AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE CŒUR DU MYSTÈRE DE L'INCARNATION

Is 7, 10-14 ; Lc 1, 26-38

Mercredi de la troisième semaine de l'Avent – C

(20 décembre 2000)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

F

rères et sœurs, nous voici donc au centre du mystère de l'Incarnation de Jésus, dans le mystère de la naissance virginale de Jésus. Jésus est né de la Vierge Marie, Il n'est pas le fils de Joseph, il n'est pas né de l'union d'un homme et d'une femme nous pourrions, avec tous ceux qui essaient de raisonner avec des valeurs humaines, sur ce mystère, nous demander comment cela est-il possible biologi­quement, là n'est pas l'enseignement de l'évangile, ce n'est pas une leçon de sciences naturelles, l'évangile nous parle d'un mystère dont les modalités nous échappent nécessairement, mais d'un mystère qui est essentiellement signifié, manifesté : la naissance vir­ginale de Jésus est un signe. Mais un signe de quoi ? Là encore, nous sommes souvent tentés de prendre une voie facile, de dévotion et de centrer notre regard sur la Vierge Marie, sur ce privilège extraordinaire qu'elle a eu d'être non seulement la mère du Fils de Dieu, mais d'être mère d'une manière inouïe, incom­préhensible, sans génération humaine normale.

Mais concentrer notre regard sur ce qu'on pourrait appeler un privilège de Marie, une gloire de Marie, c'est nous détourner de l'essentiel de ce mystère. Ce mystère n'est pas d'abord celui de la glorification de Marie, mais c'est d'abord le mystère de la naissance du Fils de Dieu. Ce qui est important, fondamental, ce n'est pas que Jésus ait Marie pour mère, c'est important parce que c'est elle qui Lui donne une vraie nature humaine, mais ce qui est décisif dans la virginité de Marie, c'est le fait que Jésus n'a pas de père humain, c'est le fait que Joseph n'est pas le père de Jésus qui est au cœur du mystère. Pourquoi Jésus n'a-t-il pas de père humain, pourquoi Joseph n'est-il pas le père selon la chair de Jésus ? Parce que Jésus est Fils de Dieu, et ceci en un sens non pas simplement métaphorique, mais au sens le plus fort de la génération éternelle au sein de la Trinité du Fils, de la personne du Fils par la personne du Père. Cette génération, ce n'est pas seulement une façon de parler, mais c'est le prototype de toute génération, et les générations humaines, plus généralement créées, ne sont que des images, des projections, des réalisations imparfaites de ce qu'est la génération par excellence, celle par laquelle le Père de toute éternité, donne naissance à son Fils. Etre Père, c'est d'abord être source, et cela seul le Père dans la Trinité, l'est réellement, les pères humains ou plus généralement les pères créés puisque cela n'existe pas que dans la race humaine, ne sont que des images imparfaites de ce don fondamental que le Père fait au Fils. Les enfants des hommes ne peuvent pas dire en toute vérité que leur père est la source de leur vie, il est la source immédiate, plus exactement, il est avec leur mère la source immédiate de leur vie humaine, mais la source réelle de notre existence c'est toujours l'acte créateur de Dieu, en permanence à l'œuvre dans le monde à travers les intermédiaires humains. Un père de la terre n'est père que de manière ministérielle, comme étant l'instrument par lequel Dieu donne l'existence.

Le véritable père de tout être c'est Dieu, et cette paternité du Dieu créateur n'est elle-même qu'un débordement secondaire de cette paternité plus radicale, fondamentale et essentielle, la seule vraie paternité, celle par laquelle de toute éternité le Père donne tout ce qu'il est à son Fils. Et c'est en relation de dépendance et d'image par rapport à cette paternité fondamentale du Père à l'égard du Fils éternel, c'est par dérivation que se nomme toute paternité sur la terre et dans le monde. Si Jésus est le Fils de Dieu, non pas un en sens approché, mais au sens le plus fort, si la paternité par excellence s'est exercée du Père à son égard, Il ne peut pas avoir d'intermédiaire ministériel pour une autre naissance. Sa naissance sur la terre est comme la projection dans notre monde de ce mystère éternel, et c'est pourquoi c'est Dieu Lui-même par son Esprit, qui va façonner dans le sein de Marie, la chair de l'homme Jésus qui est l'Homme Dieu. Si Jésus était le Fils d'un père terrestre, de Joseph, il serait un homme comme les autres en qui Dieu mettrait sa présence, sa grâce, une certaine venue de Lui-même, au fond, Jésus serait ce qu'il nous promet que nous deviendrons nous-mêmes, des êtres humains que Dieu vient habiter et transformer de l'intérieur.

Mais pour Jésus, il s'agit de tout autre chose, Il n'est pas un individu humain parmi les autres que Dieu vient habiter, Il est Dieu Lui-même, Dieu le Fils qui du sein du Père vient parmi nous, se faire l'un de nous. Il n'est pas un homme élevé à devenir Dieu, Il est Dieu qui s'enfouit dans la réalité humaine, Dieu qui vient assumer cette réalité humaine, et donc, à travers cette réalité humaine toute la création, Dieu qui vient prendre sur Lui, faire sienne cette réalité humaine. C'est pourquoi Jésus ne peut pas avoir d'autre père que le Père éternel, et c'est pourquoi Marie ne peut concevoir que par l'œuvre mystérieuse, incompréhensible, que je ne me charge pas de vous expliquer, parce que là n'est pas le problème, et je n'ai pas plus de lumière que vous sur ce qui reste un mys­tère, Marie, par l'œuvre de l'Esprit Saint devient mère, c'est-à-dire donne chair, donne humanité, nature hu­maine à Celui qui est et reste et demeure le Fils de Dieu, le Fils du Père de toute éternité, et à travers sa vie terrestre aussi bien que dans le ciel.

Frères et sœurs, la grandeur de Marie, ce n'est pas d'avoir été privilégiée, mais c'est d'avoir été choi­sie pour être le lieu où se passera ce mystère. Mais ce mystère est d'abord un mystère entre Dieu et l'huma­nité, et c'est pour que l'humanité soit assumée par Dieu que Marie offre son sein, offre sa nature hu­maine, offre sa chair de femme enfantant un fils, mais ce fils est le Fils de Dieu, Il n'est pas simplement un fils d'homme, Il est le Fils de Dieu devenu homme, tel est le mystère devant lequel nous sommes prosternés aujourd'hui et que nous allons vivre en plénitude dans cette fête de Noël, et qu'il faut que nous mettions au cœur de notre vie pour que nous soyons réellement envahis pas cette présence divine qui n'est pas sim­plement lointaine ou symbolique, mais qui nous a pris sous son ombre, et nous a transformés de l'intérieur à travers la chair de Jésus.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public