AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'EXISTENCE DU DIABLE

Gn 18, 1-14

(19 mars 1991)

Homélie du Frère Michel MORIN

 

Dendermonde : Miséricorde des stalles - Démon 

P

lusieurs chrétiens nous posent souvent cette question : "Est-ce que le diable existe encore ?" Oui, puisque vous vous demandez s'il existe. Parce que, si le diable est le "père du mensonge", s'il est "homicide dès l'origine", il l'est de la vérité, donc toute sa tactique est de vous détourner de la vérité, donc de vous poser des questions sur la vérité, des questions qui entraîneront un tel doute que vous abandonnerez la vérité. Et le diable aura réussi quand on ne pensera plus qu'il puisse exister.

       Bien sûr que le diable existe. Il suffit de lire l'évangile, il suffit de lire l'évangile dans sa vie ou plutôt de lire le "contre-évangile" de sa vie. Mais, comme le dit Jésus, nous ne demeurons pas suffisamment dans cette parole de vérité pour en découvrir toutes les vérités, la vérité de Dieu, la vérité de l'homme, la vérité de celui qui est contre Dieu et donc contre l'homme. Homicide de la vérité, homicide de l'amour, père du mensonge.

       Bien sûr que le diable existe. Mais quel est son acte d'homicide ? Pourquoi est-il mensonger ? Oh, quand il a dit à Adam et Eve : "Vous serez comme des dieux !" il n'a pas fait un petit mensonge pour les occuper un moment dans le paradis terrestre en les amusant avec un serpent. Non, il les a détournés de la vérité. En leur disant : vous serez comme des dieux, des dieux, au pluriel, il a fait éclater la vérité en mille morceaux car la vérité est unique, elle est Dieu. Dieu est vérité. "Je suis la vérité! " dira Jésus. Et quand Jésus vient dire : "Je suis la vérité !" c'est la parole exactement contraire pour tuer le mensonge du diable : "Vous serez comme des dieux !", éclatement de la vérité, éparpillement de la vérité, brisement de l'image unique de Dieu dans l'homme en multiples morceaux. Et de ces multiples morceaux, l'homme a fait une idole. Car la multiplicité des dieux, des divinités extérieures ou intérieures, n'est rien d'autre de notre part que l'exploitation des mille morceaux de la vérité unique que le diable est venu briser dans le cœur et dans l'intelligence de l'homme. C'est en cela qu'il est homicide.

       Tant et si bien que l'homme, maintenant, ne peut plus naturellement trouver le chemin de cette vérité pour avoir la vie si ce n'est pour retrouver l'Image parfaite et unique de la vérité de Dieu et de la vérité de l'homme par cela même, dans la chair de Jésus-Christ qui a dit : " Je suis la voie, la vérité et la vie !"

       Bien sûr que le diable existe. Il est le père de ce mensonge radical qui a brisé en nous notre vérité, celle qui nous faisait être dans le cœur de Dieu qui nous a créés, elle qui nous donnait cette unique beauté dont nous n'avons maintenant sur nos visages et dans notre cœur que de lointains éclats, quoique nous pensions de nous-même ou des autres. Cette vérité unique, cette beauté unique, nous allons désormais la retrouver, restaurée pleinement dans le visage de Jésus-Christ. Mais dans un visage de Jésus-Christ qui va porter sur Lui toute la brisure de la vérité lorsque son corps de chair, chair parfaite, sera lui-même éclaté, brisé. Non plus d'une brisure d'éparpillement, mais d'une brisure symbolique dans le sens où le mot symbole signifie rassemblement de tous les éléments dispersés pour reconstituer la vérité, pour reconstituer la beauté, pour reconstituer l'image parfaite.

       C'est cela que nous allons célébrer à Pâques. Nous n'allons pas contempler un homme parmi nous, un homme aux membres brisés et au visage écrasé, nous allons contempler ce que le diable a tué, mais ce que Dieu vient restaurer. Nous allons contempler la beauté qui avait existé en nous dans la première création, la beauté que le mensonge et la mort avaient réduite en poussière. Mais le Christ, jaillissant de cette poussière, ressuscitant de la mort nous rendra l'unique vérité, l'unique beauté, la restauration première encore plus merveilleuse que l'originelle pour qu'elle soit désormais éternelle.

       Que ces paroles de l'évangile de Saint Jean, qui sont difficiles, puissent quand même, par tel ou tel mot, tel ou tel aspect, toucher vraiment notre cœur et être en nous ce principe de salut qui nous restaure dans la vérité, dans la nôtre et dans celle de Dieu. C'est pourquoi il nous faut demeurer dans la Parole pour retrouver cette vérité et en être libre. Or maintenant cette Parole se fait chair et elle vous accueille dans l'eucharistie, dans la vérité même qui nous sauve et nous libère de tout mal, de tout mensonge et de toute mort.

       AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public