AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE COMBAT DE LA VÉRITÉ ET DU MENSONGE

Gn 15, 5-17 ; Jn 8, 31-46 a

Mardi de la cinquième semaine de carême – B

(30 mars 1982)

Homélie du Frère Michel MORIN

N

 

ous avons un seul Père, c'est Dieu !" Ce dialogue entre Jésus et des juifs qui avaient cru en Lui a quelque chose de poignant. Ces juifs se réclament d'Abraham qu'ils ont pour père. Or le Christ va leur montrer que ce n'est pas Abraham leur véritable père, car Abraham a cru en Dieu et cela lui fut compté comme justice, comme nous le lisions touts à l'heure dans le livre de la Genèse. Et Abraham n'a pas voulu s'opposer aux oeuvres de Dieu en tuant son dessein ou sa volonté.

Puis, ces juifs vont vouloir se dire les fils de Dieu. "Nous avons un seul père, c'est Dieu." Et une seconde fois, le Christ va leur faire découvrir qu'ils se trompent, qu'ils n'ont pas Dieu pour Père, pas plus qu'ils n'avaient Abraham pour père, même s'ils se considèrent de sa descendance.

Et Il va leur révéler quelque chose de plus dur encore, c'est que leur véritable père, c'est Satan, c'est l'auteur du mensonge, c'est l'homicide depuis l'origine, c'est le prince de ce monde. Or, le prince de ce monde c'est l'homme. C'est à lui que Dieu avait confié sa création. Il la lui avait donnée comme à un roi pour qu'il puisse dominer cette terre, la développer, la faire fructifier. C'est lui, l'homme, le prince de ce monde. Mais voilà que, obéissant à la tentation, du mal et de Satan, l'homme et sa liberté, le monde et sa vérité sont passés sous le pouvoir de Satan qui est devenu ainsi le prince de ce monde. Il est mensonge parce qu'il a détourné l'homme et le monde de la vérité de Dieu. Il a refusé l'œuvre de Dieu. Et ces juifs deviennent les fils de Satan, les fils du mensonge, parce qu'en refusant la parole et le témoignage du Christ, ils refusent Dieu, ils refusent le Père et ils refusent sa révélation à partir d'Abraham.

Ce dialogue a aussi quelque chose de poignant parce que, vous le devinez, vous le pressentez, c'est la passion même qui est commencée, dans le cœur du Christ, vrai Dieu et vrai homme : "Je suis la Vérité", et dans le cœur des juifs : "Qu'est-ce que la vérité ?" comme dira Pilate. C'est le combat entre le mensonge et la vérité. Et nous avons parfois, frères et sœurs, des notions quelque peu abstraites du mensonge et de la vérité, ou un peu intellectuelles, comme une espèce de vue de l'esprit, de lecture du monde ou il y aurait, en dehors de nous, quelque chose que nous qualifions de vrai et d'autre que nous qualifions de faux, et que peut-être, peu importent ces qualificatifs en définitive.

La vérité de Dieu ce n'est pas un catalogue de vérités multiples. La vérité de Dieu, c'est Lui-même. C'est ce qu'Il est et c'est ce qu'Il fait pour nous. Ce qu'Il est depuis toujours et pour toujours, et ce qu'Il fait pour nous depuis la création, depuis l'Alliance avec Abraham jusqu'à l'Alliance Nouvelle et éternelle avec le Christ. Il est la Vérité : "Je suis la Vérité, la Vie et le Chemin qui mène à cette Vérité." Et puis, il y a ce mensonge qui n'est non plus quelque chose d'abstrait mais qui est aussi une personne, Satan qui est le Mal. Et toute la passion du Christ, ce sera dans sa chair ce combat qui est la dernière étape de ce dialogue entrevu ce matin, ce combat entre la vérité de Dieu et le prince de ce monde, afin que ce combat victorieux dans la mort et la résurrection du Christ puisse rendre au monde la liberté. La liberté de la création première ou l'homme était prince de ce monde et en même temps fils de Dieu à part entière.

Ce combat va se dérouler dans la chair même du Christ et nous allons aborder ces jours saints, non pas en spectateurs de la passion et de la mort du Christ, cela n'a aucun intérêt à être vu, ce n'est pas du théâtre, nous allons aborder ces jours saints, non pas comme des gens éloignés de ces faits historiques, mais comme, j'allais dire, des contemplatifs de ce combat du mensonge et de la vérité qui continue encore aujourd'hui dans le corps du Christ, dans son corps qui est l'Église, de ce combat qui continue aujourd'hui car le Prince de ce monde gouverne et domine encore le monde qui a été créé par Dieu et pour Dieu. Nous allons aborder ces jours dans un esprit de contemplation, le cœur ouvert pour recevoir, à travers ces événements que nous allons célébrer une fois encore, le don que Dieu veut nous faire de sa vérité, afin que nous puissions nous aussi connaître notre vérité, celle qui nous rend libres, libres du mensonge, libres de tout ce qui nous divise, libre de tout ce qui nous empêche d'accomplir dans notre cœur la Pâque du Seigneur. Que cette eucharistie dispose déjà notre cœur et notre être à vivre, à recevoir ce don de la vérité de Dieu dans le combat de la mort et de la Résurrection du Christ afin que vraiment, réellement, physiquement et spirituellement nous devenions libres.

 

AMEN

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public