AU FIL DES HOMELIES

Photos

RÉVÉLATION ET SALUT

Nb 24, 2-7+15-17

(16 décembre 2004)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Bethléem: lampe à huile

F

rères et sœurs, tous les textes de ce jour nous parlent du signe, du symbole de la lumière. Déjà cet antique oracle de Balaam que nous lisions tout à l'heure dans le livre des Nombres annonce "non pour maintenant mais pour plus tard, non de près mais de loin, un astre issu de Jacob qui devient chef". Un astre, une étoile, c'est pourquoi nous lirons à nouveau ce texte pour la fête de l'Épiphanie, cette étoile qu'ont vu les mages et qui les a conduits jusqu'à l'Enfant qui vient de naître. Cet Enfant qui, nous dira saint Jean dans le prologue de son évangile que nous lirons le jour de Noël, cet Enfant qui est "la vraie lumière, qui illumine tout homme venant en ce monde". Lumière, c'est ce qui permet de voir, ce qui ouvre nos yeux. Cette lumière qu'est le Christ, le Verbe, c'est la révélation du Père : "Dieu, personne ne l'a jamais vu, dit encore le prologue de l'évangile de Jean, mais le Fils nous l'a fait connaître, nous l'a révélé, nous l'a manifesté. Le Fils est la lumière, il est le jour qui se lève dans nos cœurs, et qui nous permet d'approcher du mystère même de Dieu.

C'est toujours sur ce thème même de la lumière que l'évangile d'aujourd'hui situe Jean par rapport à Jésus. Si Jésus est la lumière, l'aurore, Jean est comme une lampe. Cette lampe qu'on allume au moment où les ténèbres commencent à apparaître, cette lampe qui nous permet d'attendre le grand jour, "voici la voix avant le Verbe, chantions-nous tout à l'heure, voici la lampe avant l'aurore". Jean est cette lampe qui précède le jour, il est cette révélation imparfaite qui précède la pleine révélation que nous apportera le Christ. C'est le rôle de Jean en qui se résume tout l'Ancien Testament. L'Ancien Testament, c'est les patriarches, les prophètes, et le dernier, le plus grand des prophètes, Jean-Baptiste. L'Ancien Testament, c'est le début de la Parole de Dieu qui commence à travers des images encore imparfaites lointaines, nous dit Balaam dans son oracle : je l'aperçois, mais non de près. Jean-Baptiste, l'Ancien Testament, ce sont les balbutiements de cette révélation de Dieu. Tout l'Ancien Testament à travers Jean pointe vers celui qui est le grand jour, celui qui est la pleine révélation du Père. Le Christ le Verbe, est venu sur la terre pour nous sauver, mais d'abord pour nous faire connaître le mystère du Père. L'œuvre du Christ est inséparablement révélation et rédemption, Salut, Révélation parce qu'Il nous dit enfin quel est ce mystère de Dieu, quel est ce mystère infini, éternel, du Père qui engendre le Père et qui exhale l'Esprit Saint, ce mystère infini d'amour dont saint Paul nous dit qu'il avait été caché à travers les siècles anciens, et dont la liturgie de dimanche aux vigiles, nous dira qu'il a traversé comme une lumière encore imparfaite, comme un trésor caché, il a traversé les siècles pour nous conduire vers cette pleine révélation que Jésus nous apporte.

Si Jésus nous apporte la révélation du mystère, c'est pour nous faire entrer dans ce mystère, pour que nous devenions participants de cette joie divine, participants de cette relation du Père, du Fils et de l'Esprit, qui est de toute éternité le sens profond de toutes choses, car Dieu nous a créés, a créé le monde, pour nous faire entrer dans ce mystère. Jésus tout à la fois nous dévoile le Père et nous attire vers Lui, nous introduit vers Lui. Tout l'évangile, c'est cela : Jésus qui ouvre les portes du mystère de Dieu, et qui nous invite à pénétrer dans ce mystère pour être remplis de cette plénitude. C'est à cela que nous sommes appelés, c'est pour cela que nous avons été créés, c'est pour cela que le Christ est venu nous révéler le Père et nous sauver, nous racheter. La croix fait partie de cette révélation par laquelle Jésus nous montre l'infini d l'amour de Dieu qui accepte de donner sa vie pour nous.

Que ces premiers moments où nous nous approchons de cette fête de Noël, qui est le début de la révélation et de la rédemption, du Salut apporté par Dieu, que ces moments où nous nous approchons de Noël, nous fassent comme le dit aussi la révélation du Nouveau Testament, nous fasse tressaillir de joie devant cette réalité qui vient vers nous, que nous pressentons seulement, que nous pouvons à peine effleurer, mais qui est le sens profond de notre vie et de notre joie.

 

AMEN


 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public