AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA LAMPE QUI BRÛLE ET QUI LUIT

Nb 24, 2-7+15-17 ; Jn 5, 33-36

Vendredi de la troisième semaine d'Avent – A

(16 décembre 1983)

Homélie du Frère André GOUZES

Bethléem : Lampe de la grotte dite de Saint Jérôme

Q

 

uel étrange dialogue entre Jean et Jésus ! Dimanche dernier nous écoutions cette question quasi angoissée de Jean, du fond de sa prison, envoyant ses disciples au-devant du Christ pour Lui demander : "Es-Tu vraiment Celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un Autre ?" Vous savez la réponse de Jésus. En saint Jean, nous avons un autre témoignage de Jésus à l'égard de Jean-Baptiste. La lampe qui brûle, cette lumière auprès de laquelle il est bon de se réchauffer une heure, auprès de laquelle il est bon de se remémorer le temps d'un Avent, car l'Avent, certes dure quatre semaines, mais cela doit demeurer aussi une des dimensions fondamentales de notre foi. Doivent dialoguer en nous et l'attente de Jean et la grâce déjà reçue de l'Époux. En nous doit demeurer le chant de cette liturgie si comblée de ce qu'elle attend et en même temps, si ardemment tendue vers ce qu'elle pressent encore de la grâce qui lui sera totalement révélée.

Et Jean apparaît bien comme celui qui résume toute la droiture de l'espérance d'Israël, toute la droiture aussi de l'espérance humaine qui doit préparer les chemins de la grâce de Dieu et qui ne peut les préparer qu'en accomplissant des œuvres de justice : "Que ce qui est tordu soit rectifié ! Que toute vallée soit comblée !" Nous ne pouvons nous ouvrir à la grâce qu'en répondant à la prédication de Jean le Baptiste. Nous ne pouvons accueillir la grâce inouïe du Christ, nous introduisant à la gratuité du don du Père, de l'amour du Père, que si nous continuons à nous laisser évangéliser, d'une certaine manière, par l'ami de l'Epoux. Et si nous nous laissons réchauffer d'une certaine façon, à toute l'énergie du désert qu'il déploie, à tout l'héroïsme de cette mise en ordre de nous-mêmes et du monde, en forme de justice, en forme de vérité, et aussi en forme de charité. Car c'est bien là toute la dimension de la prédication de Jean.

Et pourtant, cela ne suffit pas, car pour entrer dans le Royaume, il faut, tout simplement être visité de la miséricorde. Et c'est bien la réponse de Jésus quand Il dit aux disciples de Jean venus vers Lui : "Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris." Et tout aussi bien vous savez que dans l'évangile, cela veut dire : "Les pécheurs sont pardonnés !" Dans cette page d'évangile, le Christ renvoie le secret de toutes ses œuvres, de tous ses miracles et de tout ce qu'Il accomplit, le renvoie au secret du cœur du Père, source de toute miséricorde. Car là est la Révélation du Royaume, l'annonce de cette liberté qui accomplit toute l'espérance des hommes, au-delà de toute justice et de toute vérité, comme achèvement de toute justice et de toute vérité, et comme révélation plus haute que l'amour, cette miséricorde dont seul le Verbe éternel est le témoin, dont seul le Fils de Dieu est le médiateur.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public