AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA RÉVÉLATION DE LA VÉRITÉ

Dn 13, 1-9+15-60

(18 mars 1991)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

J

e ne sais pas à quoi vous pensiez pendant la première lecture mais je trouve que cette histoire de Suzanne ressemble à une sorte de mélange de mauvaise opérette et d'un film policier. Ou mieux encore à un scénario de Claude Lelouch, un scénario qui fait pleurer comme des veaux aussi bien les acteurs que les spectateurs, avec Anouck Aimée dans le rôle de Suzanne et pour les deux vieillards le côté un peu cynique de Michel Piccoli et la sensualité un peu bestiale de Gérard Depardieu. On imagine facilement ce côté un peu pathétique, un peu touchant, larmoyant de cette histoire, mais le but de ce texte n'est pas du tout celui-là, heureusement d'ailleurs. On ne raconte pas cela dans les chaumières à Babylone pour se consoler en disant que, de toute façon les choses se passeront toujours bien, mais on racontait cette histoire de Suzanne sauvée par le jugement de Daniel et l'on a pris soin de la remémorer dans la liturgie, spécialement dans le cadre de la préparation des catéchumènes à leur baptême, pour dire exactement : la vérité de l'agir humain et ce que sont les hommes au fond de leur cœur, les autres hommes ne peuvent pas le savoir. Suzanne est innocente, tout le monde croit qu'elle est tombée, les deux vieillards sont vicieux et tout le monde croit que ce sont des justes en Israël. Et précisément toute la petite société, le microcosme judéen tassé à Babylone croit qu'il en est ainsi. Et tout le monde pleure en se disant : ce n'est pas possible que Suzanne ait fait une telle chose, tout le monde est plein d'une révérence profonde pour les vieillards qui sont en train de mâchonner leur revanche et leur vengeance parce que Suzanne n'a pas cédé à leur désir.

        Or précisément il faut la parole du prophète, la parole du prophète Daniel qui vient de Dieu pour faire découvrir la vérité sur l'homme et pour faire apparaître en plein jour la vérité de l'innocence de Suzanne et le péché des vieillards. Mais la société en elle-même ne peut pas faire la vérité sur le fond du cœur de l'homme. Au fond ce que cette histoire veut dire, c'est que le fond du cœur de l'homme n'est connu que de Dieu seul. Et l'intervention du prophète Daniel c'est ce qui met en évidence, en lumière l'innocence et le péché des vieillards en provoquant la situation inverse. Au lieu de Suzanne marchant à la mort, ce sont les vieillards qui sont condamnés et conspués, ce qui veut dire alors que Dieu a fait la vérité sur l'homme, ce que l'homme lui-même ne peut pas faire. Suzanne ne pouvait pas établir par elle-même son innocence. Même cela ne suffit pas.

       Dans l'histoire de la femme adultère qui, elle, est pécheresse car elle surprise en flagrant délit, les pharisiens croient que la vérité peut être faite, mais sans doute que là aussi le jeune homme est parti. On pourrait s'attendre à ce que le Christ authentifie que cette femme a été pécheresse et que la loi doit être appliquée. Or il ne suffit pas de la vérité de l'homme, il faut aussi la vérité de Dieu. Dans le cas de la femme adultère, le Christ prolonge la manifestation du péché de cette femme. Il ne lui dit pas : retourne chez toi et continue ta vie comme tu veux. Le Christ lui fait reconnaître son péché, mais Il dévoile Lui-même la vérité de Dieu, la vérité de sa miséricorde et de son pardon qui est plus forte, plus essentielle que la vérité du péché de l'homme.

        Vous voyez pourquoi on lit ce texte aux catéchumènes. Certes aucun homme ne peut connaître la vérité du cœur d'un autre homme, mais cela ne veut pas dire que nous devons vivre en cultivant l'hypocrisie, mais de fait, il en est ainsi. Il n'y a que Dieu qui peut faire vraiment la vérité sur l'homme et manifester que ce cœur est pécheur. Mais en même temps, il nous est dit, à travers la présence du Christ et son agir vis-à-vis de la femme adultère que, désormais, ce qui compte le plus, c'est que cette vérité de l'homme pécheur est portée à la lumière de la vérité de Dieu qui pardonne et c'est de cela seul que nous avons besoin.

       AMEN     


 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public