AU FIL DES HOMELIES

Photos

DEUX FACES DU MYSTÈRE

Is 62, 1-5 ; Ac 13, 16-17+22-25 ; Mt 1, 18-24

Vendredi de la troisième semaine de l'Avent

(24 décembre 1982)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

A

 

vant que n'explose définitivement la joie de Noël, avant que le Seigneur soit manifesté et que Celui qu'attendaient les prophètes soit vu des yeux des tous les hommes l'Église nous plonge encore dans ce mystère du surgissement de Dieu au cœur de notre humanité. Voici comment Jésus est engendré. C'est exactement comme si saint Matthieu écrivait à ce moment-là la Genèse. Voici la genèse du ciel et de la terre. Voici la genèse de Dieu parmi les hommes.

Voici comment, dans un moment de l'histoire, dans un moment du temps, Celui qui est l'éternité s'est enraciné, s'est planté au cœur même de notre humanité, au cœur même de notre chair. Or, il s'est enraciné d'une double manière. Il y a comme deux faces de ce mystère de la présence de Dieu parmi les hommes. Le mot Emmanuel veut dire deux choses.

La première, celle qui nous est la plus familière est évoquée par la réalité du mystère de la naissance virginale de Jésus. Jésus est vraiment l'humanité nouvelle qui surgit dans le mystère même de la nouveauté absolue : une femme met au monde un enfant mâle, alors qu'elle est vierge et qu'elle n'a pas connu d'homme. Ceci c'est la radicale nouveauté de l'alliance nouvelle et éternelle. C'est le mystère même de la présence de Dieu parmi nous comme cette irruption au cœur même de la création de quelque chose que nous ne pouvons pas expliquer. C'est la présence même de Dieu. Déjà Daniel avait évoqué ce mystère en parlant de cette pierre qui n'avait pas été taillée de main d'homme et qui avait été jetée au cœur de ce monde. C'est le mystère du Christ en tant que sa divinité n'a pas d'autre source que l'amour infini du Père. Et l'humanité qu'il reçoit en ce jour et qu'il prend pour lui, cette humanité, en réalité, elle est un don absolu purement gratuit de la part de Dieu. La virginité de Marie, dans le fait qu'elle met cet enfant au monde, veut souligner ce don absolu, gratuit, ce commencement tout à fait neuf de l'histoire. Si c'était cela simplement l'histoire serait pour ainsi dire divisée en deux. Il y aurait avant et après Jésus Christ et il y aurait une sorte d'étanchéité absolue. C'est comme si notre monde, dans le déploiement de son temps, était comme cassé brisé, sans unité. Or Dieu ne vient pas pour briser le monde, il vient pour accomplir profondément l'histoire du Salut.

Et l'autre face du mystère de l'enracinement de Dieu dans notre chair, c'est précisément l'acceptation par Joseph, ce descendant de David, de la race de David, cette race qui avait reçu les promesses de postérité, qui avait reçu l'annonce de la descendance d'un Messie, de la venue d'un Messie, c'est précisément Joseph qui, dans l'humilité et dans l'obéissance, accueille dans la maison de David le Messie. Ainsi le Messie est vraiment donné à David. Joseph ne le reçoit que par un mouvement de son cœur qui est de foi et d'acceptation totale, dans l'obscurité même de la foi, aux desseins de Dieu. Alors que ces rois de la descendance de David, à certains moments, avaient tellement désobéi qu'ils avaient démérité de la promesse et que, d'une certaine manière ils avaient failli compromettre radicalement l'accomplissement de la promesse de Dieu, voici que Joseph, dans l'humilité, dans l'obscurité même de ce qu'il ne comprend pas, obéit à la parole de l'ange : "Ne crains pas". Il n'a pas craint de recevoir Marie pour épouse.

Dans ces dernières heures qui nous préparent à Noël, essayons de vivre ce mystère propre de l'enracinement de Jésus dans notre propre existence par la grâce de sa mort et de sa résurrection. A la fois, dans cet aspect totalement gratuit de cette naissance virginale dans chacun d'entre nous de la présence du Christ comme l'Emmanuel et aussi, au sens de cette vieille humanité qui est en nous, qui à certains moments se rebelle encore, avec ses désirs, avec ses infidélités, mais que, petit à petit, par la même grâce de Dieu, elle soit convertie et qu'elle n'aie pas peur d'accueillir chez elle le fruit qui va naître du sein de Marie.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public