AU FIL DES HOMELIES

Photos

DIEU SAUVE TOUS LES HOMMES

Dn 13, 1-9+15-60 ; Jn 8, 2-11

Lundi de la cinquième semaine de carême – A

(2 avril 1990)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

T

oute la révélation de l'évangile, tout le Nou­veau Testament est dans le rapport entre ces deux textes. Le Dieu qui s'est révélé à travers l'Ancien Testament est d'abord le Dieu de la justice, c'est le Dieu du salut, c'est Celui qui vient en aide aux petits, aux pauvres, à ceux qui sont injustement accu­sés. C'est un Dieu qui fait éclater le droit contre toutes les violences, toutes les injustices, toutes les calom­nies des hommes. Dans ce monde où sans cesse règne la force, l'oppression, dans ce monde où apparemment les méchants sont les plus forts, où les habiles l'em­portent toujours et remportent la victoire sur les pau­vres sans défense qu'ils accusent injustement, Dieu est Celui qui rétablit la justice. Il n'y a pas de foi en Dieu si elle ne s'établit pas sur ces bases-là. Que serait un Dieu qui abandonnerait l'innocent ? Que serait un Dieu qui laisserait le pauvre être déchiré par un plus fort que lui ? Que serait un Dieu qui ne ferait pas éclater la beauté du Juste afin qu'il soit récompensé, sinon sa justice et sa vertu ?

Tel est notre Dieu. Tel est le Dieu véritable. Tel est le Dieu qui s'est révélé pas à pas depuis la création du monde, depuis Abraham, Moïse à travers toute l'Ancienne Alliance. C'est ce Dieu-là qui est le Père de Jésus-Christ. C'est ce Dieu-là que Jésus est venu nous révéler. C'est ce Dieu-là que Jésus est Lui-même en personne. Seulement, le Nouveau Testament conduit plus loin. Dieu n'est pas seulement Celui qui sauve les Justes, c'est Celui qui sauve aussi les injus­tes. Tout le Nouveau Testament réside dans cette op­position qui n'en est pas une mais qui est un appro­fondissement, qui est un surcroît, qui est la profusion du salut et de l'amour de Dieu. Dieu n'est pas seule­ment un Sauveur pour ceux qui en quelque sorte ont droit à ce salut, qui, en quelque sorte, par leur justice, leur sainteté se sont préparés à être sauvés, Dieu n'est pas seulement un Sauveur pour ceux qui sont injus­tement persécutés, mais aussi pour ceux qui sont jus­tement condamnés. Cette femme adultère était coupa­ble. Ses accusateurs avaient raison. Elle était passible de jugement. Il était vrai que la loi de Moïse la condamnait et quoi que nous pensions de la sévérité de la loi de Moïse qui tient à la différence d'époque et de civilisation, il reste que cette femme n'avait pas de défense à faire valoir. Pourtant, Jésus est son sauveur. Il est son Sauveur contre ses accusateurs, même si ces accusateurs sont de justes accusateurs. C'est cela la surabondance de l'amour de Dieu. Il ne nous sauve pas seulement quand nous sommes à tort condamnés, mais aussi quand nous sommes condamnés à juste titre. Il nous sauve de toute manière, de toute façon.

Et en réalité, nous sommes tous pécheurs. C'était une illusion de croire que certains comme Su­zanne n'avaient rien à se reprocher. On a toujours quelque chose à se reprocher. Il n'est pas nécessaire d'être comme ces vieillards iniques, remplis de lubri­cité, de ruse et de mensonge, nous sommes tous pé­cheurs parce que nous sommes tous sans amour et sans vérité. Nous sommes tous menteurs.

Notre vie ne correspond pas à ce qu'elle a l'air d'être. Nous sommes tous attachés par égoïsme à notre propre plaisir, à notre jouissance. Nous sommes tous plus ou moins meurtriers de nos frères par notre indifférence, par notre manque de proximité, par notre éloignement de cœur. Nous sommes tous pécheurs, peut-être pas d'une façon aussi éclatante et visible, mais tout aussi réellement.

Jésus sauve tous les pécheurs parce qu'Il nous sauve tous. Nous sommes tous bénéficiaires de ce salut. Il est ouvert pour tous. C'est cela le Nouveau Testament. C'est cela l'évangile. Nous pouvons, avec confiance, bien que nous ne soyons pas innocents, bien que nous ne soyons pas vertueux, bain que nous ne soyons pas conformes à la loi de Dieu, nous pouvons tous nous approcher du Christ avec confiance car sa miséricorde nous prend dans ses bras son pardon nous est donné, la croix du Christ est notre salut.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public