Imprimer

LE CANTIQUE DU DÉSIR

Ct 2, 8-14 ; Lc 1, 46-56

Lundi de la quatrième semaine de l'Avent – C

(21 décembre 2009)

Homélie du Frère Christophe LEBLANC

Dans l'attente de l'aurore …

 

J

e lève les yeux vers les montagnes". Frères et sœurs, nous levons les yeux vers les montagnes comme nous le chantions il y a un instant, et nous ne voyons pas toujours la montagne. Nous voyons toujours plutôt une nuit qui ne cesse d'avancer, et comme le dit l'expression proverbiale, on ne voit pas encore le bout du tunnel.

Je crois que la première lecture est de l'ordre du cantique du désir. C'est la nuit, et nous savons que depuis que la nuit existe, l'homme a toujours cherché à lutter contre cette nuit de différentes manières. Bien sûr depuis que nous avons inventé l'électricité, nous aimons parer nos villes de toutes les lumières les plus chatoyantes et les plus belles comme si nous voulions encore rejeter cette nuit et lutter contre la nuit et faire en sorte que la lumière soit gagnante contre les ténèbres de quelque manière que ce soit. Mais la nuit, c'est le lieu par excellence où les yeux ne voient plus, il ne nous reste généralement plus que les oreilles pour entendre et nous sommes comme la bien-aimée. Nous sommes dans cette attente, dans ce désir, nous ne voyons pas et nous tendons de plus en plus l'oreille attentive, espérant entendre les pas du Bien-Aimé qui va venir vers nous et dont nous pourrons contempler le visage.

Si le Cantique des cantiques c'est le cantique du désir, dans la nuit obscure, le cantique de Marie, c'est le cantique de la contemplation. Cette fois-ci la nuit a laissé place au jour et Marie peut véritablement dire qu'elle exulte de joie, non pas parce qu'il faut exulter de joie, mais elle exulte joie parce que le jour s'est levé et qu'elle peut véritablement contempler de ses yeux, le salut en marche, le salut face à face.

Frères et sœurs, je crois que c'est cela le temps de Noël, c'est cela le temps de l'Avent. Bien sûr notre vie personnelle, notre vie spirituelle, affective, n'est pas toujours réglée sur le temps liturgique. Mais quelle que soit notre situation, nous sommes invités à chanter en tous temps le cantique du désir quand nous sommes dans la nuit, comme la bien-aimée qui attend le Bien-Aimé et qui désire entendre son pas. Et à d'autres moments, le jour se lève, le printemps arrive, chasse le froid, la neige, la nuit, et vient le temps à ce moment-là le cantique de l'accomplissement, de la contemplation, ce moment où Marie contemple le travail dans la nuit, qu'a effectué Dieu dans le cœur des hommes.

Que ce temps de Noël pour nous soit l'occasion de méditer, de nous lancer dans ce chant personnel du cantique de la contemplation, contempler le travail de ce Dieu qui vient dans le cœur des hommes et dans notre cœur.

 

 

AMEN