AU FIL DES HOMELIES

Photos

PROMESSE DE BONHEUR

Jr 33, 14-22

(12 décembre 1988)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

Saint Macaire : L'onction du baptême 

L

es oracles de Jérémie que nous avons entendus nous paraissent peut-être un peu mystérieux et pourtant ils sont extrêmement importants, j'allais dire instructifs, pour mieux comprendre le mystère de la venue du Messie. Il s'agit d'une promesse de bonheur : "Voici venir des jours où j'accomplirai la promesse de bonheur que j'ai prononcée sur la maison d'Israël et la maison de Juda". C'est assez étonnant d'entendre cette promesse de bonheur dans la bouche de Jérémie car ces paroles ont été proférées dans un des moments les plus sombres et les plus noirs de l'histoire d'Israël et de Juda, au moment où Juda était menacé. Pratiquement la royauté avait déchu par rapport à la confiance que Dieu lui avait faite, les rois pratiquaient n'importe quelle politique et le peuple en payait les frais, au sens le petit royaume de Juda était sur le point de tomber entre les mains du roi d'Assyrie. On pensait que tout était perdu. Jérémie lui-même pensait que tout était perdu et qu'il valait mieux passer à l'ennemi pour éviter un trop grand massacre après une trop longue résistance.

       Pourtant, au cœur même de cette situation terrible, contre le gré du prophète lui-même qui ne pouvait pas y croire avec sa conscience humaine, Dieu formule cet oracle : "Je ferai germer pour David un germe de justice. Juda sera sauvé. Jérusalem habitera en sécurité et le nom dont on appellera la ville sera "le Seigneur Dieu notre justice !" Autrement dit, au cœur même de la catastrophe, Dieu dit que, envers et contre tout, la royauté sera sauvée, le peuple sera sauvé et ce salut consistera que le Seigneur Dieu sera notre justice c'est-à-dire notre amitié, notre salut. Et cet oracle se poursuit car il est question de roi, de royauté mais aussi de sacerdoce.

      "Jamais David ne manquera d'un descendant, jamais les prêtres les Lévites ne manqueront de descendants pour se tenir devant le Roi pour offrir le sacrifice, l'holocauste." A l'époque de Jérémie, le pouvoir du roi et le pouvoir des prêtres étaient relativement indépendants l'un de l'autre. Au cours d'une longue histoire ces deux institutions avaient une certaine consistance propre. Le roi était essentiellement un guerrier, un politique. Les prêtres accomplissaient les différentes fonctions dans le Temple du Seigneur, notamment celui d'offrir les holocaustes et les sacrifices. Ceci était arrivé à la suite d'une grande réforme spirituelle et morale qui avait eu lieu une trentaine d'années auparavant. Or ce qui est intéressant ici, c'est que Jérémie commence à associer la royauté et le sacerdoce dans la perspective du messie qui vient, du germe juste qui va revenir à David et au royaume de Juda, c'est-à-dire qu'il annonce quelqu'un qui sera à la foi roi et prêtre.

       Il faudrait même aller plus loin et dire : c'est un prophète qui dit que quelqu'un va être roi et prêtre. Autrement dit, nous est annoncée par là la véritable figure du Messie. Le Messie n'est pas simplement le roi qui dirige. Il est aussi celui qui accomplit l'acte de culte par excellence qui est de vivre pour son Dieu, de lui offrir ce qu'il y a de meilleur c'est-à-dire soi-même. Et puis le Messie sera aussi le prophète, celui qui nous annoncera toute chose de la part de Dieu. N'est-ce pas encore le même prophète Jérémie qui disait un jour pour désigner ces temps à venir du Messie : "Ils seront tous enseignés par Dieu !"

       Précisément c'est une des caractéristiques de notre existence de chrétiens. Etre disciple de Jésus-Christ c'est, au moment de notre baptême, avoir reçu cette triple onction de prêtre, de prophète et de roi. Et chacun d'entre nous, lorsqu'il a été baptisé, a vu s'accomplir pour lui, par Jésus-Christ, cette triple fonction, ce triple don d'être prêtre, d'être roi et d'être prophète. Et ainsi chacun d'entre nous, avec le Christ et dans le Christ, est entré dans les temps messianiques que le prophète Jérémie avait annoncés.

       Lorsque nous célébrons le temps de l'Avent, nous célébrons te temps de notre enracinement, de l'enracinement du mystère de Dieu, du projet de Dieu dans l'histoire des hommes. Pour nous-mêmes, lorsque nous vivons aujourd'hui la grâce de notre baptême, nous retrouvons là nos propres racines, dans la Promesse de Dieu. Le Seigneur ne nous a pas abandonnés. Le Seigneur continue à donner ces signes messianiques, à faire de nous le peuple du Messie en nous donnant cette triple onction. Qu'a chaque eucharistie ou il nous est donné, tous ensemble, d'accomplir la fonction sacerdotale, c'est-à-dire d'offrir par grâce notre vie avec le Christ qui a donné sa vie pour nous sur la croix, rappelons-nous toute cette attente d'Israël, toutes ces prophéties qui ont rendu possible qu'un jour, effectivement, aujourd'hui, nous puissions réaliser cette espérance messianique qu'Israël avait attendue dans son cœur et dans sa chair.

       AMEN


 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public