AU FIL DES HOMELIES

Photos

ENRACINEMENT DU SALUT

Gn 49, 1-2 + 8-10 ; Mt 1, 1-17

Jeudi de la troisième semaine de l'Avent – C

(17 décembre 2009)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Jessé

Frères et soeurs, pour entrer dans le mystère de l'Incarnation, la liturgie a choisi, comme vous venez de l'entendre, deux textes assurément très surprenants. Le texte de l'évangile nous est vraiment familier, c'est une liste généalogique. Ce n'est pas d'aujourd'hui que les gens surfent sur Internet pour se retrouver des ancêtres à travers des recherches extrêmement complexes et de découvrir que finalement, au moment de Charlemagne, on est à peu près tous descendants de deux ou trois personnes.

Mais ici, évidemment, la perspective est différente. Cette liste est linéaire, elle commence dans la fondation du peuple de Dieu par Abraham et se termine par Joseph qui est le transmetteur de la messianité depuis David. Donc ici, nous avons une liste verticale dans le temps, et le mot essentiel c'est le mot : "engendré". On veut dire par là que le Christ se situe exactement dans cette respiration du temps humain qui est la suite des générations. Nous-mêmes nous avons adopté un autre principe pour mesurer le temps parce qu'une génération c'est relativement imprécis. Nous avons calculé à partir de la révolution d'une année, maintenant on sait que c'est un tour de la terre autour du soleil, qu'on a subdivisé ensuite en fonction des positions astrales par des mois, des semaines puis des heures, des minutes et des secondes.

En fait, ici, nous avons le rythme des générations. le Christ lui-même a voulu s'inscrire dans le rythme de la vie et de la naissance. Ceci est très important, car l'Incarnation, le salut et la grâce dépendent du rythme même de la vitalité des générations humaines. Le christianisme ne défend pas une conception de la vie spirituelle qui serait au-dessus, indépendante et coupée de la vie charnelle, il conçoit la venue de la grâce comme la venue sur un support préalable qui est précisément la vie humaine. C'est la  grandeur du christianisme d'avoir dit que la vie éternelle inaugurée par le baptême n'existe pas en soi isolément, mais n'existe que parce qu'elle est enracinée dans le rythme même de la vie et de la transmission de la vie humaine par génération. De ce point de vue-là, la source même de la grâce est dans le rythme des générations. C'est Jésus, le fils de Joseph, le fils de … le fils de … le fils de … pour remonter jusqu'à Abraham, et Luc remontera jusqu'à : Fils de Dieu. La notion est fondamentalement la même.

Le premier texte que nous avons lu (nous n'en avons lu qu'un tout petit extrait), c'est dans l'autre sens. Ici, ce n'est pas la succession dans l'ordre chronologique. Dans ce texte de la Genèse, c'est une couronne ou un bijou. C'est au moment où les douze tribus d'Israël, au moment même où le peuple découvre sa structure de peuple à travers douze ancêtres, les douze fils de Jacob. Ceux qui sont allés en Terre Sainte auront immédiatement à l'esprit les douze fenêtres magnifiques de Marc Chagall dans la synagogue de l'hôpital de Jérusalem, où Chagall peut-on dire, s'est vraiment éclaté. Il a figuré sur chacun de ses vitraux (alors que normalement les représentations sont interdites, mais pour Chagall Dieu ne fera pas valoir les principes de le Loi), Chagall a illustré dans chaque vitrail un de ces douze fils. La plupart sont assimilés à des animaux, une biche, un âne, un loup, un taureau, etc … et il y a un animal particulier : le lion pour Juda. Je trouve extraordinaire que la représentation soit une sorte de ménagerie sacrée. Car ici, si vous pensez aux douze fenêtres de Chagall qui s'est déchaîné sur les animaux, vous verrez qu'ils sont tous aussi beaux les uns que les autres, aussi colorés les uns que les autres. Qu'est-ce que cela veut dire ? Cela signifie que l'insertion même du Messie à travers cette image de la vitalité des animaux et aussi de quelques personnages humains ( des débardeurs de la côte pour Issachar), ce qu'on veut dire c'est que l'insertion de la vie nouvelle du Messie se fait aussi dans la vie cosmique, terrestre.

Ce n'est pas simplement une aventure humaine, c'est une aventure du cosmos symbolisée par les différentes figures animales qui toutes, d'une manière ou d'une autre, manifestent cette puissance vitale qui anime et habite notre planète, à travers précisément les figures animales. Cette perception est extrêmement profonde, parce qu'au temps d'Ézéchiel, environ quatre cents ans avant le Christ, ce prophète verra l'irruption de la présence de la gloire de Dieu et de la Parole de Dieu dans le monde, à travers la figure de quatre animaux, quatre vivants. C'est ainsi qu'il l'exprimera. C'est toujours la même idée, le mystère même de la diffusion du salut, de la Parole, à travers la figure des animaux. Et ici, l'enracinement du Messie dans le cosmos se fait à travers le symbolisme des animaux. Le cosmos lui-même est l'objet et le destinataire du salut que le Seigneur vient apporter.

Peut-être qu'à la faveur d'un certain vocabulaire, surtout en tradition latine, nous avons soigneusement distingué la nature et la sur-nature. C'est un peu l'image de la tranche de pain et de la confiture qui est dessus. La tranche de pain c'est évidemment la nature, et la confiture c'est la sur-nature. C'est quand même une vision un peu tardive et un peu critiquable de la conception même du salut. Le salut n'est pas du "sur", du "super" ou du "supra". Le salut il est enraciné, incarné. C'est pour cela qu'on fête aujourd'hui les ancêtres du Christ. Dans ces ancêtres, vous aurez remarqué qu'il y a des tas de gens inconnus, ou des gens dont la réputation n'est pas nécessairement flambante. Mais précisément, c'est cela le salut. Là où la vie a essayé de se déployer, la vie même du Messie surgit dans le monde et c'est ce qui rattrape tout ce grand mouvement à la fois cosmique et humain de la vitalité de la création pour la conduire au-delà d'elle-même dans le mystère même du salut. C'est cela que nous nous préparons à fêter à Noël.

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public