AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE CHRIST DE LA VIE, VAINQUEUR DE LA MORT

Dn 3, 13-20+46-52+91-92+95 ; Jn 10, 17-39

Jeudi de la cinquième semaine de carême – C

(29 mars 2007)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

F

rères et sœurs, depuis quelque temps, nous lisons l'évangile de saint Jean pour nous avancer vers la Pâque du Christ. Ces jours derniers, après avoir entendu le Christ proclamer le don de l'eau qui jaillira de son sein, puis, parler longuement avec les juifs d'Abraham qui a vu le jour du Christ et s'en est réjoui, nous parcourons maintenant le chapitre dixième de saint Jean. A vrai dire, nous le lirons plus en détail pendant le temps pascal où nous méditerons sur ces paroles du Christ qui se présente comme le bon pasteur, le pasteur que connaissent les brebis, et qui connaît ses brebis et donne sa vie pour elles.

Aujourd'hui la liturgie nous propose un passage du chapitre dixième où Jésus dit : "Je donne ma vie pour la reprendre. Personne ne m'enlève la vie, je la donne de moi-même. J'ai le pouvoir de la donner et le pouvoir de la reprendre". C'est une dimension essentielle du sacrifice de la croix qui n'est pas simplement un châtiment que le Christ subirait en notre nom, mais qui est une offrande libre et volontaire. Apparemment, le Christ tombe aux mains d'abord des juifs, des grands-prêtres qui le condamnent pour blasphème, puis de Pilate à qui ils le défèrent, comme un fauteur de trouble et cela aboutira à la crucifixion. Apparemment donc, Jésus est la victime de force politiques, celle des grands-prêtres, celle de Pilate et il subit passivement la violence de ces forces politiques. Mais l'évangile d'aujourd'hui nous révèle qu'en profondeur le Christ ne subit pas seulement cette mort, il l'accepte, il la veut, il la choisit, et en fait un don. Le Christ, on ne lui arrache pas la vie, c'est lui qui la donne parce que c'est un don fait par amour, il a le pouvoir de la reprendre, c'est-à-dire de sortir vainqueur de l'épreuve de la mort par la résurrection.

Au niveau le plus profond, la croix est donc un don gratuit que le Christ nous fait de sa vie, un don fait par amour parce qu'il a le pouvoir de donner sa vie et donc aussi le pouvoir de vaincre la mort par cette vie toute puissante qui repose en lui. C'est une dimension de la croix qui est indispensable à comprendre pour que nous ne soyons pas seulement en face d'un fait divers de l'histoire humaine, d'un de ces innombrables déchaînements de la violence, mais que nous soyons en face d'un acte libre, volontaire, un acte d'amour qui récapitule toute l'histoire des hommes, toutes les souffrances des hommes que Jésus librement prend sur lui pour les détruire par la force de sa vie et de son amour qu'il puise dans la relation avec le Père.

Juste après le passage que nous avons lu, Jésus conclura en disant : "Le Père et moi, nous sommes un". C'est pourquoi la volonté d'offrande du Christ est la même que la volonté du Père, et la puissance de vie du Christ est la même que la puissance de vie du Père. C'est ce jaillissement éternel de la vie du cœur du Père qui a engendré le Fils de toute éternité, c'est cette puissance qui est à l'œuvre, souterrainement, invisiblement, réellement dans la croix, et c'est pourquoi cette croix débouche sur la résurrection. C'est notre foi, c'est la foi pascale, c'est celle que nous allons célébrer dans quelques jours.

 

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public