AU FIL DES HOMELIES

Photos

GÉNÉALOGIE DU CHRIST EN SAINT MATTHIEU

Gn 49, 1-2+8-10 ; Mt 1, 1-17

Mardi de la troisième semaine de l'Avent – C

(15 décembre 1991)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

N

ous venons d'entendre simplement une liste de personnages. Pourquoi saint Matthieu a-t-il voulu, au début de son évangile, placer cette généalogie ? Je crois qu'il y a deux raisons. La première c'est parce que le vrai temps de l'histoire c'est l'enchaînement des générations. Nous croyons volontiers que l'histoire c'est un certain nombre de dates ou plus exactement d'évènements qui, comme nous le disons, "ont fait date" : 1515 la bataille de Marignan, 1789 la Révolution Française. Mais en réalité, l'histoire c'est autre chose. C'est le sang qui bat dans la chair des pères, des enfants, des petits-enfants, de génération en génération. C'est le mystère d'une existence humaine qui va de la naissance à la mort en passant par ce mystère de la génération et de la trans­mission de la vie. La vraie pulsation de l'histoire, ce n'est pas les révolutions des planètes et du soleil, la vraie mesure du temps de l'histoire c'est la manière dont les hommes se sont donné les uns aux autres leur être d'homme et dont ils se sont transmis, comme nous le dit le récit de la Genèse, "l'image de Dieu."

Et précisément l'histoire devient l'histoire du salut, l'histoire sacrée du monde lorsque ces enchaî­nements de générations en arrivent au moment où Dieu s'insère dans le tissu de cette vie humaine qui se donne et qui se transmet. Joseph est le père de Jésus au sens où il est le témoin de cette génération, de ce droit de la famille de David, de cette identité de la famille d'Abraham qui, par lui, se transmet par adop­tion au Fils de Dieu.

Mais il y a une deuxième chose. Saint Mat­thieu divise sa généalogie en trois sections La pre­mière d'Abraham à David, c'est l'existence nomade et tribale du peuple de Dieu. La seconde de David à la déportation de Babylone c'est l'existence du peuple de Dieu avec un roi à sa tête. La troisième section après la déportation de Babylone, c'est l'existence humiliée d'Israël. A travers ces trois sections, ces trois types dans la succession des générations c'est trois aspects du Messie qui sont ainsi révélés. Le premier ce sont les générations qui s'enchaînent les unes aux autres dans la suite des tribus, dans les liens de chair et de sang. C'est la descendance d'Abraham, d'Isaac, de Jacob et ses fils dont nous avons lu l'oracle de Juda tout à l'heure. C'est le lien du sang, c'est le lien de la chair. Le Messie a voulu s'enraciner dans une chair humaine, dans la descendance d'Abraham. Il a voulu être "la descendance d'Abraham selon la chair." Le deuxième aspect dans lequel le Messie est venu s'in­sérer, c'est la dynastie davidique, c'est la dynastie royale. C'est le mystère du Christ en tant que Messie qui a reçu l'onction d'huile qui lui donne la charge et la responsabilité de conduire tout le peuple et finale­ment toute l'humanité vers la gloire du Royaume. En étant fils non seulement d'Abraham selon la chair, mais de David selon la messianité et la royauté, Jésus assume cette fonction d'être Celui qui rassemble le peuple et le constitue un. Mais il y a une troisième dimension qu'il ne faut pas oublier : c'est l'humiliation et la quasi-mort qui se situe autour de la captivité de Babylone et les générations qui ont suivi. C'est le temps de l'obscurité, c'est le temps de la souffrance, c'est le temps de la déchéance des serviteurs. Et vous savez que Zorobabel est aujourd'hui, par certains spé­cialistes de la Bible, identifié à ce Serviteur Souffrant. C'est le mystère d'Israël en tant qu'il souffre, en tant qu'il veille, en tant qu'il vit dans l'obscurité et qu'il ne connaît pas encore la lumière de l'aurore. C'est déjà la préfiguration du mystère du Messie humilié, du Mes­sie crucifié. Et Jésus Lui-même a voulu s'insérer dans cette attente et dans cette souffrance d'Israël.

Que cette ultime semaine de la préparation de l'Avent nous fasse de mieux en mieux contempler le mystère de la personne de Jésus-Christ, de la per­sonne du Messie selon la chair en Abraham, selon la royauté en David et selon l'humiliation et la souf­france de la croix en Zorobabel et tous ses descen­dants. Qu'à travers ce Messie à la fois de chair et de sang, ce Messie de gloire, ce Messie de souffrance, nous redécouvrions Celui qui vient, Celui qui vient pour nous sauver, le Christ né de Marie.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public