AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE CADEAU DE NOËL

Ct 2, 8-14 ; Lc 1, 39-45

Mardi de la quatrième semaine de l'Avent – A

(21 décembre 2004)

Homélie du Frère Yves HABERT

 

I

mpossible d'échapper à la fièvre des cadeaux qui envahit notre ville. Tout le monde circule les bras lourds chargés de présents pour fêter dignement Noël, et il est quelquefois de bon ton dans l'Église ou dans notre cercle, de stigmatiser ces cadeaux, ces affreuses concessions à la société de consommation, et de dire que l'essentiel n'est pas là, que l'essentiel c'est la venue du Sauveur et que les cadeaux en fait, s'ils ne s'opposent pas formellement à cette venue, empêchent que notre cœur soit disponible à cette venue.

Personnellement, je ne crois pas ces cadeaux soient un obstacle à la venue du Sauveur, soient un obstacle dans notre cœur pour Noël. Pourquoi ? Parce que je trouve que cette période justement où l'on se fait des tas de cadeaux, où l'on envoie des lettres de vœux qui ont parfois un aspect un peu solennels, nous font en quelque sorte, sortir de nous-mêmes, nous font penser aux autres, font que nous sommes peut-être un peu moins égoïstes que d'ordinaire. Quand il faut avoir parcouru les magasins, les librairies, trouvé le livre qui convient, fait la queue à la poste pour l'expédier, et s'être inquiété de son arrivée à bon port, je trouve qu'il y a une manière aussi d'être attentif à l'autre.

Noël, c'est la fête du cadeau qu'est notre Sauveur qui vient dans la chair, dans notre chair, qui vient comme un présent, et que la vierge nous présente, nous offre. Cette fête de Noël est encadrée justement du récit de la Visitation où le vierge apporte non pas un cadeau comme de la layette, pour les parents de Jean-Baptiste, pour Élisabeth et Zacharie, mais elle s'apporte elle-même. Elle a compris que le plus beau des cadeaux, c'était de venir elle-même au secours de sa cousine.

De l'autre côté de la fête de Noël, il y a les mages qui arrivent eux aussi avec des cadeaux. Le cadeaux est là aussi pour signifier le cadeau qu'est le Seigneur lui-même. Il y a l'or, l'encens et la myrrhe et c'est le déploiement déjà à l'avance, où toute la profondeur et la richesse de ce cadeau qui nous est fait. Mais la foi chrétienne nous fait passer du cadeau au don à Pâques, le Seigneur avant sa Passion s'avance volontaire vers la croix, Il s'avance lui-même. A la croix, Il se donne, et ensuite à la Pentecôte, il y a le déploiement du don qui est fait, du don de la vie du Seigneur dans le don de l'Esprit Saint.

Noël, si c'est la fête du cadeau, les cadeaux que nous nous faisons essaient de traduire ce cadeau que nous sommes pour nos frères, la fête de Noël nous fait passer aussi, en nous entraînant plus loin, au don de nos vies pour les autres, nos frères.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public