AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE MINISTÈRE DE JEAN-BAPTISTE

Ba 5, 1-9 ; Jn 10, 37-42

Jeudi de la troisième semaine d'Avent

(15 décembre 1983)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Saint Flour du Chastel : Saint Jean-Baptiste

C

 

'est constamment que chacun des évangiles fait référence à Jean-Baptiste tout au long du récit de la vie de Jésus. Le bref passage que nous venons d'entendre et qui est peu connu se situe peu de temps avant la Passion du Christ. Nous sommes au moment des discussions très difficiles de Jésus avec les chefs du peuple et les pharisiens. Quelques versets plus tôt, on nous a dit qu'ils avaient pris des pierres pour le lapider mais qu'Il leur avait échappé parce que "son heure n'était pas encore venue." Et voici que Jésus fait monter les enchères en allant de plus en plus loin dans ses affirmations puisqu'Il vient de dire : "Le Père et Moi, nous sommes Un. Le Père est en Moi et Je suis dans le Père", affirmant ainsi, de façon de plus en plus claire, son égalité divine avec le Père.

A ce moment même, une mention de Jean-Baptiste nous est faite car Jésus se retire aux bords du Jourdain où les gens viennent le trouver et se réfèrent encore à Jean-Baptiste, dont la présence spirituelle est encore vive en ces lieux alors qu'il est déjà mort. Les interlocuteurs de Jésus se réfèrent à la parole du Précurseur. Jean-Baptiste n'avait pas accompli de signes, ce n'était pas un thaumaturge, il n'avait pas guéri les malades ni accompli des miracles. Jean-Baptiste était seulement une voix, mais cette voix, cette voix prophétique qui annonçait les paroles de Dieu, les interlocuteurs de Jésus reconnaissent qu'elle était véridique, que tout ce que Jean-Baptiste avait dit du Messie s'accomplissait dans la personne de Jésus. Nous voyons même qu'au moment où Jésus va ressusciter Lazare, ce qui sera le dernier miracle du Christ avant sa Passion celui qui, en quelque sorte, achèvera de déclencher la haine des chefs du peuple contre Jésus, ce sera encore le message de Jean-Baptiste qui servira de critère pour reconnaître en Jésus Celui qui avait été annoncé.

Nous ne saurions exagérer l'importance de Jean-Baptiste qui, comme il avait été dit par l'ange qui annonçait sa naissance à Zacharie, "a préparé un peuple" pour le Christ. Oui, tous ces gens qui viennent, au moment même où les chefs du peuple commencent à persécuter Jésus et sont prêts à le livrer à la mort, tous ces gens qui viennent encore voir Jésus pour écouter sa Parole, c'est Jean-Baptiste qui a préparé leur cœur à entendre le message de Jésus, c'est Jean-Baptiste qui leur a annoncé la venue de ce Messie et ils peuvent reconnaître en Jésus la personne attendue parce que les paroles de Jean-Baptiste se réalisent en Lui. Il y a ainsi un ministère de Jean-Baptiste qui s'étend tout au long de la vie de Jésus, tout au long de l'évangile et qui s'étend au-delà même de l'évangile.

Aujourd'hui encore, il y a beaucoup d'âmes de bonne volonté qui ne sont peut-être pas extrêmement qualifiées en connaissances des Écritures ou de la Bible et qui ont ainsi besoin d'une Parole annonciatrice qui leur permette de déceler la présence du Christ, de découvrir la venue de Dieu. Il n'y a pas seulement ceux qui sont carrément hostiles au message que le Seigneur nous adresse, il y a aussi beaucoup de gens qui ne savent pas très bien comment reconnaître la vérité, comment se situer par rapport aux problèmes religieux. Et chez tous ceux-là qui sont spirituellement peut-être pas très avancés, pas très ouverts, mais dont la bonne volonté est certaine, il est nécessaire qu'un ministère comme celui de Jean-Baptiste leur soit adressé, c'est-à-dire qu'une parole simple, une parole reconnaissable, une parole qui puisse être vérifiée spirituellement leur soit adressée. Ils ont besoin non pas de signes et de prodiges mais de ce témoignage très simple de chrétiens qui puissent leur dire : "Oui, le Seigneur vient ! Le Seigneur est présent et voici le témoignage que je puis en apporter, à partir de ma vie, à partir de cet amour qu'Il a mis dans mon cœur, à partir de cette charité qui nous unit, à partir de cette solidarité avec laquelle nous nous penchons sur tous les problèmes humains qui sont les vôtres." Oui, il faut que nous puissions témoigner auprès de nos frères de ce Jésus qui vient, qu'ils ne connaissent pas ou qu'ils connaissent mal, qu'ils ont du mal à discerner, à distinguer, mais en avant duquel un ministère de Jean-Baptiste est nécessaire.

En ce temps où le monde se déchristianise et où il y a de plus en plus de gens qui ne connaissent pas Dieu, faute d'avoir été introduits auprès de Lui, il faut que nous priions davantage Jean-Baptiste de nous donner quelque chose de sa mission prophétique, quelque chose de l'intensité de la flamme qui était en lui pour que nous puissions continuer son ministère auprès de ceux qui en ont besoin et qui, par ce chemin seulement, pourront peut-être s'approcher de la vérité de Dieu.

Frères et sœurs, le temps de l'Avent n'est pas seulement un temps d'attente intérieure, spirituelle, c'est aussi un temps missionnaire, on vous le disait ici même le jour de la fête de saint François Xavier, cela est vrai chaque jour et nous devons, alors que nous attendons impatiemment ce Christ, savoir nous soucier de tous ces frères qui l'attendent plus obscurément, qui l'attendent de façon plus implicite et qui ont besoin que nous soyons auprès d'eux des témoins pour raviver cette attente et pour rouvrir leurs yeux à la lumière qui vient.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public