Imprimer

RÉJOUIS-TOI ÉGLISE

Is 62, 1-5 ; Ac 13, 16-17+22-25 ; Mt 1, 18-24

Mercredi de la quatrième semaine de l'Avent

(24 décembre 2003)

Homélie du Frère Bernard MAITTE

Église Saint jean de Malte : Dans le parfum des orangers (crèche 2007)
Ce soir, vous le verrez et votre coeur se réjouira !  

E

mmanuel, Dieu avec nous". C'est le centre et le sens même de la préparation que nous avons faite et que nous allons célébrer de cette venue de Jésus, c'est l'anniversaire de sa naissance. Il est l'Emmanuel, Dieu avec nous. C'est le prophète Isaïe certainement, qui dans l'oracle que nous avons entendu, exprime et dit le mieux cette présence de Dieu parmi nous. Parlant de Jérusalem, il annonce que sa justice doit éclater. La justice, c'est de se rendre compte combien elle est le lieu même, la réalité même de ce Dieu avec elle. Ainsi, malgré tout ce qu'a pu vivre et éprouver Jérusalem, elle ne sera plus appelée "la délaissée", elle ne sera plus appelée la "terre de la désolation", mais elle sera appelée "épousée", "mon plaisir est en toi". La terre sera épousée comme un jeune homme épouse une vierge. Elle sera épousée et pour Dieu, ce sera le lieu même de son plaisir.

C'est une image très forte qui nous est donnée à méditer. Jérusalem aurait pu se replier sur ses malheurs. Jérusalem aurait pu s'enfermer sur ce qu'elle était et sur ce qu'elle avait vécu, sur ses détresses, ses épreuves et ses souffrances. Mais voilà qu'elle va découvrir un autre passage, un autre chemin. Sa vocation est de révéler la présence de Dieu parmi elle. C'est le mystère même de Noël. Les mots sont très forts : "Tu seras appelée épousée car Dieu prendra en toi son plaisir". Et Isaïe le prophète n'y va pas par quatre chemins, c'est le plaisir que connaît celui qui épouse une vierge, c'est le plaisir du cœur, du corps, de l'esprit qu'un homme trouve avec sa femme. Et c'est le mystère même de la communion, parce que le mystère même de l'union de Dieu avec cette humanité. C'est une présence qui se veut si proche qu'elle est non seulement comparable à ce que vit un époux pour son épouse, mais que cette relation conjugale en devient la racine, en devient comme la source. Aussi bien le mystère de Noël que nous allons célébrer n'et pas un mystère simplement d'un petit enfant qui se fait chair et nos regards ébahis devant un bébé, mais c'est la contemplation, comme le dit si bien saint Jean, du Verbe qui se fait chair, de la divinité qui épouse notre humanité. C'est pour cette raison d'ailleurs que l'antienne de Noël dit que célébrer Noël, c'est manifester la visite des mages, le baptême du Christ au Jourdain, et le véritable époux, ces noces qu'il vient sceller dans notre chair.

Alors, nous qui sommes cette Jérusalem, le message que nous avons à porter et à vivre, c'est de comprendre que c'est un message d'une profonde joie, celle de l'épouse qui est épousée. Message d'une profonde réalité, celle de la présence de Dieu au cœur même de chacune de nos réalités. L'Église, les chrétiens ensemble, notre communauté, nous ne sommes plus appelés terre délaissée, terre désolée, ou abandonnée, mais nous sommes bien appelés "mon plaisir est en toi", nous sommes bien appelés "épousés". C'est ce qui se passe dans la vie liturgique et sacramentelle qui nous donne de vivre par excellence le mystère même de la présence de Dieu, d'un Dieu qui continue à s'incarner, d'un Dieu qui continue à prendre corps dans notre humanité, d'une Église épousée, capable de mettre au monde de nouveaux enfants. L'Église se réjouit de tous ces catéchumènes, de tous ces baptêmes qui font que Dieu est présent dans le cœur des hommes. L'Église se réjouit de tous ces fiancés qui se préparent au mariage, de toutes ces célébrations sacramentelles des noces, car l'Église est heureuse de voir la fécondité de l'amour dans le cœur d'un homme et d'une femme qui s'aiment. L'Église se réjouit de voir le Seigneur présent parmi elle, qui prend corps aujourd'hui dans notre vie, qui naît dans notre monde, qui prend tellement corps qu'Il se fait nourriture pain et vin de nos existences, pain et vin de notre eucharistie qui est le sommet de sa présence.

Noël dans nos baptêmes, dans nos mariages, dans notre eucharistie.

 

AMEN