AU FIL DES HOMELIES

Photos

ABRAHAM ET SARA, ZACHARIE ET ELISABETH

Gn 18, 1-14 

(18 décembre 1987)

Homélie du Frère Jean-François NOEL 

 

Mambré : La fontaine 

D

eux couples de personnes âgées, Abraham et Sara dans l'Ancien Testament, Zacharie et Elisabeth dans le Nouveau Testament. Dans l'un et l'autre, en même temps, la foi et l'incrédulité. Si on nomme Abraham, "le père des croyants", on pourrait appeler Zacharie "le père des incrédules" car il préside à l'évangile, en doutant de tout l'évangile.

De fait, le silence de Zacharie, où il tente de s'exprimer par des signes, tout en demeurant muet quand il sort du sanctuaire, précise que l'évangile va signifier la venue du Seigneur, non plus dans des paroles humaines, comme l'Ancien Testament l'annonçait, mais dans l'arrivée réelle, totale, qui dépasse toute parole et même toute incrédulité. Que l'évangile s'inscrive dans le manque de foi de Zacharie, que l'évangile s'inscrive dans la vieillesse, dans l'usure, dans la stérilité, c'est bien pour signifier que la Parole du Verbe de Dieu, son avènement, sa fécondité dépasse, traverse, renverse toute incrédulité.

       Et si nous nous sentons nous-mêmes usés par le péché, si nous nous sentons nous-mêmes vieillis et finalement ne croyant plus que ce qui est possible, suivons les traces de Zacharie et d'Elisabeth. Reprenons le rire de Sara qui, tout en riant de Dieu, s'est trouvée comblée par sa bénédiction. C'est dire que la Parole de Dieu est plus forte que nos manques de foi. C'est dire que la Parole de Dieu, sa Promesse qui s'inscrit dans nos cœurs, passe par-dessus nos vieillesses, par-dessus nos usures, afin de continuer à annoncer avec force et réalité l'arrivée du Seigneur.

       Quand je dis l'arrivée du Seigneur, c'est autant pour nous notre propre avènement, notre propre naissance d'homme nouveau que le Seigneur ne cesse de proclamer à temps et à contretemps dans l'évangile en nous disant : "Laisse ton incrédulité là où elle est, laisse tes paroles empreintes de ce manque de foi, et regarde les signes que Je te donne, qui t'annoncent ta naissance, qui annoncent ta naissance dans le Christ, qui annoncent la naissance du Christ dans le monde".

       Ainsi, à la suite de ces "vieux", tous deux usés, ne croyant plus aux plaisirs de la vie, doutant même de la joie qui pourrait encore réjouir leur cœur, essayons non plus de comprendre par des paroles où nos cœurs resteraient tremblants par leur manque de foi, mais laissons-nous saisir par l'annonce de la venue du Seigneur qui viendra renverser notre incrédulité et nous offrir cette lumière, lumière de Paix et de bonheur, la naissance du Christ parmi les hommes. Oui, vraiment, Dieu vient parmi nous.

       AMEN


 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public