AU FIL DES HOMELIES

Photos

UN SIGNAL POUR TOUS LES PEUPLES

Is 11, 10-16

(6 décembre 1989)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

Tournai :  Jessé 

L

'oracle du prophète Isaïe est une page importante de l'Ancien Testament. Il fait partie de ce que l'on appelle "le livret de l'Emmanuel" c'est-à-dire cet ensemble d'oracles dans lequel est annoncé que Dieu sera avec nous, que ce nom d'Emmanuel sera celui du Fils de David en qui Dieu se fera proche, Dieu sera parmi nous. C'est une des plus belles prophéties de la venue du Christ. Il suffira que Dieu prenne au mot son prophète et qu'Il ne soit pas parmi nous seulement par sa grâce ou par la force de sa puissance, mais qu'Il soit parmi nous en personne pour que cette prophétie devienne la révélation même de l'incarnation du Christ.

       Or dans ce passage, il nous est parlé de la "racine de Jessé". Jessé est le père de David. La racine de Jessé c'est donc la famille de David, la race de David. Et cette racine de Jessé qui va donner un surgeon nouveau, c'est une autre forme d'annoncer ce Messie issu de David, ce roi nouveau, ce nouveau David qui sera le roi "selon le cœur de Dieu." Et il nous est dit que cette racine de Jessé, entendez donc le Messie, "se dressera comme un signal pour tous les peuples, il sera recherché par toutes les nations." C'est annoncer déjà mais de façon obscure quoique profonde l'universalisme du message du Christ. Israël, peuple choisi était en butte aux persécutions des peuples alentour et il devait défendre tout à la fois son identité et sa mission. Pourtant, dès le début, Dieu avait dit à Israël que sa mission était d'être un modèle pour toutes les autres nations, que cette intimité entre Dieu et le peuple qu'Il avait choisi n'était pas un privilège exclusif mais devait s'étendre ensuite, à partir d'Israël, comme cette bénédiction promise à Abraham pour tous les peuples, pour toutes les nations.

       Dans cet oracle Isaïe conçoit encore cet universalisme comme une soumission de tous les peuples à Israël. "Les ennemis de Juda seront retranchés et Juda étendra sa main sur tous les fils de l'Orient." C'est donc encore une vision guerrière, une vision très humain de cet universalisme qui consisterait en une sorte de royauté universelle exercée par le peuple d'Israël. Pourtant déjà, la formule "un signal pour toutes les nations,"  dressé comme un signe qui rassemble tous les enfants de Dieu, annonce ce que sera véritablement l'évangile. Non pas la domination politique d'un peuple sur les autres, mais l'extension à tous les peuples, quels qu'ils soient, de ce privilège de l'intimité divine qu'Israël avait été chargé de cultiver et de faire prospérer.

       Ce thème du "signal dressé parmi toutes les nations" est repris par le concile de Vatican II à propos de l'Église qui est l'Israël nouveau. A travers le Christ, signal dressé pour toutes les nations, c'est nous tous, l'Église, nous tous qui sommes le corps du Christ qui sommes appelés à être un signal pour tous les peuples. Entendons par là que notre mission consiste à manifester aux yeux des hommes cette bienveillance de Dieu, cette tendresse de Dieu, cette visite de Dieu parmi nous. Quand, pendant l'Avent, nous concentrons notre regard sur la venue de Dieu, sur la visite de Dieu aux hommes, n'oublions que cette visite n'est pas que pour nous mais pour tous les hommes et que c'est nous qui somme chargés de faire se répercuter cette bonne nouvelle, de faire que ceux qui n'en ont pas l'idée apprennent que Dieu nous a visités, les a visités, a visité l'humanité tout entière, que Dieu vient à notre rencontre. Beaucoup d'hommes s'imaginent que Dieu est trop lointain qu'Il est trop préoccupé de choses essentielles pour venir auprès de ces pauvres petites choses que sont nos vies individuelles. Pourtant, c'est cela le cœur de la révélation. Chacun d'entre nous a du prix aux yeux de Dieu. Il vient à notre rencontre. Il vient nous visiter. Il faut que nous leur fassions saisir, par leur cœur, à tous nos frères qui nous entourent que Dieu les aime personnellement, qu'Il les visite dans leur propre maison, dans la demeure de leur cœur, que Dieu se fait proche de chacun d'entre nous, que Dieu ne nous croit pas indignes de sa visite et de son attention et que c'est cela le salut, cette intimité de Dieu prenant en charge, prenant au sérieux tout ce que nous sommes, tout notre vie, la vie de chacun de nous.

       AMEN


 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public