AU FIL DES HOMELIES

Photos

Genèse 18, 1-14 ; Jean 8, 31-46 a

Mardi de la cinquième semaine du carême- C

Homélie du Frère Christophe LEBLANC

Issoire : l'accueil des trois anges par Abraham

 

N

otre Père, c'est Abraham. Jésus leur dit : si vous êtes enfants d'Abraham, faites les œuvres d'Abraham. Or, maintenant, vous cherchez à me tuer, moi un homme qui vous ai dit la vérité venue de Dieu. Cela Abraham ne l'a pas fait. Vous faites les œuvres de votre Père".

Abraham est donc cet homme qui a cru contre toute espérance, un homme déjà très âgé à qui Dieu a dit au chapitre douzième de la Genèse : pars ! quitte ton pays, va-t-en pour commencer une nouvelle vie. Abraham c'est cet homme à qui Dieu a dit qu'il serait le père d'une multitude, alors qu'il n'avait aucun enfant et que lui et Sara étaient trop âgés pour en avoir un. Je pense que vous imaginez facilement l'abîme qu'il y a entre la promesse du départ et la réalisation de cette promesse. Même si Abraham n'est pas tout à fait parfait, qu'il a eu un petit peu peur de Pharaon et qu'il a fait dire à sa femme : ne dis pas que tu es ma femme mais ma sœur, le parcours d'Abraham est marqué par le fait qu'il essaie d'accueillir envers et contre tout, la promesse de Dieu, qu'il essaie d'accueillir la Parole de Dieu.

C'est vrai que le sommet de cet accueil de la Parole de Dieu, c'est bien sûr le texte que nous venons d'entendre : Abraham qui accueille des étrangers. Les accueillir, leur donner de la nourriture, les réconforter et écouter leur Parole, c'est exactement le parallèle avec l'écoute de la Parole de Dieu. Il y a dans l'accueil de l'étranger et de l'autre, la parole peut-être surprenante dans ces nouvelles que nous ne connaissons pas encore, il y a une parenté, une familiarité avec ce moment que nous prenons soit dans l'intimité, soit lors de l'eucharistie, où nous sommes comme Abraham, nous accueillons la Parole de Dieu.

Je crois que c'est cela que dit le Christ dans son discours. Il dit aux pharisiens : Vous croyez que la réalisation de la promesse est complètement accomplie. Or, il y a encore un abîme entre l'annonce de la Parole de Dieu et sa réalisation : C'est moi, le Fils de Dieu qui vient combler cet abîme et réaliser la promesse de Dieu. C'est ce que ces pharisiens n'arrivent pas à croire. Le texte de saint Jean nous dit que Jésus s'adresse à ceux qui croient en lui. Ce sont quand même des juifs qui ne sont pas totalement opposés au message de Jésus peut-être en tant que rabbin, mais il y a un dernier pas qu'ils n'arrivent pas à franchir, pas qu'Abraham lui, a réussi à franchir.

Je crois que pour nous chrétiens, c'est le même problème. Nous pouvons trop facilement imaginer, un peu comme ces pharisiens qui croient en Jésus, nous, très souvent nous croyons, jusqu'où je ne sais pas, mais nous croyons quelquefois que la promesse de Dieu est totalement réalisée. Bien sûr, ce n'est pas faux, Dieu est venu parmi les hommes, mais dans chacune de nos vies, cette réalisation est encore à venir. Le carême et la vie chrétienne, consistent à découvrir et à parcourir ce chemin que, oui, il y a cette promesse que Dieu nous a donnée au moment de notre baptême, comme cette promesse dans la Bible que Dieu a donnée à Abraham. Et puis en même temps, pour que cette promesse se réalise, il faut que nous soyons capables d'accueillir cette Parole et d'y adhérer. C'est là que se situe la participation de l'homme à la réalisation du projet de Dieu.

Frères et sœurs, que ce temps du carême et que ce discours du Christ adressé à ces pharisiens qui croient en lui, mais bien imparfaitement, que ce carême soit pour nous l'occasion de reprendre à nouveau cette promesse indéfectible que Dieu nous fait à notre baptême et à la manière imparfaite que nous répondons à cette promesse, que nous soyons attentifs à accueillir sa Parole et à y adhérer.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public