AU FIL DES HOMELIES

Photos

QUI EST LE CHRIST ?

Jr 18, 18-20 ; Jn 10, 24-39

Jeudi de la cinquième semaine de Carême – C

(27 mars 1980)

Homélie du Frère José FABRE

C

 

'est un évangile plein de paradoxes que celui de cette messe. En effet, nous voyons une fois encore le Christ tenter d'expliquer aux pharisiens endurcis qui Il est. Qui est le Christ ? Au moment où les pharisiens croient le saisir, il leur échappe. Il est celui qu'ils veulent arrêter, et en fait Il est celui qui va partir de lui-même, quand Il le voudra et où Il le voudra. "Je vais partir et vous me chercherez."

Il est celui qu'ils accusent d'être pécheur. Et en fait, c'est le Christ qui leur dit que, eux, les pharisiens, mourront dans leur propre péché. Il est celui qui monte au ciel, alors qu'eux, les pharisiens, resteront sur la terre. "Je suis d'en haut, et vous êtes d'en bas." Il est celui qu'ils pensent clouer sur une croix pour s'en débarrasser à jamais, et en fait, Il est celui qu'ils vont élever dans la gloire pour toujours.

Lorsque nous voulons saisir, cerner le Christ avec notre seule intelligence humaine, Il nous échappe. Et cependant le Seigneur nous dit : "Si vous ne croyez pas en moi, vous mourrez dans votre faute." Oui, il suffit de croire, tout d'abord, que nous ne pourrons pas éclairer avec notre seule lumière toute la personne de Jésus-Christ pour être sauvé. Il suffit d'accepter que nous ne pourrons pas tout expliquer avec nos pauvres vues humaines de ce qu'Il nous dit. Il suffit d'accepter d'être dérangés, remis en cause bien des fois par les exigences de sa parole. Il suffit d'accepter de courber notre raison devant notre foi. Et d'entrer ainsi, plus profondément dans le mystère de mort et de résurrection de Jésus-Christ : mort à nos vues, à nos conceptions pour essayer d'entrer pleinement dans cette connaissance amoureuse du Christ.

Le Seigneur nous dit justement : "Si vous ne croyez pas en moi, vous ne pouvez pas vivre, vous mourrez dans votre péché." Si nous n'adhérons pas pleinement au Christ mort et ressuscité, au Christ qui nous échappe, qui nous dépasse, si nous ne croyons pas pleinement en Lui, alors Dieu devient vite un nom sans visage, ce visage que le monde cherche avec angoisse, même parfois inconsciemment. Et lorsque le monde a perdu le visage de Dieu, alors très vite il se crée des idoles comme les peuples de l'Ancien Testament. Ces idoles sont alors soit le culte de notre personnalité qui remplace très vite le culte de Dieu, soit le culte du plaisir, de l'argent, de la gloire. Ou alors ce sont, pour ceux qui ont perdu le sens du visage de Dieu tous ces soi-disant absolus, ce sont les posters la publicité qui remplacent les images saintes, ce sont les vedettes du cinéma, de la chanson, les superman à la mode qui remplacent la personne de Jésus-Christ.

En entrant dans cette semaine sainte, demandons au Seigneur qu'il renouvelle en nous, la véritable connaissance de son visage. Que nous acceptions humblement de nous mettre à l'écoute de sa parole. Ce n'est pas nous qui venons éclairer le Christ, ce n'est pas à nous de le mettre en équation pour pouvoir le démontrer, mais le Christ est venu nous éclairer. Mettons-nous humblement dans sa lumière. Oui, Seigneur, nous croyons, mais augmente en nous la foi.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public