mission est de préparer le peuple de Dieu, ce peuple de Judée, mais plus largement, de préparer le cœur des hommes à cette rencontre avec Dieu, Dieu qui va venir certes, juger, entre ceux qui se sont détournés de son amour et ceux qui l'attendent humblement. Dieu qui va venir juger, mais surtout, qui va venir sauver, c'est-à-dire répandre son Esprit. Vous l'avez entendu dans l'évangile : "Moi je vous baptise dans l'eau en vue du repentir. Convertissez-vous car le Royaume est proche". Mais, celui qui vient après moi fera davantage encore, Il ne se contentera pas de préparer vois cœurs dans le repentir comme je le fais moi-même dans ce baptême d'eau qui symbolise cette démarche de conversion, lui, vous baptisera dans l'Esprit Saint, dans la présence même de Dieu dans notre cœur dans la transfiguration de tout notre être par la vie même de Dieu qui nous est communiquée. "Il vous baptisera dans l'Esprit Saint et dans le feu". Tout à la fois le feu du jugement qui vous consume et le feu de l'amour qui accomplit.

Plus nous avancerons dans l'Avent, plus le personnage de la vierge Marie, dont il n'est pas encore question aujourd'hui, prendra de l'importance, elle qui a concentré toute cette attente quand elle portait déjà dans son sein le germe du Fils de Dieu qui prend chair en sa chair.

Alors, frères et sœurs, à la suite d'Isaïe, à la suite de Jean-Baptiste, à la suite de la vierge Marie, préparons nos cœurs à se convertir, c'est-à-dire à retourner notre être profond, cet être spontanément replié sur lui-même, à l'ouvrir à cette venue de l'amour dans nos vies. Préparer nos cœurs, nous mettre en marche avec tous ces peuples du monde qui obscurément attendent un salut, en marche vers la présence de Dieu, et déjà pressentir avec Marie que Dieu est parmi nous, Dieu est avec nous, Emmanuel, qu'il vient pour habiter dans notre cœur. Que ce temps de l'Avent soit donc un temps riche de cette expérience spirituelle, expérience de conversion, d'attente, d'espérance, expérience de la venue de Dieu dans nos vies.

 

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public