AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'ÉGLISE, C'EST NOËL

Is 62, 1-5 ; Ac 13, 16-17+22-25 ; Mt 1, 18-24

Mardi de la quatrième semaine de l'Avent – C

(24 décembre 1985)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

A

 

u moment même où nous entrons dans le mystère de Noël, au moment même où nos cœurs s'apprêtent à entrer dans la joie de la fête, je voudrais que nous nous arrêtions un instant en nous demandant : "Qu'est-ce qui nous permet de fêter Noël ?"

Ce n'est sûrement pas ce que je pourrais appeler le "souvenir" ou la mémoire. C'est vrai que dans nos sociétés modernes, nous avons une conscience extrêmement aiguë de l'histoire, une conscience du souvenir. Pour un oui, pour un non, nous instituons des fêtes, des anniversaires, des mémoriaux. Et dans ces moments-là, on essaie de tout faire pour que tous ceux qui sont rassemblés à cette occasion "se souviennent". C'est comme cela que notre société civile a trouvé le rite de la minute de silence dans laquelle on prend tous un air pénétré et "l'on se souvient" de ce qui s'est passé. A ce moment-là, ce qui permet de célébrer, c'est chacun d'entre nous qui pense à l'évènement qui s'est accompli. Mais cet évènement ne s'accomplit plus. On vit dans l'ordre de la pensée, du souvenir

En réalité, si nous fêtons Noël ce soir, ce ne sera pas exactement comme cela, à cause de cela. Ce ne sera pas d'abord le souvenir de quelque chose qui s'est passé il y a près de deux mille ans, ce ne sera même pas le fait d'essayer de représenter le plus exactement possible les différents détails qui nous sont rapportés concernant la venue du Sauveur. En réalité, si nous célébrons aujourd'hui encore la fête de Noël c'est parce que l'Eglise, aujourd'hui encore, est le mystère même de Noël. C'est parce que, qui que nous soyons, encore aujourd'hui, nous voyons, nous recevons Dieu qui naît en nous, maintenant.

Le mystère de l'Incarnation n'est pas simplement ce qui s'est passé. Le mystère de l'Incarnation, c'est ce qui continue aujourd'hui de s'accomplir. Chez les mystiques médiévaux, il y a de très belles pages pour essayer de décrire la "genèse de Dieu en nous". Cela a pu donner parfois quelques vérités gnostiques un peu dangereuses, mais la vue profonde est vraie Si aujourd'hui nous ne célébrons pas cette merveille du Dieu qui s'est fait chair pour naître en nous, en chacun d'entre nous, par la vie sacramentelle, par la vie de l'amour fraternel, par toutes les merveilles qu'Il suscite en nous, dans notre cœur, par l'émerveillement de la contemplation, s'il n'y a pas cela à la base, nous ne pouvons pas célébrer Noël. C'est précisément parce que Dieu accepte de naître, aujourd'hui encore, dans le cœur de chacun de nous que nous pouvons célébrer ce mystère de naissance, que nous pouvons célébrer ce qui s'est passé à Bethléem comme la lumière qui éclaire ce qui se passe en nous aujourd'hui.

L'Église c'est un perpétuel Noël. 'Église c'est le Christ qui naît aujourd'hui dans le cœur de chaque homme. L'Église c'est le Verbe qui ne cesse de prendre chair dans son corps qui est précisément l'Église. L'Église c'est ce merveilleux éblouissement qui fonde notre vie et notre recherche de Dieu, par lequel nous découvrons cette mystérieuse et secrète genèse de la grâce et de la vie du Ressuscité en nous.

Voilà comment nos cœurs doivent être aujourd'hui. Voilà le don qui nous est fait. Et alors, quand nos yeux sont suffisamment tournés vers cette réalité merveilleuse, actuelle, présente du mystère du Christ qui se fait chair en nous aujourd'hui, alors nous entrons avec les bergers, avec les mages, avec Joseph, avec Marie dans la plus vraie dimension de ce mystère qui est de nous dire que, tous ensemble, nous sommes le corps du Christ, tous ensemble nous faisons corps avec le Verbe Eternel de Dieu. Tous ensemble, nous sommes appelés à réaliser le Christ total, Lui qui s'empare de nous, et nous qui nous laissons saisir par Lui.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public