AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA PAROLE DE DIEU NOUS FAIT FILS DE DIEU

Gn 18, 1-14 ; Jn 8, 31-46 a

Mardi de la cinquième semaine de carême – C

(27 mars 2007)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

F

rères et sœurs, peut-être que nous ne nous en rendons pas trop compte, mais le texte de saint Jean sonne de façon étrangement moderne pour un texte aussi ancien.

Dans les sociétés anciennes beaucoup plus que dans les sociétés d'aujourd'hui, on se définit d'abord par sa naissance et par son lignage. C'est exactement la base de la discussion de la part des interlocuteurs de Jésus. Ils sont juifs, donc fils d'Abraham, et comme le suggèrent certains passages de la Loi, ils sont aussi considérés par et en Abraham comme fils de Dieu. Par conséquent, ce lignage et cette origine leur donne pour ainsi dire non seulement des droits, une identité, mais aussi des privilèges. Le privilège, c'est qu'étant de la lignée d'Abraham, ils bénéficient de tout ce que Dieu a promis à Abraham. Si c'est à Abraham que Dieu s'est révélé, c'est donc qu'ils sont les détenteurs quasiment exclusifs de la révélation de Dieu. Pour eux, au nom de ce lignage et de cette filiation, ils sont dans la vérité. Il n'y a aucun doute là-dessus, ils savent qui est Dieu, ils connaissent du fond même de leur être, la vraie religion.

C'est pourquoi la manière dont Jésus aborde le problème est si provocante et pratiquement inacceptable pour ses auditeurs. Jésus ne nie pas qu'ils soient fils d'Abraham, il ne nie même pas exactement qu'ils soient fils de Dieu, il ne dit pas : vous n'êtes pas des fils de Dieu, mais il montre, et c'est ceci qui est assez moderne, que la véritable identité ne se définit pas d'abord par un lignage ou par un héritage, mais qu'elle se définit par la manière dont on agit, et dont on se situe par rapport aux choses et qui es précisément la Parole de Dieu. Jésus va montrer à ces hommes qu'à cause des desseins qui les agitent dans leur cœur, leurs projets de mort, et à cause du fait qu'ils ne sont pas fils, c'est-à-dire auditeurs de la Parole, sa Parole n'entre pas en eux, à partir de ce moment-là ils entrent dans une autre filiation qui n'est pas comparable à la première, mais qui est la filiation que crée en eux la dimension de mort et de péché.

C'est pourquoi à partir des étapes qui sont soigneusement décrites dans la discussion de Jésus avec ces hommes, il leur montre petit à petit que leur véritable père, c'est le diable. Autrement dit, et je pense que c'est pour cela que nous lisons cela si attentivement en carême, il y a pour chacun d'entre nous une exigence de filiation, et comme nous le savons, nous avons reçu cette filiation au baptême. Ce que Jean veut montrer ici, c'est que l'œuvre même, l'outil de la filiation, c'est la Parole, c'est l'évangile. C'est une Parole ou une explicitation au second degré. Si l'évangile qu'écrit Jean ne génère pas dans le cœur de l'homme l'adhésion, c'est qu'à un moment ou l'autre, il perd la filiation qui aurait pu lui être donnée soit par la Loi, soit par le baptême. C'est cette Parole qui fait grandir ou germer et se développer la véritable identité du chrétien.

Je crois que cela peut nous intéresser et nous toucher au plus vif de nous-même pour ce temps de carême. Que faisons-nous de la Parole qui nous est adressée quotidiennement ? Que faisons-nous de cette Parole qui la plupart du temps rentre par une oreille et sort par l'autre ? Que faisons-nous de cette Parole qui nous est destinée mais dans laquelle nous ne reconnaissons pas toujours la puissance qui peut nous faire renaître ? Entrer aujourd'hui dans la Pâque du Christ, c'est bien entendu augmenter, intensifier la prière, le jeûne, mais entrer dans la Pâque du Christ, c'est véritablement entrer dans cette Parole qui nous est offerte et qui nous est proposée à travers la liturgie, à travers la tradition de l'Église, à travers l'évangile.

 

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public