AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'ENFANT SUR LE LIT DU PROPHÈTE

2 R 4, 8-37

(28 mars 1993???)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

Pontigné : Résurrection de Lazare 

V

ous avez peut-être remarqué dans cette histoire de la veuve de Shunem comme, au moment où on lui ramène son fils mort, elle a le réflexe d'étendre cet enfant mort sur le lit du prophète Élisée, dans la chambre où il avait coutume de venir. C'est un geste étrange pour une mère, son fils étant mort, il y avait sûrement une chambre pour cet enfant puisqu'il y en avait aussi une pour le prophète quand il était de passage, une sorte de chambre d'hôte construite exprès sur la terrasse. Et pourtant la mère étend l'enfant sur le lit du prophète. Je ne sais pas s'il y a des raisons psychologiques à cela, mais je crois qu'il y a une raison très simple. C'est que cette femme n'a obtenu cet enfant que par la promesse et la générosité du prophète, c'est-à-dire la générosité de Dieu. Elle n'avait rien demandé. C'est le prophète lui-même qui avait délibéré avec son serviteur en essayant d'imaginer ce qui pourrait lui faire plaisir. Et finalement, d'autorité, il avait dit à cette femme : "Dans un an, quand je repasserai, tu tiendras un fils dans tes bras !" Il avait d'ailleurs agi comme les trois messagers qui étaient passés près de la tente d'Abraham. Élisée avait réalisé à nouveau, pour la veuve de Shunem la promesse faite pour la première fois à Abraham. Donc lorsque la Sunamite voit son enfant mort, une sorte de nouveau sacrifice d'Isaac, elle se contente simplement de remettre cet enfant sur le lieu de la visite du prophète. Pourquoi donc ? Simplement pour rappeler au prophète le chemin de la promesse. A ce moment-là, la veuve de Shunem veut simplement faire comprendre à Élisée, et à Dieu à travers Élisée, qu'elle ne pensait pas que la grâce pourrait se donner pour être reprise, que la vie pouvait être donnée pour sombrer dans la mort, que la Promesse qui fonde la confiance pouvait pour ainsi dire se retirer pour faire tomber dans les larmes et le désespoir. Et c'est pourquoi la femme de Shunem fait revivre au prophète l'itinéraire de la promesse. Elle rappelle à Dieu son don, sa promesse de vie. Et c'est pourquoi Élisée, quand la femme s'approche de lui dans sa demeure du Carmel, commence à comprendre qu'il y va de la fidélité de Dieu et que, même si le Seigneur ne lui a rien révélé, l'affaire est grave.

       C'était l'Ancienne Alliance. Cette femme qui avait mis au monde cet enfant était pour ainsi dire chargée de rappeler à Dieu l'itinéraire de la promesse, d'invoquer la fidélité. Mais, dans le Nouveau Testament, quand Jésus ressuscite Lazare, pourquoi l'a-t-il ressuscité ? Jésus n'avait pas à se rappeler de Promesse, Jésus savait qu'Il allait vers Jérusalem, Jésus savait que son ami Lazare était mort. Et pourquoi l'a-t-il fait revenir à la vie ? Ici ce n'est plus l'homme qui réclame ou qui demande, ni Lazare qui est mort et ne demande quoi que ce soit. Et même les sœurs simplement se plaignent en disant : "Si tu avais été là, il ne serait pas mort !" elles ne lui demandent pas de ressusciter Lazare. Ici ce n'est pas l'homme qui rappelle à Dieu sa promesse. C'est Dieu Lui-même qui vient accomplir la Promesse. Et j'ai comme le pressentiment que lorsque Jésus ressuscite Lazare, c'est simplement pour inscrire définitivement la vie et la mort de Lazare dans sa propre vie et sa propre mort.

        Au fond, quand Jésus s'approche du tombeau, lorqu'Il vient verser des larmes sur Lazare, c'est bien sûr, parce qu'Il est troublé profondément par le scandale de la mort de son ami, mais Il lui fait cette grâce de revenir à la vie pour qu'il trouve, avec Lui, à sa suite, le véritable chemin de l'exode vers le Père. Au fond Jésus a ressuscité Lazare non plus parce qu'Il avait à rappeler à Dieu ses promesses et sa fidélité mais parce que, désormais, Dieu venait accomplir sa promesse dans la fidélité et qu'Il venait inviter tout homme à marcher sur le chemin qui serait celui de sa croix, de sa mort et de sa résurrection.

       D'une certaine manière, on peut appliquer à Lazare le verset du psaume : "Elle est précieuse, aux yeux du Seigneur, la mort de ses amis !" En effet, pour Jésus, la mort de Lazare était si précieuse qu'elle ne pouvait pas se dérouler en dehors de Lui, en dehors de sa Pâque, en dehors de l'accomplissement des promesses qu'Il venait sceller définitivement. Si Jésus ressuscite Lazare c'est pour le faire entrer dans le mystère de Pâque. Ainsi donc, demain quand les catéchumènes viendront ici devant l'autel pour la dernière étape, ce sera aussi pour eux une invitation adressée par le Seigneur : "Lazare, viens ici dehors !" II voudra les faire entrer dans le mystère de sa Pâque à travers leur baptême. Et pour nous, l'Église qui les accueille, ce sera aussi l'occasion de nous rappeler que si Jésus a ressuscité Lazare, s'Il nous donne aujourd'hui d'être dans ce monde des témoins de sa vie, de sa présence, c'est pour que nous entrions aussi dans le mystère de l'amour du Père, en le suivant à travers sa mort, sa résurrection et son exode à Jérusalem.

       AMEN


 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public