AU FIL DES HOMELIES

Photos

D'UNE GÉNÉALOGIE A L'AUTRE

Gn 18, 1-14 ; Lc 1-, 5-25

Mardi de la troisième semaine de l'Avent – B

(17 décembre 2002)

Homélie du Frère Yves HABERT

 

I

l y a dans l'absolu deux manières de faire de la généalogie, soit on part de soi et l'on remonte, on choisit une branche, ou deux branches, mais c'est plus compliqué car cela se ramifie très vite, on part de soi et on remonte le plus possible jusqu'à retrouver quelque part dans l'histoire, un ancêtre illustre, parce que cela flatte un peu notre ego de descendre de quel­qu'un d'important. Vous me direz que c'est une acti­vité un peu narcissique, mais cela construit aussi toute la tribu, toute la famille. Il y aurait dans l'absolu une autre manière de faire de la généalogie, non plus à partir de soi, mais en partant d'un ancêtre illustre que l'on choisit, mais du côté de Charlemagne car si on le prend trop près, ce n'est pas évident que cela abou­tisse à nous, mais si on le prend d'un façon suffisam­ment lointaine, on a des chances d'arriver à nous. Mais c'est très compliqué, c'est même presque impos­sible, parce qu'il faudrait vraiment faire toute la gé­néalogie pour repartir d'un ancêtre illustre pour arriver à soi.

Dans l'évangile, il y a deux généalogies, celle que nous venons d'entendre, qui est une sorte de gé­néalogie impossible puisqu'on part d'un ancêtre illus­tre, Abraham et qu'on arrive à Jésus. Il y en a une autre qui se rapproche de notre manière de faire de la généalogie, c'est de partir de Jésus pour remonter non pas à Abraham dans l'évangile selon saint Luc, mais à Adam, fils de Dieu. Dans ce rapport à la généalogie, c'est donc avec une intention théologique qu'on part d'un ancêtre illustre. Il y a quelque chose que l'on veut faire passer. Il y a par rapport à l'enracinement vétero-testamentaire du Nouveau Testament, il y a deux écueils, soit on peut dire que tout est contenu dans l'Ancien Testament, toutes les figures sont présentes, c'est déjà Dieu qui agit comme disent les Pères, donc l'évangile n'apporte seulement qu'une sorte de "confirmatur" à toutes ces prophéties, il vient apporter le sceau de ces prophéties, mais l'évangile n'apporte en fait, par grand-chose de nouveau. Tout est déjà là, le sacrifice d'Isaac préfigure la croix, la sortie d'Égypte préfigure la Pâque, et le cri de Job préfigure le cri du Sauveur, tout y est déjà. C'est un premier écueil.

L'autre écueil serait de se dire que l'Ancien Testament ne sert plus à rien, que c'est quelque chose qui a eu son temps, le cri de tous ces personnages est certes important, mais face à la radicale nouveauté de l'évangile, on garde cela simplement comme on gar­derait des archives dans des boîtes à archives.

Le fait qu'il y ait deux généalogies répond à ces objections. Partir de Matthieu comme nous ve­nons d'entendre, d'Abraham pour remonter à Jésus, dit en fait, le sérieux de tout cet Ancien Testament qui prépare, qui est comme la racine, de cet arbre, l'arbre de la croix, ils sont tous focalisés et polarisés vers le mystère de Pâques, et donc l'Ancien Testament n'est pas caduque, il est là comme des racines très impor­tantes, et on veille à ce que Jésus descende bien d'Abraham par Joseph. Mais de l'autre côté, partir comme le fait Luc, de Jésus, pour remonter à Adam, dit que la figure de Jésus est vraiment une figure qui éclaire profondément tout ce mystère de l'Ancien Testament qui est attiré par sa fin, par ce fils d'Israël qui va naître de ce peuple dont nous avons entendu les noms des plus hautes figures, et les moins recomman­dables aussi quelquefois. Il y a les deux aspects dans les généalogies, ce serait un autre sujet !

Supplions le Seigneur de garder profondé­ment au cœur notre appartenance à la descendance d'Abraham. J'aurais presque envie de continuer cette généalogie de Matthieu que nous venons d'entendre, il est dit que Jésus naquit de Joseph, l'époux de Marie, de laquelle naquit Jésus. Il faudrait dire que Jésus engendra l'Église, les apôtres, les saints, Il nous en­gendre aussi nous tous comme fils de Dieu par le baptême, Il ne cesse de nous engendrer à la vie. Cette généalogie se poursuit jusqu'à nous à travers l'Église.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public