AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA VÉRITÉ

Gn 18, 1-14 ; Jn 8, 31-46 a

Mardi de la cinquième semaine de carême – B

(26 vril 1985)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

N

 

ous connaissons tous la fameuse question de Pilate à Jésus : "Qu'est-ce que la vérité ?" mais avant que cette question remue le cœur de Pilate, si toutefois elle pouvait le remuer, les juifs autour de Jésus se l'étaient eux-mêmes posée. Jésus leur répond et les renvoie à ce qu'est la vérité.

A vrai dire, lorsque nous pensons à la vérité, parce que nous sommes issus d'une tradition de philosophie grecque, nous pensons souvent d'abord à la vérité du discours. Ce que je dis ou ce que j'affirme est vrai, c'est-à-dire conforme à la réalité. Or ce n'est pas le seul sens du mot vrai. Avant de renvoyer à la vérité du discours, le mot "vrai" et le mot "vérité" renvoient d'abord, et ce sens aussi nous l'utilisons même si nous y pensons moins souvent, renvoient d'abord à la vérité des choses. Une chose est vraie quand elle est authentique, quand ce c'est pas du toc, quand ce n'est pas de la verroterie au lieu des diamants, quand ce n'est pas de la peinture au lieu du vrai bois. La vérité, c'est le poids, c'est le prix, c'est la valeur des choses, non pas une valeur commerciale, mais la véritable valeur, celle qui fait qu'une chose est une chose.

Lorsque le Christ répond à ceux qui l'interrogent, Il leur affirme qu'il dit la vérité, qu'Il proclame la vérité, et nous aurions grand tort de penser qu'il s'agit simplement de formuler des énonciations vraies. En réalité, le Christ proclame l'unique vérité qui est l'amour réel du Père pour nous. Lorsque le Christ est venu comme révélateur de la vérité, Il n'est pas venu nous enseigner une doctrine. Il ne s'est pas contenté de nous donner son avis sur diverses questions. Il a, en réalité, manifesté l'amour du Père. Et c'est parce qu'il existe un amour infini entre le Père et le Fils, que le Fils, en révélant cet amour, en se révélant Lui-même, nous dit vraiment et réellement ce qu'est le Père, Et nous ne comprendrions rien à l'évangile du Seigneur, et nous ne comprendrions rien à l'évangile de saint Jean, si nous ne croyions pas d'abord que la vérité même dont il est question, c'est la réalité ultime de ce monde qui est l'amour du Père pour son Fils, et l'amour du Fils pour son Père. Toute la vérité est là et en dehors de cette vérité-là il n'y a rien. Et c'est pourquoi si, comme le démon, nous essayons de trouver quelque chose de notre propre fond, ce sera sûrement du mensonge, c'est-à-dire pas simplement des énonciations fausses ou des phrases fausses, mais quelque chose qui, littéralement, ne tient pas debout. Et c'est précisément parce que tout repose sur la réalité de cette vérité qui est l'amour du Père pour son fils Jésus et de Jésus pour son Père, que Jésus nous dit que nous devons accueillir la vérité, que nous devons vivre dans la vérité. Cela veut dire que nous n'avons pas d'autres racines que l'amour du Père pour son Fils. Si nous voulons être vrais, nous ne pouvons rien tirer de notre propre fond. Si nous voulons être vrais, il nous faut accepter que notre vérité ne soit pas en nous, mais en Dieu, et que, précisément, notre vérité c'est de devenir des enfants de Dieu. Or c'est la grande différence entre Dieu et nous, c'est que la vérité de Dieu, c'est la totalité même du mystère. Il n'y a rien en dehors de Lui, elle ne change pas. Tandis que notre vérité n'est pas la totalité, c'est même quelque chose de très incomplet et pour être vrais, il nous faut subir un long chemin. Notre vérité est dans notre devenir, mais pas n'importe quel devenir notre devenir de fils.

C'est pour cela que le Christ dit : "La vérité vous fera libres !" La vérité, c'est-à-dire l'amour de mon Père que je viens de vous révéler, va agir directement sur votre être. Elle va vous faire devenir ce que Dieu veut de toute éternité. Etre chrétien c'est accepter que notre vérité ne soit pas seulement dans des principes que nous nous serions forgés d'avance, mais qu'elle soit dans ce devenir que Dieu nous propose et qui s'appelle la grâce. C'est ainsi que notre vérité c'est l'histoire de l'amour de Dieu pour nous. C'est l'histoire dans laquelle nous sommes, d'étape en étape, de conversion en conversion, transformés, révélés a notre propre être. Et dès lors, en vérité, nous saurons notre origine, nous saurons que nous sommes vraiment des fils d'Abraham parce qu'Abraham lui-même a trouvé sa vérité en quittant toutes les assises et toutes les assurances qu'il aurait pu se forger et en marchant vers la terre promise qui est l'amour du Père pour lui. Et nous saurons aussi que nous sommes des enfants de Dieu car il n'y a que cela de vrai pour nous : nous laisser envahir totalement par l'amour de Dieu révélé en Jésus-Christ.

Dans cette ultime étape du carême, demandons au Seigneur que notre chemin vers Pâques soit notre vérité, que ce soit l'amour de Dieu qui nous transforme, la vérité de son amour qui nous fasse devenir vrais. C'est la seule solution, il n'y en a pas d'autre, sinon nous nous réfugierons toujours dans n'importe quoi et ce sera toujours le mensonge.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public