AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'ENRACINEMENT DE JÉSUS DANS UN PEUPLE

Gn 49, 1-2+8-10 ; Mt 1, 1-17

Vendredi de la troisième semaine de l'Avent – A

(17 décembre 2004)

Homélie du Frère Yves HABERT

 

N

ous venons d'entendre cette généalogie telle qu'on la trouve dans l'évangile de saint Matthieu. Il y en a une autre très différente, dans l'évangile de saint Luc.

C'est curieux de commencer par une généalogie. Aujourd'hui, beaucoup de gens s'intéressent à la généalogie justement, beaucoup ont le souci de remonter le temps, de chercher leurs ancêtres, mais c'est souvent le fait de personnes qui ont déjà bien vécu, c'est souvent le fait de personnes qui ont déjà une histoire, et c'est rarement le fait des plus jeunes. Il faut déjà avoir saisi ce qu'est la vie et sa complexité, saisi comment la vie s'enfuit, plus rapidement qu'on ne le voudrait quelquefois, et alors naît le souci de se rattacher à nos racines. Aujourd'hui, la généalogie est une passion qui est partagée par pas mal de gens, il y a un réel engouement en France, mais aussi à l'étranger pour rechercher les ancêtres. Autrefois, la généalogie était assez compliquée, il fallait aller sur place, il fallait parcourir les mairies de France et de Navarre pour soudoyer le secrétaire de Mairie et parvenir à avoir l'extrait de naissance recherché. Aujourd'hui, c'est plus facile avec Internet. Mais il y a un réel souci de se trouver des ancêtres, de les rechercher, de les connaître, de savoir ce qu'a été leur vie.

Ce souci vient, je pense, d'un désir d'enracinement, de nous ancrer. Mais quand on commence la généalogie, on se retrouve très rapidement devant une difficulté. Nous avons deux parents, quatre grands-parents, huit arrière grands-parents, ensuite cela continue, huit, seize, trente-deux, soixante quatre, cent vingt-huit, deux cent cinquante six, cinq cent douze, mille vingt-quatre ! Alors, quelle lignée suivre ? Il faut bien suivre un fil, on ne peut pas embrasser d'un coup les mille vingt-quatre ancêtres qu'on a au niveau cinq de notre généalogie, et donc, on en suit une, on s'attache à une filière plutôt qu'à une autre, c'est un choix, devant la difficulté d'embrasser ainsi toute la généalogie de nos ancêtres.

Ce souci nous permet parfois de comprendre notre vie actuelle, non seulement cela nous enracine, mais on voit d'où l'on vient, peut-être tel trait de caractère que l'on retrouve, telle profession qui se retrouve dans plusieurs générations de nos ancêtres.

Le souci de la généalogie telle qu'elle nous est rapportée dans l'évangile de saint Matthieu, est complètement différent. Certes, là aussi on va suivre la généalogie du père adoptif, mais le père adoptif avait un rôle très important dans la société juive. Il est envisageable de suivre cette lignée. Mais c'est surtout une lignée de grâce. On n'a pas peur de mettre des personnages qui ne sont pas très glorieux, on n'a pas peur de mettre une étrangère, Ruth, ou une prostituée, Rahab, on n'a pas peur de saisir toute l'étendue d'une généalogie de grâce. Mais surtout, on veut montrer l'enracinement de Jésus dans Israël. On veut montrer que Jésus est le fruit de ce peuple, que ce peuple est constitué par Dieu, que ce peuple a été choisi par Dieu pour qu'un jour, une femme de ce peuple puisse donner naissance au Sauveur. L'élection d'Israël se comprend pour nous chrétiens, comme aussi le choix d'un peuple pour qu'un enfant de Dieu, de Marie, puisse naître. Cela nous place dans l'immense figure de saint Joseph qui n'est pas là simplement pour compléter le portrait, mais qui est là pour enraciner profondément Jésus dans toute cette descendance de grâce, d'élection, de choix de Dieu.

Accueillons cette généalogie avec tous ces dons qui nos paraissent d'une extrême poésie, comme peut-être les noms des personnes qui nous ont précédé dans notre arbre sont aussi quelquefois remplis de poésie. Accueillons cette généalogie de grâce pour voir que nous aussi nous sommes le fruit d'une descendance, que nous aussi nous sommes le fruit d'un choix, de tous ces hommes et ces femmes qui nous ont précédés et qui ont marqué leurs pas dans la vie du Seigneur, c'est comme si nous en descendions aussi, comme si nous recevions parfois des choses qui nous échappent un petit peu, mais qui nous traversent aussi.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public