AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA CASCADE DE LA PAROLE

Ct 2, 8-14 ; Lc 1, 5-25

Mardi de la quatrième semaine de l'Avent – B

(20 décembre 2011)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Visitation (Neuvy-Pailloux)

F

rères et sœurs, ce texte de la Visitation a quelque chose d'assez original dans le sens où c'est un effet de cascade. Cela rebondit d'une personne à l'autre. Ce qui est intéressant, c'est que le point de départ de la cascade, c'est le Christ lui-même. Quand Jésus est dans le sein de la vierge Marie, il guide son action : quand on dit que Marie part vers sa cousine Élisabeth, en réalité, ce n'est pas vraiment de sa propre initiative, c'est parce que Jésus l'entraîne, la guide, la conduit, vers une destinée que peut-être elle n'avait pas prévu.

Marie part, c'est le premier effet, elle n'est plus chez elle et elle arrive chez la cousine Élisabeth. Là, deuxième effet, le Christ agit sur Jean le Baptiste, car la Visitation est le moment où le Christ déclenche la vocation de Jean le Baptiste. Certes, Élisabeth est enceinte, c'est elle qui donne naissance au Baptiste, mais donner la chair n'est pas donner la vocation. La vocation du Baptiste lui vient de Jésus. Jésus qui a déjà entraîné sa mère dans cette aventure sur les montagnes de Judée, déclenche dans le sein d'Élisabeth le tressaillement de Jean-Baptiste et l'on considère habituellement que c'est le moment où Jean reçoit sa vocation.

Le troisième effet de cascade, quand Jean-Baptiste a reçu la vocation de précurseur, d'annoncer le Messie, il déclenche, lui qui est encore muet, la parole chez Élisabeth : "Bénie sois-tu, et béni le fruit de ton sein". Le précurseur commence immédiatement à jouer son rôle dans la personne de sa mère. Élisabeth est comme mue de l'intérieur par son enfant.

Dernier effet de cascade, Élisabeth dévoile à Marie ce qui a été l'acte déclenchant de toute l'aventure : "Bienheureuse celle qui a cru". C'est Élisabeth qui, s'adressant à sa cousine Marie, lui révèle sa propre grandeur et son rôle décisif dans l'histoire du salut. Dans cette toute petite scène qui a un côté un peu intimiste (cela se passe entre deux femmes enceintes), en réalité, la circulation de l'information et de la parole part du Christ et revient jusqu'à Marie par le biais de Jean-Baptiste et d'Élisabeth.

C'est un peu le sort de la Parole de Dieu. La Parole de Dieu est faite pour circuler, pour rebondir, d'une personne à l'autre, d'une bouche à l'autre, et sans arrêt de révéler les uns par les autres, la vocation que nous avons chacun. En reprenant ce thème de la Visitation, essayons de le lire à la véritable profondeur où il nous situe, c'est-à-dire comment nous sommes nous-mêmes à la fois lieu de réception de la Parole, mais cette Parole ne vient là que pour rebondir et pour aller dans le cœur d'un autre pour se répandre à travers tout l'univers.

 

AMEN

 

 

 

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public