AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA VÉRITÉ REND LIBRE

Gn 18, 1-14 ; Jn 8, 31-46 a

(31 mars 2009)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

Perse : La gueule de l'Enfer, demeure de Satan 

F

rères et sœurs, vous l'avez entendu, ce dialogue de Jésus avec les juifs, et pourtant au début, on nous dit : "ceux des juifs qui croyaient en lui", voilà qu'il va se révéler qu'ils ne croient pas vraiment. Le dialogue est extrêmement tendu. On sent que dans cette confrontation de Jésus avec les pharisiens et les chefs du peuple, nous arrivons à un point de rupture. Nous en sommes maintenant à l'affrontement direct et dans la suite de ce passage d'évangile, nous entendrons la proclamation claire par Jésus de sa divinité. 

       Aujourd'hui, le dialogue se concentre sur Abraham. Il avance en plusieurs épisodes. Tout d'abord Jésus leur dit : "Écoutez ma parole, vous serez dans la vérité et la vérité vous rendra libres". Il établit donc une équation entre sa parole, la vérité, la liberté. Rien ne peut nous libérer si ce n'est la vérité, et la vérité dit Jésus, c'est la Parole que j'ai reçue et que je vous transmets. Les juifs, immédiatement réagissent : "Nous n'avons jamais été esclaves de personne, nous sommes les descendants d'Abraham". Jésus avance d'un nouveau pas il leur dit : "Celui qui est esclave, ce n'est pas parce qu'il est né d'une autre généalogie que celle d'Abraham, celui qui est esclave, c'est celui qui commet le péché". L'esclave, le pécheur, ne peut être libéré que par le Fils qui est auprès du Père et qui demeure pour toujours dans la maison du Père. Donc, si vous voulez être véritablement libre, il faut que le Fils vous libère de votre esclavage. Devant les juifs qui se réclament de la descendance d'Abraham, Jésus va leur dire : "Votre péché, c'est que vous voulez me tuer. Oui, vous vous considérez comme la descendance d'Abraham, mais vous ne faites pas les œuvres d'Abraham, ce que vous faites vous l'avez entendu auprès de votre père". Alors, les juifs répliquent : "Notre père, c'est Abraham" – Si vous étiez les enfants d'Abraham, vous agiriez comme lui, or, vous cherchez à me tuer parce que je vous dis la Parole que j'ai reçue de Dieu".

       Nouvelle étape dans l'affrontement, ce n'est plus d'Abraham seulement qu'ils se réclament maintenant, mais ils disent : "Nous ne sommes pas nés de la prostitution, nous n'avons qu'un Père : Dieu". Cette fois-ci, les juifs se réclament de leur mission, de leur élection, ils sont le peuple de Dieu, le peuple choisi par Dieu. Devant cette affirmation, Jésus va arriver à l'accusation majeure : "Si Dieu était votre Père, vous reconnaîtriez en mes paroles la vérité de Dieu, car je ne viens pas de moi-même, c'est Dieu qui m'envoie. Mais votre Père ce n'est pas Dieu, ce n'est pas Abraham, votre père, c'est le diable". Là, nous sommes arrivés au sommet de la confrontation. Les juifs se réclament d'Abraham et de Dieu contre Jésus, et Jésus dit : "Parce que vous voulez me tuer, vous révélez que vous n'êtes les enfants ni de Dieu ni d'Abraham, mais du diable, parce que le diable dès l'origine est homicide". Dès l'origine, le but du diable, c'est de tuer, il a voulu tuer le cœur d'Adam et d'Ève et de toute l'humanité en les incitant au péché. Il a voulu tuer le cœur de Caïn en lui insufflant la jalousie. Tout au long de l'histoire et de l'histoire du peuple élu, le diable ne cesse de pousser ceux qui l'écoutent contre la vie, contre Dieu, contre la vérité. Et il veut tuer parce que précisément il n'est pas dans la vérité parce que Satan, c'est le mensonge. Il a trompé Adam et Ève en leur laissant croire qu'ils seraient les égaux de Dieu, en leur laissant croire que manger ce fruit défendu c'était se rendre libre et il les a asservis. Menteur, homicide, réduisant les autres en esclavage, voilà le portrait du Prince de ce monde, du Prince du Mal, et l'accusation de Jésus est terrible : "Vous êtes les enfants du diable".

       Frères et sœurs, si Jésus est le Fils de Dieu, si Jésus nous parle par la Parole même qu'il reçoit de Dieu, si cette parole est la vérité qui appelle l'adhésion de notre foi comme Abraham est le père de notre foi parce qu'il a écouté la parole de Dieu qui l'appelait à tout quitter pour le suivre, si Jésus nous dit la vérité, il nous reste à dissiper toute tentation de mensonge, d'orgueil, toute tentation de péché, car le péché conduit à la mort de notre cœur et de proche en proche à la mort de nos frères. 

       Il s'agit donc d'une décision grave. Acceptons-nous d'écouter les paroles du Christ, les paroles du Fils qui vient du Père, paroles qui sont vérité et qui seules peuvent nous rendre libres ? 

 

       AMEN


 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public